Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2007

L’IMPERIALISME UNIVERSALISTE: UN APPAUVRISSEMENT ET UN DANGER

medium_lycondi.2.jpgDes forces sont à l’œuvre pour tenter d’unifier le monde, d’en évacuer les différences, d’en niveler cultures, traditions, religions.  En prévision de quel joug et au bénéfice de qui ? Les mots d’ordre n’ont jamais été aussi lénifiants en apparence - ouverture à l’Autre, tolérance, droits de l’homme, etc – mais derrière cette hypocrisie de façade - ou à cause d’elle - les tensions montent et s’exacerbent tandis que les opposants sont réduits au silence.

Les quelques réflexions qui suivent et qui illustrent avec pertinence ce propos émanent du livre de Anne Yélen, paru en 2001 aux éditions de L’Age d’Homme, sous le titre  Exclusions :

« …Autrement dit, le pluralisme n’exclut personne et s’étend à TOUS à condition qu’ils ne soient ni fascistes, ni communistes, ni nazis, ni nationalistes, ni musulmans véritables, ni chrétiens intégristes, ni hindous orthodoxes, ni de foi hébraïque stricte, ni bouddhistes radicaux, ni animistes coupeurs de têtes, etc…

S’ouvrant à l’Autre et général et dans les discours, mais rejetant une multitude d’Autres en particulier et dans la pratique, le défenseur des DROITS DE L’HOMME n’accepte aucun AUTRE qui ne soit déjà le même ou susceptible de le devenir par intégration, quelles que soient par ailleurs les différences « horizontales » comme la langue ou la couleur de la peau.

L’ouverture mondialiste n’est donc qu’un jésuitisme puisqu’elle ne fonctionne qu’avec de futurs collaborateurs, les différences de traditions, de religions et de qualités devenant peu à peu des accessoires aussi minimes que les plumes sur les chapeaux.. (…)

Plus on bla-blatte sur le respect de l’Autre – Nous avons vu certains prêcheurs « d’ouverture à l’Autre » changer de trottoir précisément pour éviter d’avoir à rencontrer un « Autre » qui ne leur plaisait pas ! – plus la courtoisie et la convivialité deviennent des denrées rares. Plus on bla-blatte sur la xénophobie, plus on l’exacerbe.

La croyance sectaire dans l’universalisme ne fait qu’envenimer les crises politiques car elle mène la guerre contre tous les particularismes qui lui font obstacle. (…)

Pour rendre compatibles des civilisations qui ne le sont pas, l’impérialisme universaliste devra procéder à toutes sortes de manœuvres diffamatoires, recourir à la censure, à la manipulation des paroles et des faits, à la fabrication d’ingénieurs des âmes, éventuellement à des ingérences militaristes, dites « démocratiques », exactement comme cela s’est fait dans les dictatures communistes.

La violence qui ne déploie en apparence aucune force et qui est pourtant plus tueuse d’âme que les bombes, a un nom : c’est « Hypocrisie ».

Dessiner un modèle planétaire sur une page blanche a été le rêve de tous les émules des Karl Marx, Staline, Hitler, Mao Tsé Toung et autres marchands de « cités du soleil ». Du passé, faisons table rase, braillaient naïvement nos chanteurs d’Internationale. C’est aussi le projet d’Alvin Toffler, intellectuel made in USA, pays dont le maigre héritage historique fait piètre figure devant la richesse en ce domaine des vieux continents. On peut comprendre que les pauvres en trésors culturels aient secrètement le désir de ruiner les peuples qui ne le sont pas afin de se présenter eux-mêmes en nouveaux guides de l’Humanité.

Il ne s’agirait en somme, pour les Américanisés, que de reprendre le projet communiste en panne et le revêtir d’un uniforme « patchwork » plus vendable, mariant l’obsession de l’économie de marché à l’obsession du « melting pot ». Tel est l’impérialisme du nouveau « devoir d’ingérence démocratique» dont on peut attendre d’autres mises à mort que celle de la Yougoslavie.   (…)

Si personne ne trouve les moyens adéquats pour humaniser ce défi, le bulldozer de l’AGE SUPER-TECHNOLOGIQUE va continuer sur sa lancée, balayant toutes les traditions, élargissant benoîtement au monde entier – sous prétexte de progrès – l’ethnocide perpétré hier contre les Indiens.

Un obstacle tout de même : l’idée que chaque enfant, à sa naissance, est une « table rase » indéfiniment conditionnable, est une illusion propre à l’inconscience des apprentis démiurges. Hubris que les dieux, jusqu’ici, n’ont jamais pardonnée aux mortels. »

(dessin de Konk)