Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2012

LES PRIORITES DE LA SNCF

"Jérusalem : la SNCF signe une convention avec Yad Vashem sur l'étude des conditions de déportation des Juifs de France pendant la Shoah"

 

 

"La SNCF avait annoncé en février avoir déposé des copies de l'intégrale de ses archives sur la Shoah au Mémorial de la Shoah à Paris, à Yad Vashem, et à l'Holocaust Museum à Washington. La SNCF a donc signé mercredi à Jérusalem avec le mémorial Yad Vashem une convention pour favoriser l'étude des conditions de déportation de 76.000 Juifs de France durant la Shoah.

 

"Le soutien de la SNCF contribuera à la partie française du projet de recherche intitulé Convois vers l'extermination: Base de données sur la déportation des Juifs pendant la Shoah", a indiqué Yad Vashem dans un communiqué. "Nous saluons cette contribution de la SNCF à cette recherche", a déclaré Avner Shalev, président de Yad Vashem, cité dans le communiqué. "La SNCF est fière d'apporter son soutien au grand projet de Yad Vashem pour la partie qui concerne la France", a déclaré Bernard Emsellem, vice-président de la compagnie, selon la même source."

 

 

Source: http://www.juif.org/antisemitisme-juif/172732,jerusalem-la-sncf-signe-une-convention-avec-yad-vashem-sur-l-etude.php

28/03/2011

ENCORE DES INDEMNISATIONS ET DES REPARATIONS !

… où l’on retrouve à nouveau la SNCF qui a décidément de gros soucis en ce moment. Vous ne voudriez pas qu’en sus de tout le reste, elle s’occupe par-dessus le marché des usagers, non ? Les priorités d’abord :

 

 

"Un nouveau site internet dédié aux procédures d’indemnisation"

 

 

ii.jpg"Depuis sa création en 1956, le Mémorial accueille et aide les survivants de la Shoah et leurs familles dans leurs recherches personnelles et historiques, ainsi que dans la constitution de dossiers de demandes d’indemnisations et de réparations.

 

Afin de rendre ces informations encore plus accessibles,  le Mémorial de la Shoah a mis en œuvre un site internet avec le soutien de la SNCF:

 

http://holocaust-compensation-france.memorialdelashoah.org

 

Ce site disponible, en Français, en Anglais et en Hébreu (dès le 5 avril), vise à mieux faire connaître les compensations et les restitutions attribuées par le gouvernement français aux Juifs français et étrangers qui ont été victimes des persécutions racistes et antisémites mises en place par le gouvernement de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Il sera régulièrement modifié en fonction de l’évolution de ces procédures et propose une assistance téléphonique.

 

Mémorial de la Shoah

17, rue Geoffroy–l’Asnier,

75004 Paris

Tél. 01 42 77 44 72

Fax : 01 53 01 17 44

contact@memorialdelashoah.org www.memorialdelashoah.org"

 

 

Source: http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=24236&artyd=99

19/03/2011

ENCORE PLEIN DE MALHEURS POUR CE PAUVRE GUILLAUME PEPY !

uu.jpgVous savez, le président de la SNCF. Nous l’avions laissé fin janvier errant seul et misérable parmi les baraquements d’Auschwitz (mais à son retour, son service de presse nous avait affranchis, quand même). Il avait donc fait de gros efforts, sans parler des « lieux de mémoire » payés par le contribuable et autres exercices obligatoires de repentance.

Eh bien, tout ceci n’a pas suffi. Ce qui n’a absolument rien d’étonnant, car lorsqu’on a le malheur de mettre le bout du doigt dans cet engrenage diabolique, tout le reste y passe.

 

Vous vous souvenez que ses malheurs avaient en fait commencé aux States où des élus juifs voulaient voir la SNCF se mettre à plat ventre en s’accusant de tous les maux de la déportation. Pépy s’était excusé, pourtant.

