Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2011

UTILE A SAVOIR, S’AGISSANT DE TNS SOFRES :

 

Ce matin, en ouvrant Yahoo, je lis en première page :

 

« Une majorité de Français favorables au mariage homosexuel

Une majorité (58%) de Français sont favorables au mariage homosexuel, ce qui montre une nette évolution de l'opinion depuis cinq ans, selon un sondage TNS Sofres pour Canal+ diffusé vendredi.

En 2006, une majorité de Français s'y disaient opposés (51%), contre 45% qui y étaient favorables.

Selon le sondage TNS Sofres, 35% des personnes interrogées restent opposées au mariage homosexuel, soit un recul de 10 points en cinq ans.

Parmi les soutiens les plus forts du mariage entre homosexuels, les femmes (63% de favorables), les moins de 35 ans (74%) et les sympathisants de gauche (72%). Pour autant, il reste des opposants farouches à ces mariages, notamment les plus de 65 ans (62% y sont opposés) et les sympathisants du Front national (56%).

Une même tendance à la hausse des opinions favorables sur les droits des couples homosexuels s'observe depuis 2001.

Concernant l'adoption d'enfants par des couples homosexuels, on est passé progressivement en 10 ans d'une nette opposition en 2001 (68% contre 30% seulement de favorables) à un rapport de force qui commence à s'inverser.

Désormais, quasiment la moitié des Français se dit favorable à l'adoption d'enfants par des couples homosexuels (49% soit une évolution de 13 points), contre 47% opposés.

Ce sondage a été réalisé le 26 janvier auprès d'un échantillon national de 950 personnes ».

http://fr.news.yahoo.com/4/20110128/tts-france-homosexuel...

 

Curieux, me dis-je. Allons voir ça d’un peu plus près. Sans m’être livrée à une étude exhaustive de la question des grands groupes de publicité mondiaux (qui serait pourtant très instructive, je vous le garantis), je suis tombée rapidement sur des choses intéressantes que je soumets à votre sagacité :

 

Le premier groupe mondial de publicité se cache sous la dénomination passe-partout et anodine de WPP Group. On nous précise aimablement qu’il s’agit du  « groupe de communication qui propose l’offre de services la plus complète au monde, comprenant la publicité, le « média planning » et l’achat d’espace, l’information et le conseil, les relations publiques et les affaires publiques, la création de marque et d’identité institutionnelle, la communication santé et spécialisée et la recherche. »

 

220px-Martin_Sorrell.jpgQui a créé (en 1985) et se trouve à la tête de cette affaire juteuse ? Sir Martin Sorrell, né à Londres en 1945 dans une famille juive. Nous apprendrons aussi que « Le 10 octobre 2008, après de nombreux rebondissements, Martin Sorrell, CEO du groupe WPP, réussit son offre de rachat de TNS Sofres. Le 24 février 2009, soit quatre mois après la réussite de son OPA sur TNS Sofres, WPP annonce, dans le cadre de la rationalisation des activités du  groupe Kantar, le rapprochement de TNS Sofres et Research International. Cette réorganisation a pour but de créer le numéro un mondial des études "ad'hoc"

 

Et voilà comment la boucle est bouclée et comment il faut bien garder à l’esprit, dans la lecture des « sondages » de TNS Sofres, qui se trouve derrière et tire les ficelles pour l’édification du brave peuple français. Qui est bien encore un peu rétif et effarouché devant certaines avancées du progrès, mais on l’y mène, on l’y mène doucement et sûrement …                     

20/09/2010

JE T’AIME MOI NON PLUS

 

Israël observe anxieusement les sondages effectués aux States et en tire des conclusions généralement optimistes quant à l’affection qu’il suppose indéfectible des Américains à son égard.

Ainsi, en juillet 2010, on claironnait sur les sites sionistes que « la plupart des américains soutiendraient une attaque israélienne contre l’Iran» :

« Plus de la moitié des américains soutiendraient Israël si l’état juif attaquerait l’Iran, selon un sondage publié mercredi.

Le sondage, réalisé par TIPP, l’unité de sondage de TechnoMetrica Market Intelligence, une société de recherche américaine spécialisée dans les solutions d’étude de marché.

Selon le sondage, 43% des démocrates américains approuvent une action militaire israélienne contre l’Iran pour l’empêcher de fabriquer des armes nucléaires, tandis que 40% s’y opposent. Toutefois, lorsque la même question a été posée aux républicains, on trouve 74% d’approbation, contre 17% seulement qui désapprouvent. Parmi les indépendants, 56% approuvent une action militaire, tandis que 30% désapprouvent.

