Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2011

ENCORE UN SONDAGE QUI TOMBE A PIC

La chancelière d'Allemagne rentre d’Israël où elle s’est livrée sans barguigner à toutes les formalités requises. En marge de cette visite – qui a également donné lieu à l’annonce du doublement des subventions allemandes aux rescapés de la shoah pour l’année 2011 – un sondage vient à point nommé pour allumer un contre-feu aux déclarations intempestives de certains gouvernements concernant leur reconnaissance d’un éventuel état palestinien.

 

Il paraîtrait que les Allemands n’en veulent pas, de cette reconnaissance « unilatérale ». Mais comme pour TNS Sofres, dont nous avons étudié le cas il y a quelques jours, on peut éprouver l’une ou l’autre crainte quant à la parfaite neutralité de l’organisme qui s’est livré à cette enquête.

 

Il s’agit en effet d’une officine américaine, Greenberg Quinlan Rosner Research, créée en 1980 par Stanley Greenberg, qui est juif et proche d’Israël.

 

logo_print.gifL’enquête a du reste été commandée par The Israel Project (TIP) qui se définit en ces termes : « TIP est une organisation internationale à but non lucratif destinée à sensibiliser la presse et le public sur Israël. TIP fournit aux journalistes, aux dirigeants et aux leaders d'opinion des informations exactes concernant Israël.TIP n'est affilié à aucun gouvernement ni aucune agence gouvernementale ». Qu’on se le dise !

 

Vous constaterez à la lecture de l’article qui suit, qu’Angela Merkel a reçu sa feuille de route détaillée. Le sondage étant apparemment là pour lui donner un coup de pouce.

 

« Un sondage national en Allemagne, réalisé par Greenberg Quinlan Rosner Research du 12 au 19 janvier, montre que 76 pour cent des Allemands approuvent l'application des sanctions économiques contre l'Iran et 57 pour cent s'opposent à ce que le gouvernement allemand reconnaisse la déclaration unilatérale d'un État palestinien.

Les efforts palestiniens,qui consistent à chercher le soutien international d'une possible déclaration unilatérale d'un État, le long des frontières de 1967, s'intensifient. Le gouvernement allemand doit diriger l'opposition européenne à une telle déclaration.

Le processus consistant à l’établissement d’un État palestinien doit respecter les besoins des deux côtés et conduire à une paix durable. Pour ce faire, les officiels israéliens et palestiniens doivent éviter des déclarations ou des actions unilatérales, et les négociations directes doivent reprendre au plus vite.

Israël a demandé à plusieurs reprises que les Palestiniens reprennent les négociations depuis que le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas a quitté la table des négociations en septembre dernier, moins d'un mois après la reprise après une longue interruption.

Dans le cadre de ses efforts afin de contribuer à la création d'un État palestinien, Israël encourage le développement économique en Cisjordanie et supprime un grand nombre de barrages routiers. Par conséquent, l'économie de la Cisjordanie a augmenté de près de 9 pour cent l'année dernière, apportant une prospérité sans précédent à de nombreux Palestiniens.  

Israël a également démontré qu'il soutenait une solution à deux États lorsqu'il s’est retiré de Gaza en 2005 et a laissé derrière des serres en état de marche pour faire démarrer l'économie gazaouie. Israël espérait que ce geste unilatéral ouvre la voie à un État palestinien. Mais le Hamas, soutenu par l'Iran, a violemment pris le contrôle de Gaza des mains de l'Autorité Palestinienne et a commencé une campagne terroriste contre des civils israéliens avec une pluie de roquettes et de mortiers. Le Hamas et ses alliés ont en tirés 238 l'année dernière et déjà 33 en 2011.

Israël a conclu que cette action unilatérale, ou toute autre, peu importe son bien fondé, ne peut pas conduire à une solution à deux États et ne constitue pas un substitut d’un accord négocié.