 

Ce qui n’empêche à présent le dépôt dans les deux chambres du Congrès américain d’un projet de loi visant à autoriser des poursuites contre la SNCF, toujours pour le même et éternel motif : elle a convoyé des juifs vers les camps.

"Rien n'effacera jamais les atrocités commises par l'Allemagne nazie et ses collaborateurs", a déclaré la représentante démocrate Carolyn Maloney qui soutient le projet de loi.

Si la loi est adoptée, eh bien, il ne restera plus aux survivants et à leurs héritiers qu’à passer à la caisse. Ce n’est pas bien grave, ce n’est pas Pépy qui paiera, naturellement, mais les Français. Comme d’habitude.

Car le contrat en vue pour la SNCF : 2,6 milliards de dollars pour relier Orlando et Tampa en Floride, sans compter d’autres qui pourraient s’ajouter, mérite sûrement ces quelques sacrifices.

On peut d'ailleurs se demander si c'est tellement la vocation de la société "nationale" d'aller construire des lignes aux USA. Le réseau français devrait suffisamment l'occuper. Ce ne sont pas les améliorations à apporter qui manquent. Puisque les Américains sont si sourcilleux sur la morale, qu'ils construisent donc leurs lignes eux-mêmes.

http://www.juif.org/societe-israel/147454,usa-projet-de-l...

 

26/01/2011

AH LA, LA, DIFFICILE DE CONTENTER TOUT LE MONDE …

C’est vrai, ça. Il y en a qui ne sont jamais contents. En ce moment, la SNCF – et son président - ont quand même des choses infiniment plus importantes à faire qu’à s’occuper bêtement de tarifs ou d’horaires de trains. Tsss… les priorités d’abord, les accessoires ensuite. Et si on n’augmente pas les tarifs, où trouvera-t-on l’argent pour financer les « lieux de mémoire » de la shoah qui ont été promis par le président Pepy, hein, je vous le demande ?

 

1)   « Près de soixante-dix ans après la Shoah, la SNCF s'excuse publiquement

 

pres-de-soixante-dix-ans-apres-la-shoah-910669.jpg«En ces jours de malheur, la SNCF avait tous les visages de la France»

 

En cédant à la ville de Bobigny un terrain de la gare d'où sont partis plus de 20000 Juifs vers la mort en 1943 et 1944, le président de la SNCF Guillaume Pepy a reconnu les responsabilités de l'entreprise, qui fut « un rouage de la machine nazie d'extermination ». « Contrainte, certes, notre entreprise a acheminé ces trains jusqu'à la frontière. Elle l'a fait », a-t-il reconnu en présence de Simone Veil, présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

 

« En ces jours de malheur, notre entreprise avait tous les visages de la France », a encore relevé le patron de la SNCF, rappelant que « les cheminots résistants ont été l'honneur de l'entreprise et de la France ». Une « démarche de mémoire » va d'ailleurs être lancée sur les 2000 cheminots fusillés ou morts en déportation. »

 

 

2)   « Protestation contre la hausse des tarifs TGV

 

p.jpgDes associations d'usagers s'élèvent contre l'augmentation du prix moyen des tarifs TGV, Teoz et Lunea, de 2,85% à partir du 8 février, annoncée par la SNCF.

Dans un communiqué publié mercredi, l'association "SNCF ras-le-bol !" et l'Association des voyageurs-usagers des chemins de fer (Avuc) jugent cette hausse "indécente" compte tenu de la dégradation du service ces derniers mois.

"Cette annonce ne peut que renforcer notre détermination quant au maintien de la grève nationale de présentation du billet sur le réseau TER" des trains régionaux, écrivent-elles.

Cette grève, lancée lundi dernier, touche actuellement l'ensemble de la France, selon les organisateurs.

Dans un communiqué, la SNCF dit avoir reçu "l'accord des pouvoirs publics" pour cette augmentation, qui ne concerne pas le prix des cartes commerciales afin de "maintenir l'accessibilité du TGV au plus grand nombre".

L'entreprise justifie la hausse par des investissements destinés à rénover les matériels.

