Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2009

QUAND YVAN RIOUFOL SE FAIT REMONTER LES BRETELLES ….

images.jpgIl paraît qu’Yvan Rioufol est un journaliste « connu pour sa liberté de ton et son courage ». C’est très bien, ça, d’être courageux à l’intérieur du système. Et puis surtout, ça a l’avantage de ne pas être trop dangereux. Il suffit de ne pas s’approcher des sujets qui brûlent, si je puis me permettre. Et de taper allègrement sur ce qui est permis.

 

Je note d’ailleurs que cette étonnante « liberté de ton » est plutôt récente. Elle date des dernières années, car avant, il était strictement interdit de critiquer l’islam de quelque façon que ce soit. L’islam, c’était formidable et les Français étaient priés de l’accueillir avec empressement. Gare à ceux qui disaient le contraire, nous en savons quelque chose.

 

Je ne me souviens pas d’avoir vu Rioufol enfreindre à cette époque-là ce tabou d’airain édicté par la LICRA et consorts. Bon, il est vrai qu’il y a si longtemps que je n’ai pas touché Le Figaro … Je compte sur vous pour me dire si je me trompe …

 

Après ce petit préambule nécessaire, arrivons à notre sujet. Sous le titre alambiqué de "La légitimité contestée du politiquement correct" Rioufol vient d’écrire ceci :  " Il est en effet essentiel de faire la différence entre islam et islamisme, pour combattre exclusivement cette dernière idéologie violente, machiste, anti-démocratique".

 

Voilà qui a déclenché l’ire d’un certain nombre de sites juifs. Il n’a pas dit ce qu’il fallait dire, il est pas allé assez loin. Car c’est fini maintenant, le temps des arguties, style différence entre islam ou islamisme.

 

Ce qu’il faut dire maintenant, c’est ce qu’a dit Talisma Nasreen, qui est citée en ces termes :  Le problème n’est pas simplement l’intégrisme musulman, mais l’islam lui-même. Non seulement les médias occidentaux, desquels nous n’espérons plus guère de grands principes moraux ou de courage, mais également les intellectuels, font preuve de lâcheté quand il est question d’une juste critique de l’islam et de ses dogmes (...)Le Jihad (…) est clairement prôné par la loi islamique, et le Coran foisonne de passages, qui exhortent le croyant à tuer l’incroyant ou le non-musulman (…) L’islam a conquis par l’épée, et ce faisant il a détruit la chrétienté en orient et la culture persane séculaire, pillant et brûlant les églises et les temples ; il a dévasté l’Inde et a littéralement mis à sac des milliers de temples hindous. (…)La situation déplorable des femmes est aussi une conséquence logique des principes qui sont parsenés dans tout le Coran, les Hadiths et la charia. Warraq insiste sur la nature totalitaire de l’islam ; montrant en quoi il est incompatible avec le respect des Droits de l’Homme."

 

Eh oui, voyez comme les choses évoluent. Il n’y a pas si longtemps, on se faisait condamner, traîner dans la boue et exclure de la vie publique pour dix fois moins que ça. On continue d’ailleurs à se faire condamner car il ne faut pas confondre : il y a ceux qui ont le droit de le dire et ceux qui n’ont pas le droit. C’est un principe démocratique de base.

 

Et voilà maintenant que des sites juifs reprochent à Rioufol d’avoir été trop mou. L’article poursuit en ces termes : « Ainsi, celle qui fuit les islamistes depuis 15 ans, tout récemment réfugiée à Paris sans le sou, se permet de ne pas prendre les pincettes du journaliste parisien le plus "incorrect" du moment... ainsi va la France en 2009. [Le journaliste parisien le plus « incorrect » du moment. A mourir de rire. Ce journaliste incorrect est Senior fellow à l’Atlantis Institute, une officine « de réflexion et d’influence » néoconservatrice basée à Bruxelles et présidée par Joël Rubinfeld].

  « Alors que toutes les plus grandes mosquées sortant de terre en France sont aux mains des radicaux de l'UOIF: Grande mosquées de Poitiers, Mulhouse, Nantes, Bordeaux, (bientôt) Marseille(en collaboration avec d'autres associations), Tremblay, Woippy, Arras, Caen, Lille, ou du Milli Gorus ( Metz bientôt), Vénissieux que la Grande mosquée de Strasbourg (financée par les collectivités publiques ) a accueilli en grande pompe un des plus grands islamistes contemporain en décembre 2008 ( Muhammad Said Ramadan al-Bûti, auteur du best-seller syrien Jihâd,  portrait détaillé ces prochaines semaines), Yvan Rioufol tirerait donc la conclusion que l'islamisme des mosquées citées n'est pas l'islam véritable et authentique, car intégriste et violent.

On rirait si le sujet n'était pas aussi grave, car comme a raison d'en avoir peur l'éditorialiste "Une possible guerre civile est, à terme, une issue que je redoute ".

Quel toupet ! Quelle houtspah grandeur nature ! Dieu sait les campagnes que nous avons menées pour empêcher que les mosquées ne sortent de terre ici en France. En pure perte. Nous n’avons récolté que les pires avanies. Au point où nous en sommes, qu’elles continuent donc à sortir de terre comme des champignons après la pluie ! Ca finira peut-être par réveiller les endormis.

Et tant pis pour les dégâts collatéraux : quand on sème le vent, on récolte la tempête.

 Source : http://www.juif.org/blogs/18307,islam-islamisme-rioufol-provoque-l-incomprehension.php, (article de Joachim Véliocas, auteur de L'islamisation de la France, éditions Godefroy de Bouillon, 2007)