Le programme palestinien fait fi du réseau complexe des relations qui unissent Israël et la Cisjordanie, qui partagent les ressources d'eau, l'électricité et les lignes d'égout. Séparer unilatéralement les entités, étroitement liées, menace potentiellement les services fournis à des centaines de milliers d'individus des deux côtés.

La visite en Israël de cette semaine est la troisième de la chancelière allemande Angela Merkel depuis 2007. Outre leurs liens économiques, l'Allemagne et Israël sont tous deux des démocraties dont les citoyens jouissent de la liberté de religion, de parole, de presse, de la liberté juridique en bonne et due forme et du droit de vote ; tous deux aspirent à la paix et recherchent des sources d'énergies douces.

Israël travaille sans relâche depuis des décennies au développement de solutions d'énergies douces, telles que l'énergie solaire et éolienne et les automobiles électriques. Elles aideront les pays de l'Union européenne à réduire leur dépendance du pétrole du Proche-Orient et du gaz russe.

A son retour en Allemagne, la chancelière Angela Merkel devrait expliquer ces avancées au peuple allemand et aux autres Européens. Elle doit expliquer les pièges d'une déclaration unilatérale d'un État palestinien le long des frontières de 1967 – ou toute autre action unilatérale, quel que soit le côté. Et elle doit diriger l'opposition à une campagne palestinienne consistant à rassembler le soutien en Europe à une telle déclaration unilatérale.

Seul un accord négocié peut conduire à un État palestinien viable aux côtés d'Israël dans la paix et la sécurité. »

 

http://webcache.googleusercontent.com/search?hl=fr&q=...

17/12/2010

ET ALLEZ DONC !

Tant qu’à faire, autant que ça en jette carrément : 91% votent pour Fifille ! Un score  stalinien pur et dur comme au bon vieux temps. Mais 91% de quoi ou de qui, allez-vous me demander ? Eh bien, il paraîtrait que ce serait 91% de « sympathisants du FN ». Pas 91% des adhérents quand même, faut rester crédible.

Vous lirez attentivement la dernière phrase où finalement, on apprend que ce « sondage » a été effectué auprès de 3 962 personnes « au sein duquel un échantillon de 225 sympathisants FN a été isolé. » Je serais curieuse de savoir comment ils ont été « isolés » ceux-là. Et surtout, je serais curieuse de connaître la question exacte qui était posée.

Donc, résumons : 91% de 3 962 qui n’ont rien à voir avec le FN penchent pour Fifille. Ce qui en dit long sur l’intox télé/médias et le degré moyen de réflexion du populo. Hélas, trois fois hélas, ce ne seront pas eux qui voteront. Ce seront ces stupides adhérents, qui se montreront peut-être finalement moins cons qu’espéré.

« Ecrasante majorité au FN pour Marine Le Pen, selon Ifop

Une écrasante majorité (91%) des sympathisants du Front national souhaite voir Marine Le Pen succéder à son père à la tête du parti, selon un sondage Ifop pour La Lettre de l'Opinion diffusé vendredi.

Son unique rival, le député européen Bruno Gollnisch, n'est désigné que par 6% des personnes interrogées, 3% des sondés ne choisissant ni l'un, ni l'autre.

Pour la première fois, le futur président du FN sera élu directement par les adhérents lors du congrès de Tours, les 15 et 16 janvier.

Marine Le Pen, qui bénéficie d'une forte notoriété médiatique, mise sur les adhérents pour distancer l'ancien numéro 2 du parti, qui possède des appuis parmi les cadres et les militants actifs du FN.

Mais elle pense que le vote des adhérents en sa faveur sera moins massif que ne le serait celui d'électeurs interrogés par des instituts de sondage.

"Je n'ai jamais pensé à une victoire écrasante et je n'y tiens pas du tout. Je considère que le Front national est un outil et je ne voudrais pas qu'il soit abîmé à l'issue du congrès", a-t-elle récemment dit à Reuters.

"Que Bruno Gollnisch et ses amis aient une place, représentent une sensibilité du FN ne me pose aucune difficulté", a-t-elle ajouté.