Après plusieurs mouvements de protestation d'abonnés, la SNCF s'est engagée à geler en 2011 le tarif des forfaits TGV pour les utilisateurs au quotidien. Elle a également réagi en dévoilant un plan de rénovation de douze "lignes malades".

Selon des données internes publiées mercredi par Les Echos, la ponctualité des trains s'est dégradée en 2010, et ce sur tous les types de trains (TGV, TER, Transilien, Corail intercités). 

Certains événements au cours de l'année 2010 ont perturbé le trafic ferroviaire, comme les intempéries en décembre ainsi que les grèves d'avril et d'octobre. Mais en les excluant, les chiffres évoluent toujours à la baisse, selon le quotidien. »

Sources : http://fr.news.yahoo.com/4/20110126/tts-france-sncf-tarif...

 

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

24/01/2011

APRES CELINE, C’EST AU TOUR DE LA SNCF. NON MAIS !!!

Pas évident pour cette malheureuse communauté de se faire entendre, dans ce pays peuplé d’antisémites (voir article suivant). Mais enfin, avec de la persévérance, elle  arrive quand même à grappiller par-ci par-là, quelques menues satisfactions. Du genre de celle qui est relatée ci-après, par exemple.

Vous noterez que le président de la SNCF s’est bien gardé de nous préciser combien d’argent (public) serait encore englouti dans la transformation de l’ancienne gare de Bobigny en « lieu de mémoire ». Un oubli sans doute. Ou alors, ça ne nous regarde pas. On peut s’attendre au pire, lorsqu’on songe au coût de la simple « restauration » d’une baraque d’Auschwitz.

Si la SNCF a de l’argent en trop, qu’elle améliore donc son service et baisse ses tarifs. Au lieu de se vautrer dans la servilité la plus éhontée.

 

« La SNCF s'explique mardi à Bobigny sur son rôle dans la Shoah

PARIS (AFP)---En lançant mardi la transformation en lieu de mémoire de l'ancienne gare de Bobigny, d'où plus de 22.000 juifs internés au camp de Drancy sont partis vers les camps de la mort, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, doit s'expliquer sur le rôle de la compagnie dans la Shoah.

Les heures sombres de l'histoire de la SNCF, qui a transporté quelque  75.000 juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, ont déjà fait l'objet de  plusieurs procès - jamais perdus par la compagnie. 

Elles ont été remises en lumière ces derniers mois, des élus américains  ayant exigé que les compagnies qui sont candidates à des contrats aux  Etats-Unis et qui avaient transporté des déportés présentent explications et  excuses, et éventuellement indemnisent les descendants.

Or, la SNCF est très intéressée par les projets de trains à grande vitesse aux Etats-Unis, notamment en Californie et en Floride.

Finalement, la loi californienne qui la menaçait directement a été  censurée, avant son départ, par le gouverneur Arnold Schwarzenegger, cependant que le représentant démocrate de Floride, qui avait déposé un projet de loi similaire au niveau fédéral, a été battu aux élections en novembre.

La compagnie française a néanmoins pris la chose assez au sérieux pour  dépêcher des dirigeants outre-Atlantique, pour rencontrer élus et associations  juives.

En Floride en novembre, Guillaume Pepy a fait le point sur sa position, exprimant "sa profonde peine et son regret" pour les conséquences de ces transports, "réalisés sous la contrainte "de la réquisition".

M. Pepy s'est référé au discours prononcé par le président français Jacques Chirac en juillet 1995, lors des commémorations de la Rafle du Vel' d'Hiv' : 

"Ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français".

"En tant que bras de l'Etat français, la SNCF reprend à son compte ces mots et la peine qu'ils reflètent pour les victimes, les survivants et leurs familles qui ont souffert à cause de notre rôle pendant la guerre", écrit alors le patron de la SNCF.

La compagnie a même créé un site internet, qui présente en anglais son rôle pendant la Shoah: http://www.sncfhighspeedrail.com/heritage.