Dans l’ensemble, 56% des américains approuvent une attaque militaire, tandis que 30% sont contre, selon les résultats globaux du sondage. »

 

Ensuite, au début de ce mois, je lisais abondamment les résultats d’un autre sondage concernant cette fois les seuls juifs américains. Il était également très favorable :

« Sondage : 75% des juifs américains “concernés” par Israël

Selon un sondage organisé par le Centre d’Etudes juives de l’université Brandéis aux Etats-Unis, 63% des sondés se sentent liés à Israël et 75 % des participants se sentent concernés par ce qui s’y passe car cela fait partie de leur identité juive. Les Juifs constituent, en effet, un peu moins de 2 % de la population des États-Unis. »

 

Le 14 septembre, nouveau sondage concernant les intentions de vote des Américains aux élections du 2 novembre prochain et les perspectives que cela pourrait ouvrir pour Israël. Sous le titre « Un sondage qu’Obama et Netanyahou feraient bien de méditer », on pouvait lire : « Réalisé par le très sérieux Institut « Gallup », ce sondage traduit aujourd’hui en chiffres la déception croissante de la population américaine envers « la star » qu’elle a portée au pouvoir il y a bientôt deux ans. (…) La parution de ce sondage pourrait aussi avoir des répercussions sur les pourparlers israélo-palestiniens, lors des prochaines rencontres bimensuelles, au fur et à mesure que l’on se rapprochera de la date des élections. L’Administration américaine, qui ne cesse d’exercer de très lourdes pressions sur Israël, pourrait être tentée de « lever un peu le pied » afin de ne pas irriter les grandes organisations juives et perdre encore davantage d’électeurs juifs. »  

Tout ceci m’amène à un article de John Mearsheimer paru ce jour, en anglais hélas, dans lequel il commente une large étude sur la perception qu’ont les Américains de leur politique étrangère. Mearsheimer est cet universitaire qui a coécrit en 2006 avec son collègue Stephen Walt, le livre Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine (La Découverte, 2007).

Vous trouverez en lien cet article qui est fort intéressant. Je ne me sens pas l’envie de le traduire en entier, juste quelques phrases :

« L’opinion publique américaine et les relations particulières avec Israël

Le Chicago Council on Global Affairs vient de publier une étude majeure sur ce que pense le public américain de la politique étrangère. Elle est basée sur les réponses de 2 500 personnes à un vaste panel de questions, notamment sur Israël. Les réponses montrent clairement que la majeure partie des Américains ne se sent pas réellement concernée par Israël. Il n’y a pas d’histoire d’amour entre le peuple américain et Israël.

Ce qui ne veut pas dire qu’ils soient hostiles à Israël, ce qui n’est nullement le cas. (…) Mais il est clair que si le peuple américain pouvait en décider, les Etats-Unis traiteraient Israël comme un pays normal, comme il traite les démocraties telles que le Royaume-Uni, l’Inde et le Japon.

(…) Contrairement aux positions officielles, moins de la moitié des Américains sont prêts à défendre Israël même en cas d’attaque non provoquée d’un voisin.

Ils sont très prudents à l’idée d’être entraînés dans un conflit initié par Israël contre l’Iran. 56% d’entre eux estiment que si Israël décide de bombarder les installations nucléaires iraniennes, l’Iran se livrera à des représailles et ils souhaitent que les Etats-Unis ne s’engagent pas dans le conflit.

(…) Seuls 33% estiment qu’Israël est “très important” pour les Etats-Unis tandis que 41% l’estiment “assez important”. Sur la liste des pays ‘très importants” pour les USA, Israël n’apparaît qu’en 5e position, après la Chine, le Royaume-Uni, le Canada et le Japon. »

Sources : http://www.juif.org/defense-israel/133376,sondage-la-plupart-des-americains-soutiendraient-une-attaque.php  

http://www.juif.org/le-mag/341,sondage-75-des-juifs-americains-concernes-par-israel.php  

http://www.israel7.com/2010/09/un-sondage-qu%E2%80%99obam...

http://mondoweiss.net/2010/09/american-public-opinion-and-the-special-relationship-with-israel.html  

 

18/04/2010

MANIP, INTOX ET CALEMBREDAINES A TOUS LES ETAGES

Vendredi 16 avril, je lisais :

 

« Sondage: 65% des Français ne veulent pas que Nicolas Sarkozy soit candidat en 2012 »

 

« PARIS (AP) — Deux tiers des Français (65%) ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy se représente à la présidentielle de 2012, selon un sondage BVA pour "La Matinale" de Canal+.