La fille de Jean-Marie Le Pen, qui est créditée de 12 à 14% des intentions de vote pour la présidentielle de 2012, se dit certaine de pouvoir accéder au second tour comme son père en 2002, où il avait éliminé le candidat socialiste Lionel Jospin.

Le sondage Ifop a été réalisé du 7 au 16 décembre auprès d'un échantillon de 3.962 personnes au sein duquel un échantillon de 225 sympathisants FN a été isolé. »

Source : http://fr.news.yahoo.com/4/20101217/tts-france-marine-le-...

25/11/2010

INTERESSANT SONDAGE

Dans la démocratie phare/modèle du Proche-Orient, les rapports un peu trop étroits du religieux et du politique n’ont pas l’air de beaucoup satisfaire les Israéliens.

Il faut quand même savoir qu’à ce jour, le mariage civil n’est pas encore reconnu officiellement, sauf pour les agnostiques et les athées, et ce, depuis cette année uniquement. En dehors de cette frange marginale de la population, seul est reconnu le mariage religieux. Les Israéliens ont l’air de se sentir à l’étroit sous cette chape.

 

« 80 % des Israéliens mécontents des rapports politico-religieux

Quatre-vingt pour cent des citoyens de l'Etat hébreu insatisfaits des rapports entre le politique et le religieux. C'est ce que révèle une récente enquête d'opinion publiée mercredi par Hiddoush, une organisation de défense de la liberté religieuse.

Selon le sondage, 61 % des citoyens non-haredim se déclarent en faveur d'une coalition gouvernementale Likoud-Kadima qui exclurait les partis religieux. Du coté des nouveaux immigrants, les chiffres sont tout aussi éloquents. En effet, 77 % d'entre eux désapprouvent l'état actuel des relations entre le monde religieux et le monde politique, malgré la présence d'un parti strictement laïc comme Israël Beitenou au gouvernement.

Les chiffres sont quasiment similaires dans le milieu haredi : 91 % des sondés sont insatisfaits des rapports entre l'Etat et la synagogue au sein de l'Etat hébreu.

Selon le rabbin Réguev, avocat et directeur-général de la fondation Hiddoush, ces chiffres sont parlants : "Les israéliens ne veulent pas d'un gouvernement soumis aux religieux. Ils veulent que le gouvernement n'accorde pas d'aides aux étudiants des yeshivot. Ils rêvent de faire sauter le monopole maintenu par un rabbinat soumis aux haredim sur le mariage et le divorce."

Réguev a également appelé les leaders du gouvernement actuel et de l'opposition à "écouter le public et établir un gouvernement civil qui votera les réformes désirées". »

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993722961&a...

21/11/2010

70% des Israéliens refusent de pardonner à l’Allemagne

Très instructif sondage que les Allemands devraient intensément méditer …. Sans doute n’ont-ils pas encore suffisamment payé :

 

« Un peu moins du quart des Israéliens pardonnent l'Allemagne pour les crimes nazis, selon un sondage publié dimanche par le Centre d'Etudes académiques. Ce centre se charge précisément d'examiner le ressenti des Israéliens par rapport à certains événements historiques.

Conduite par l'Institut Geocartographia, l'étude a été menée auprès 500 hommes et femmes de plus de 18 ans - un échantillon censé représenter la population juive israélienne.

 

Les laïcs plus "cléments" que les religieux

 

Les sondés devaient répondre à la question suivante : "Aujourd'hui, 65 ans après la Seconde Guerre mondiale, est-il temps de pardonner le peuple allemand et l'Allemagne pour les crimes commis durant la Shoah ?"

 

Vingt-trois pour cent des personnes interrogées disent avoir pardonné l'Allemagne, contre 70 % qui refusent. Sept pour cent s'estiment indécis. Le Centre d'Etudes académiques a remarqué que, étonnamment, plus l'âge des sondés était élevé, plus ces derniers étaient disposés à pardonner.

