Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2011

LE FN NOUVEAU EST ARRIVE!!!!!

On va encore m'accuser d'empêcher les gens de rêver, mais ce qui suit est trop drôle pour le garder uniquement pour moi. Oyez, bonnes gens, l'avenir du pays est en de bonnes mains! Le candidat du FN dans un canton de Strasbourg s'est converti à l'islam! Allez, faites de beaux rêves.... Marine vous sauvera, elle l'a dit....

image002.jpg

 

 Source: Dernières Nouvelles d'Alsace

 

01/04/2010

OUI A TOUT

C’est tellement plus simple, à tous points de vue.

  

77.jpg« Le sénateur-maire de Strasbourg Roland Ries a reçu une délégation du CRIF, vendredi 26 mars, conduite par Pierre Levy, délégué du CRIF-Alsace. Elle comprenait Haïm Musicant, le directeur général du CRIF en mission dans la ville européenne ainsi que Madame Sylvie Kaufman chargée de communication, Pierre-Louis Bickart, membre du CRIF Alsace. 

 

Roland Ries a condamné à nouveau fermement la profanation du cimetière juif de Cronenbourg le 9 mars dernier. Il a apporté son appui à l’aménagement de l’esplanade de l’ancienne synagogue brûlée et rasée par les nazis en septembre 1940 et soutenu la création d'une allée des justes sur ce lieu. Le maire a également apporté son appui à des projets de «apprendre pour  vivre ensemble » présentés par la délégation régionale et les instances nationales du CRIF. »

 

 

Les projets pour « apprendre à vivre ensemble » : la nouvelle tarte à la crème des officines dites antiracistes, qui resurgit à intervalles réguliers en ce moment. Ou comment dilapider l’argent public dans des actions de poudre aux yeux, dont tout le monde se fiche éperdument. Sauf naturellement ceux qui passent  à la caisse. Dans son discours au dîner annuel de mars 2009, le président du CRIF évoquait l’opération en ces termes :

 

« C'est l'Etat qui doit donner les impulsions, qui pourront alors -mais alors seulement- être relayées efficacement  par des initiatives citoyennes locales visant à promouvoir ce qu'on appelle le "vivre ensemble". Le CRIF rencontrera les organisations syndicales ou associatives de notre pays. Nous rencontrerons les organisations politiques de tout l'axe républicain y compris ceux qui ne nous sont pas favorables. Nous allons clarifier nos positions et  convaincre nos interlocuteurs que le combat contre l'antisémitisme est un combat d'aujourd'hui et que la haine des Juifs est un marqueur de la tribalisation de notre société. »

 

Ce qui est fascinant au CRIF (comme à la LICRA, d’ailleurs), c’est que ces gens ne parlent jamais pour ne rien dire. Ce qui est verbalisé sera réalisé. On n’y fait pas suffisamment attention car nous avons justement l’habitude inverse, celle de politiques qui ne cessent de parler pour ne rien dire.

 

Laissez-moi vous dire que ces projets de « vivre ensemble », pour fumeux et ruineux qu’ils soient, vont faire le tour de la France et on pourra les suivre à la trace. Aujourd’hui à Strasbourg, demain ailleurs. Ils sont passés par ici, ils repasseront par là …. Vous connaissez la chanson.

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

11/03/2008

LA CLAQUE (2)

C’est ainsi que j’avais titré un article sur les résultats du FN au 1er tour de la  présidentielle de l’an dernier. La défaite cinglante, sanglante et sans appel qui avait été la sienne au soir du 22 avril 2007, a hélas également été la nôtre au soir du 1er tour des municipales à Strasbourg.

Alors que nos deux listes conjuguées – Front national et Strasbourg d’abord - faisaient 17% aux municipales de 2001 (9,2 pour nous 7,5 pour le FN), les mêmes deux listes, toujours désunies et se tirant dans les pattes, ont cette fois atteint péniblement … 5%. Oui, 5% : 2,2 pour nous, 2,8 pour le FN. Sur un fond d’abstention record de 46%.

Que dire devant cette Bérézina  qui, partie l’an dernier du FN, a atteint et laminé toute l’ « extrême-droite » sans épargner personne ? Que faire ? Franchement, je l’ignore, et la tentation est très grande de raccrocher, de se dire qu’après tout, à l’impossible nul n’est tenu.

De constater que les Français apparaissent finalement satisfaits d’un système qui les fait vivre encore à peu près correctement pour le moment et qu’ils n’en demandent pas plus. Surtout pas de vagues, pas d’ennuis, pas d’embrouilles, une petite vie bien pépère chacun dans son coin, voilà l’idéal auquel aspirent nos concitoyens. C’est peut-être triste, mais c’est la réalité. Nous, on les emmerde à parler sans arrêt de sujets qui fâchent et qu’ils préfèrent oublier. Parce qu’ils sont convaincus au fond d’eux-mêmes qu’il n’y a plus de solution au problème.

La dimension protestataire du vote, qui a fait les beaux jours du FN, est retombée comme un soufflé mal cuit.  Ce que chacun souhaite maintenant dans ce pays, c’est simplement tirer son épingle du jeu. On aurait pu croire que le désamour d’avec Sarkozy nous profiterait. Erreur profonde, que j’ai commise également. C’est aux socialistes qu’il a profité, car les Français comptent avant tout sur eux pour distribuer plus facilement le fric qui manque dans les caisses. Ce point de détail ne les gêne pas trop. On verra bien…

Bien sûr, et c’est là que – peut-être – réside un espoir, il y a la masse de tous ceux qui se sont totalement détournés de la politique, qui ont voté pendant des années pour l’ « extrême-droite » sans en apercevoir le moindre résultat et qui se sont lassés. Ils ne votent plus du tout à présent, même pour nous, car pourquoi le feraient-ils ? Sommes-nous tellement crédibles ? Désunis, en plus… Pourquoi aller voter pour des gens qui prétendent diriger une ville et qui ne sont même pas capables de présenter une liste commune alors qu’ils défendent la même thématique ? Pas besoin d’avoir fait Sciences-po pour deviner que cet argument-là, basique et de bon sens, a fait des ravages.

 

Je ne vous cache pas mon très profond découragement et mon envie de plus en plus vive de quitter un pays où je me sens étrangère et pour tout dire incongrue. Ce n’est pas forcément mieux ailleurs ? Peut-être, mais je pense qu’il est somme toute plus facile de vivre étrangère dans un pays étranger qu’étrangère dans ce qui fut un jour son pays.