Ils sont 33% à plaider pour une candidature du chef de l'Etat, alors que 2% des sondés ne se prononcent pas.

Par ailleurs, 82% des personnes interrogées pensent qu'il sera candidat à sa succession. Seize pour cent pensent le contraire et deux pour cent ne se prononcent pas.

 

Interrogés sur les alternatives à droite pour 2012 au cas où Nicolas Sarkozy ne serait pas candidat, 33% des Français citent le Premier ministre François Fillon, devant l'un de ses prédécesseurs, Dominique de Villepin (31%). Le maire de Bordeaux Alain Juppé arrive en troisième position (21%), devant le chef de file des députés UMP Jean-François Copé (11%). Quatre pour cent ne se prononcent pas.

 

Sondage réalisé par Internet du 13 au 15 avril auprès d'un échantillon de 1.036 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. AP

 

Source :  http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20100416.FAP8828/sondage-65-des-francais-ne-veulent-pas-que-nicolas-sarkozy-soit-candidat-en-2012.html

 

 

Le même jour, de 65%, ça passait à 57% ailleurs (au Figaro, pour être précis, mais repris de France Soir qui avait commandité, et payé, un autre sondage, justement dans les mêmes jours):

     « 57% des Français ne veulent pas que Sarkozy se représente »

 

« Dix jours après la défaite de la majorité présidentielle aux régionales, la popularité du chef de l'Etat atteint sa cote d'alerte.

 

Sondage après sondage, l'image de Nicolas Sarkozy se dégrade dans l'opinion publique. Mardi, c'est une enquête Ipsos pour France-Soir qui indique qu'une majorité de Français est hostile à l'idée que le chef de l'Etat brigue un second mandat en 2012. Interrogés pour savoir si «personnellement» ils souhaitent que Nicolas Sarkozy se représente à la présidentielle, 57% des sondés répondent non. Seuls 32% disent oui et 11% ne se prononcent pas. Des résultats venant confirmer ceux d'une autre enquête Ipsos publiée la semaine dernière. Le président de la République semble toutefois conserver le soutien de son électorat de 2007, 72% des sympathisants UMP interrogés disant souhaiter sa candidature à la prochaine présidentielle.

 

Il n'en demeure pas moins que le chef de l'Etat semble payer au prix fort la défaite de son camp aux régionales. Dans un autre sondage Ipsos diffusé lundi, sa cote de popularité dégringole de sept points en un mois à 32%, son score le plus bas depuis son accession à l'Elysée. Même tendance dans le baromètre mensuel Ifop publié dimanche : Nicolas Sarkozy perd six points de popularité à 30%, enregistrant là aussi son plus mauvais résultat depuis son élection en mai 2007.

«Plus mal que de Gaulle, Pompidou ou Giscard»

Un recul également confirmé par un sondage LH2 diffusé lundi sur le site du Nouvel Observateur : la popularité de Nicolas Sarkozy baisse de quatre points sur un mois à 35% d'opinions positives, son niveau le plus bas depuis juin 2008. Sept Français sur dix estiment notamment que le chef de l'Etat n'a pas tiré les leçons des élections régionales des 14 et 21 mars, selon un sondage Harris Interactive pour RTL diffusé vendredi dernier.

Selon le politologue Jean-Luc Parodi, qui parle de «crise de confiance» atteignant «le pouvoir en place», Nicolas Sarkozy se rapproche des records d'impopularité de la Ve République. Il «fait plus mal que de Gaulle, Pompidou ou Giscard dans leurs moins bons jours, mais (…) il n'atteint cependant pas encore les records de Jacques Chirac (27% en novembre 1995, novembre 1996 ou juin 2006) ou de François Mitterrand (26% en novembre 1986 et 22% en décembre 1991)».

 

 

Source :  http://www.lefigaro.fr/politique/2010/03/30/01002-20100330ARTFIG00450-57-des-francais-ne-veulent-pas-que-sarkozy-se-represent-.php

 

 

C’était mal barré, mais les miracles arrivent. La preuve :

 

 

« Sarkozy en tête des prétendants de droite pour 2012, selon Ifop »

 

« PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy arrive en tête des personnalités de droite dont la candidature est souhaitée pour 2012, suivi par Dominique de Villepin, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche diffusé samedi.