 

Egalement intéressant : les Juifs laïcs s'avèrent plus cléments à l'égard de l'Allemagne que les Israéliens religieux et ultra-orthodoxes.

 

Aaron Bock, porte-parole de la communauté juive allemande, s'est dit particulièrement surpris par les résultats du sondage. "Le nombre de personnes prêtes à pardonner est assez étonnant", a-t-il déclaré. "Il semble que le public israélien comprend mieux aujourd'hui que l'Allemagne ne doit plus être punie pour la Shoah. L'Allemagne d'aujourd'hui est différente, tout comme la nouvelle génération allemande." »

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993716829&a...

03/11/2009

DROLE DE FROMAGE

sondageGEGG.gif

 

 

« Selon un sondage, réalisé en octobre par Greenberg Quinlan Rosner Research (GQRR) et commissionné par The Israel Project (TIP), un grand nombre d’Américains rejette le rapport de l'ONU accusant Israël de crimes de guerre.

 

Une majorité de 88 pour cent des sondés n’est pas informée du rapport, mais pour ceux qui sont familiers avec le document, ils expriment un désaccord selon une marge de 50 à 29 pour cent. Pour la majorité de ceux qui ne connaissent pas ce rapport (entre 19 et 30 pour cent), ils en arrivent à la même conclusion de désaccord lorsqu'ils sont informés que ce dernier accuse Israël et le Hamas de crimes de guerre avec des accusations beaucoup plus sérieuses à l’égard d'Israël. Avec une marge de 50 à 27 pour cent, les Américains pensent qu'Israël a combattu une guerre défensive et que le Hamas est essentiellement responsable de la mort de civils, et non l'usage de la force excessive d'Israël. »

 

 

Je suis plutôt mauvaise en calcul, mais vous comprenez quelque chose à ce charabia, vous ? De toute façon, ce n’est pas grave. L’objectif n’est pas de faire des mathématiques exactes, mais de chanter un nouveau couplet sur l’air bien connu du « Nous, on n’a rien fait, c’est rien que le Hamas … ».

 

Et si les Américains aussi le disent, c’est forcément vrai. Même si la majorité ignore tout de ce fameux rapport de 575 pages (disponible sur Internet, mais en anglais ). Ils savent quand même – et c’est l’essentiel - qu’Israël « a combattu une guerre défensive » et que le Hamas est « essentiellement responsable de la mort de civils ». 13 morts d’un côté, 1315 de l’autre, c’est plutôt équilibré, non ? Il est où, le problème? 

 

Source: http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17203&artyd=5

 

11/02/2009

AH, CE QUE LES GENS SONT MECHANTS …

img_logo4.gifComme chaque année à pareille époque, l’Anti-Defamation League*, qui a les moyens, a commandité un sondage sur l’attitude des méchants Européens à l’égard des gentils juifs. Et comme chaque année, les conclusions sont identiques : les  « préjugés antisémites multiséculaires » s’entêtent à persister chez des millions d’Européens, on se demande pourquoi.

 

Ce sondage a été réalisé en interrogeant à chaque fois 500 personnes dans sept pays européens, du 1er décembre 2008 au 13 janvier 2009. Les chiffres émanent du site de l’ADL (http://www.adl.org/PresRele/ASInt_13/5465_13.htm ).

 

Comme vous le constaterez, on se réfère constamment, pour comparer, aux chiffres de 2007. Or la vérité oblige à dire que le sondage de 2007 ne concernait que cinq pays européens (et non sept) : France, Allemagne, Italie, Espagne, Pologne. (http://www.adl.org/PresRele/ASInt_13/5045_13.htm ). Je me demande donc d’où sont tirées  les comparaisons pour l’Autriche, la Hongrie et le Royaume-Uni qui apparaissent dans ce nouveau sondage.