 

Selon cette enquête, 20% des Français souhaitent la candidature le chef de l'Etat, contre 13% pour l'ex-Premier ministre Dominique de Villepin et 8% pour l'actuel chef du gouvernement François Fillon.

 

La candidature d'Alain Juppé, lui aussi ancien Premier ministre, est souhaitée par 5% des personnes interrogées, devant le président du MoDem François Bayrou (3%) et Marine Le Pen, vice-présidente du Front National (2%).

 

Ce sondage a été réalisé du 15 au 16 avril auprès d'un échantillon de 956 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. »

 

 

On ne prendrait pas un peu les Français pour de bonnes pommes ? On croit vraiment qu'ils n'ont pas d'autres soucis que ces sondages bidon? Peut-être qu’on ne se rend pas vraiment compte, là-haut, qu’à force de leur avoir fait avaler des tonnes de couleuvres, ils sont arrivés à la limite de l’indigestion ? De l’exaspération ? Du désespoir ? Et du désespoir à la révolution, il n’y a finalement plus tellement loin…

Je suggère un sondage sur le sujet. Chiche que le résultat serait décoiffant.

 

06/04/2010

UN METIER DE CHIEN

encouleur.jpg

Pauvres députés, si dépités de constater dans un nouveau sondage l’incompréhensible désamour des Français ! Ils se demandent pourquoi on les a pris en grippe, ce n’est pourtant pas de leur faute, non ?

 

Le porte-parole de l’UMP, Dominique Paillé, a délivré cet oracle: «La classe politique ne mérite pas ce jugement. Si les Français savaient le métier de chien que l'on fait, ils changeraient de jugement!»

 

Donc ces pauvres gens font un métier de chien. Ils se sacrifient pour nous, sans rien demander ni recevoir en échange. Et en remerciement, on les boude. Je suis contente de l’apprendre parce que je m’étais complètement fourvoyée : j’avais toujours eu l’impression qu’ils se battaient comme des chiens pour obtenir leur investiture. Voilà, encore une fois, je n’avais rien compris : ils se battent comme des chiens pour parvenir péniblement à faire un métier de chien. Et tout ça pour nous. Pour le pays. J’en ai les larmes aux yeux. Dorénavant, je vais les aimer, ces grands désintéressés, promis juré.

 

Vincent Peillon, le socialiste, est lui aussi d’avis que tout ça c’est la faute des Français, qu’ils ne viennent pas se plaindre ceux-là :   «Les Français n'ont qu'à aller voter! Leur choix passe avant tout par le bulletin de vote».

 

Peut-être que Vincent Peillon a juste oublié un petit point de détail : il parle de choix et de bulletin de vote. Quel rapport ? Parce que moi, je n’en vois aucun et la plupart des gens ont fini par piger aussi : le truc de génie, c’est qu’il n’y a aucun choix. C’est juste un choix virtuel. Pour de rire. Pour faire semblant. Ce n’est pas malin, ça ?

 

D’ailleurs, dans ce sondage, lorsque l’on pose la question qui fâche : pourquoi l’abstention ? il convient de lire attentivement les réponses qui devraient alerter les dépités : 87,4% des sondés s’abstiennent pour trois raisons qui n’en forment en fait qu’une seule et unique : 35,9 sont mécontents, 27,6 pensent que ça ne sert à rien, 23,9 ne se sentent pas représentés.

 

Il en reste 12,6% sous trois rubriques : ne s’intéressent pas à la politique, malades, ou autres.

 

En clair, 87,4% en ont définitivement ras-le-bol de ces politiques qui ont oublié à quoi ils servaient. Je me permets de le leur rappeler :

 

Un député est élu pour représenter ses concitoyens à Paris et pour y défendre leurs intérêts et leurs priorités. C’est exactement le contraire de ce qui est fait à l’heure actuelle puisque le système considère que le député est élu pour aller prendre ses ordres à Paris et les répercuter ensuite dans sa circonscription.

 

Inutile d’aller chercher plus loin les raisons  d’un divorce qui ne s’achèvera peut-être pas à l’amiable, cette fois.

 

 

Source : http://fr.news.yahoo.com/82/20100406/tfr-le-peuple-des-lu...