 

« (…) Près de la moitié des personnes interrogées considèrent que les Juifs ne sont pas fidèles à leur pays et plus d'un tiers pensent qu'ils ont "trop de pouvoir" dans les affaires et la finance. 31% des sondés estiment qu’ils sont responsables de la crise financière mondiale.

 

Les résultats confirment que l'Espagne est le pays où le sentiment judéophobe est le plus élevé, et malheureusement en progression. Il se confirme que le Royaume-Uni reste le pays où le sentiment judéophobe est le moins élevé et en recul.

 

Pourcentage de personnes interrogées qui ont répondu qu’il est "probablement vrai" que "les Juifs sont plus loyaux envers l’Etat d’Israël qu’envers le pays dans lequel ils vivent" :

 

Autriche : 47% (contre 54% en 2007)

France : 38% (39% en 2007) et 29% en 2005

Allemagne : 53% (contre 51% en 2007) et 55% en 2005

Hongrie : 40% (contre 50% en 2007)

Pologne : 63% (contre 59% en 2007) et 52% en 2005

Espagne : 64% (contre 60% en 2007) et 51% en 2005

Royaume-Uni : 37% (contre 50% en 2007)

 

Pourcentage de personnes interrogées qui ont répondu qu’il est "probablement vrai" que "les Juifs ont trop de pouvoir dans le monde des affaires" :

 

Autriche : 36% (contre 37% en 2007)

France : 33% (contre 28% en 2007) et 25% en 2005

Allemagne : 21% (inchangé par rapport à 2007) et 20% en 2005

Hongrie : 67% (contre 60% en 2007)

Pologne : 55% (contre 49% en 2007) et 43% en 2005

Espagne : 56% (contre 53% en 2007) et 45% en 2005

Royaume-Uni : 15% (contre 22% en 2007)

 

Pourcentage de personnes interrogées qui ont répondu qu’il est "probablement vrai" que "les Juifs ont trop de pouvoir sur les marchés financiers économiques" :

 

Autriche : 37% (contre 43% en 2007)

France : 27% (contre 28% en 2007) et 24% en 2005

Allemagne : 22% (contre 25% en 2007) et 24% en 2005

Hongrie : 59% (contre 61% en 2007)

Pologne : 54% (inchangé par rapport à 2007) et 43% en 2005

Espagne : 74%* (contre 68% en 2007) et 54% en 2005

Royaume-Uni : 15% (contre 21% en 2007)

* Alors que la moyenne est de 41%.

 

Pourcentage de personnes interrogées qui ont répondu qu’il est "probablement vrai" que "les Juifs parlent trop de l’Holocauste" :

 

Autriche : 55% (contre 54% en 2007)

France : 33% (contre 40 % en 2007) et 34% en 2005

Allemagne : 45% (contre 45% en 2007) et 48% en 2005

Hongrie : 56% (contre 58% en 2007)

Pologne : 55% (contre 58% en 2007) et 52% en 2005

Espagne : 42% (contre 46% en 2007) et 46% en 2005

Royaume-Uni : 20% (contre 28% en 2007)

 

La marge d’erreur est d’environ 4%. »

 

Vous noterez que sont donc considérées par l’ADL comme des « canards » ou bobards antisémites, donc dénuées de tout fondement, les affirmations suivantes :

Les juifs ont trop de pouvoir dans le monde des affaires

Les juifs ont trop de pouvoir sur les marchés financiers économiques

Les juifs parlent trop de l’holocauste.

 

Face à ces affirmations, il me semble pourtant que la seule interrogation pertinente n’est pas de se demander si c’est philosémite ou antisémite. Mais simplement si c’est VRAI ou FAUX. Question qu’il est interdit de poser. Pour y parer, l’arme absolue, qui a bien marché jusqu’à présent: jeter le tabou sur ces points délicats en les qualifiant de « canards » antisémites et bien agiter l’épouvantail pour faire honte (une fois de plus) aux Européens.  

 

* plus d’infos sur cette intéressante organisation – la LICRA américaine – dans les archives du 21/07/07.