 

http://www.20minutes.fr/article/395790/France-Les-Francais-votent-une-motion-de-defiance.php

 

dessin de Konk

01/02/2010

EFFARANT

Le pays est dans la mouise la plus totale, mais on n’en a cure, dans la France d’en haut. Des problèmes ? No problem. Et la partie de Monopoly reprend de plus belle en vue des … prochaines présidentielles. Car c’est exactement ce qu’est devenue la politique. Un jeu excitant entre membres d’une petite caste inamovible et indéboulonnable. Pas un seul n’a un projet à présenter ou des choix à offrir, c’est trop compliqué tout ça, faudrait réfléchir et puis, quel intérêt ? L’important, c’est d’arriver au sommet pour satisfaire son ego, se goinfrer de tous les privilèges attachés à la fonction et faire mumuse avec les autres irresponsables tout autant persuadés de leur rôle planétaire.

 

En lâchant de temps en temps quelques miettes, genre contrôle des banques dans un futur lointain, histoire de faire patienter les imbéciles d’en bas.

 

·          Les médias sont complices car partie prenante du système. Dernière illustration en date : « Dominique Strauss-Kahn est «capable de sortir le pays de la crise économique» pour 56% des Français, selon un sondage Ifop.

 

Le patron du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn (DSK), serait le meilleur candidat du PS pour l'élection présidentielle de 2012 pour 23% des Français, selon un sondage Ifop, paru dans l'édition dominicale du Journal du Dimanche. Il devance ainsi de trois points la première secrétaire du PS, Martine Aubry (20%).  (…)  En revanche, le directeur général du FMI a «l'étoffe d'un président de la République» pour 62% des Français (63% pour les seuls sympathisants socialistes). La maire de Lille n'obtient sur ce point que 24% et 28% » !!!!

 

Voilà un magnifique exemple d’intox et d’enfumage. Ils seraient donc si bêtes que ça, les Français ? Et comme par hasard, le sauveur est … Dominique Strauss-Kahn !

04/11/2008

NAIVETE … INSONDABLE

images.jpg

Je lis que les Français seraient 86% à souhaiter l’élection d’Obama plutôt que celle de McCain ! Les medias peuvent être satisfaits, le bourrage de crâne a bien fonctionné. Non pas que je sois pour McCain. Je m’en fiche royalement. Là encore, le système gagnera de toute façon. Les deux candidats se sont dépêchés d’aller faire toutes les génuflexions requises, il n’y a donc aucune révolution en vue au pays de l’oncle Sam.

Ce qui est navrant, c’est que les Français soient toujours aussi naïfs et continuent d’avaler sans broncher le brouet qui leur est servi. Question : pourquoi sont-ils à ce point massivement pour Obama ? Parce qu’il est noir et que c’est très bien vu d’être pour les noirs ? Il faut dire qu’on leur a tellement fait la leçon que maintenant, ils connaissent la bonne réponse. Pour ses propositions ? Il y a gros à parier qu’ils seraient incapables d’en aligner une seule.

Non, c’est toujours pour l’éternelle même raison : l’image. Seule compte désormais l’image. Ils ont pourtant donné avec Sarkozy, ça ne leur a pas servi ?

Il reste quand même un petit pourcentage de Français sensés dans ce pays : les 8 % qui n’ont pas d’avis. Eux du moins ont compris que Obama ou McCain, c’était pour l’essentiel du pareil au même. Et des perspectives pas très réjouissantes pour le reste du monde.

Moi, ce qui me surprend le plus dans cette élection, c’est qu’un grand pays comme les USA ne soit capable d’aligner que DEUX candidats à une élection aussi importante. Et deux candidats dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne brillent pas par un niveau étourdissant. Il n’existe donc pas d’autres personnalités et d'autres partis pour proposer une autre vision de l’avenir du pays ? Il n’y a donc plus là-bas non plus aucun débat réel sur des questions importantes intéressant à la fois la sécurité mondiale et l’utilisation des finances publiques? Suivez mon regard …

On comprend en tout cas que les dirigeants actuellement en place aient fait diligence pour sortir de leur chapeau les milliards destinés à sauver le système. Et donc leur peau. Car la seule chose qui parviendra à faire sortir les Français – et les autres – de leur hébétude virtuelle, sera que la crise -  mais la vraie, la leur perso – finisse par les toucher réellement dans leur quotidien. Ce qui n’est pas encore le cas.

C’est à ce moment-là, et à ce moment-là seulement, qu’ils finiront par se réveiller et comprendre que l’image, c’est bien joli, mais finalement très limité comme projet politique.