Des descendants de victimes se sont émus en France de ce que la SNCF ait une repentance à géométrie variable, dictée, ont-ils dit, par des intérêts commerciaux.

A cela, Guillaume Pepy a rappelé à plusieurs reprises que son entreprise travaillait alors sous la menace armée des nazis. 2.000 cheminots sont morts pendant le conflit.

Tandis qu'un rapport qualifié de "sérieux" par les historiens interrogés par l'AFP a établi ses responsabilités en 1996, la SNCF a ouvert ses archives, installées au Mans, en 2000.

Elle a aussi signé en décembre un partenariat avec le Mémorial de la Shoah à Paris pour le développement des activités pédagogiques destinées aux scolaires sur la période de la Seconde Guerre mondiale.

M. Pepy a annoncé à plusieurs reprises qu'il s'expliquerait plus en détail à l'occasion du lancement du lieu de mémoire de Bobigny.

En présence de Simone Veil, présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, il cèdera alors à Bobigny le terrain de la gare de marchandises de cette ville, d'où sont partis vers le camp d'extermination d'Auschwitz, en 1943 et 1944, 21 convois transportant 22.407 personnes internées dans le camp voisin de Drancy.

Longtemps occupée par un ferrailleur, cette gare désaffectée de la ligne de grande ceinture a failli être démolie dans les années 1980. Elle a été classée en 2005 ».

   

 Source : http://fr.ejpress.org/article/39503

16/12/2010

QUI SONT « LES OBSEDES DE LA SHOAH » ?

Il y en a, ça c’est un fait absolument incontestable. Encore faut-il les voir où ils sont et pas de l’autre côté de la barricade. Voici ci-dessous un nouvel exemple de cette incroyable sidération qui atteint peu ou prou tout le pays.

 

Nous parlions il y a quelque temps des démêlés de la SNCF avec des organisations juives américaines qui se mêlaient de lui faire la leçon sur des événements survenus il y a 70 ans. Organisations juives qui elles-mêmes, il y a 70 ans, ne s’étaient guère émues, mais ça, elles l’ont oublié. Eh bien, ça n’aura pas traîné : la SNCF obtempère humblement. Elle ferait mieux de s’occuper correctement de ses usagers plutôt que d’aller battre sa coulpe à tout va. 

 

Et ce seraient nous, les « obsédés de la shoah » !!!!! 

 

« Signature d’un partenariat entre la SNCF et le Mémorial de la Shoah

 

La SNCF devient 'entreprise partenaire principale du Mémorial 'pour le développement de ses activités pédagogiques

 

8a1fad32-2795-4a6c-834d-465499338717.jpg

PARIS (AFP-EJP)---Le Mémorial de la Shoah et la SNCF ont signé un partenariat pour le développement des activités pédagogiques destinées aux scolaires sur la période de la deuxième guerre mondiale, annoncent-elles dans un communiqué commun.

Le Mémorial rappelle qu'il a pour mission "la transmission et l'enseignement de l'histoire de la Shoah, la réflexion sur les circonstances dans lesquelles un tel crime a pu être possible" et mène des actions de sensibilisation "contre toute forme de racisme, d'antisémitisme, d'intolérance et de haine de l'autre".
 

La SNCF, dont les trains avaient été réquisitionnés pour transporter les juifs de France vers les camps d'extermination a "engagé depuis une vingtaine d'années des initiatives visant à mieux connaître son rôle" pendant la guerre.

Elle ouvre ses archives aux chercheurs et va notamment publier un guide-sources d'archives de et sur la SNCF.

La convention de partenariat a été signée par le président du Mémorial Eric de Rothschild et par le président de la SNCF Guillaume Pepy. Selon cette convention signée pour 4 ans, la SNCF devient "entreprise partenaire principale du Mémorial de la Shoah" pour le développement de ses activités pédagogiques.

« Depuis sa création, le Mémorial tente d’affiner la connaissance de l'histoire de la Shoah et s’est donné comme priorité de l’enseigner pour qu’elle soit utilisée au présent pour bannir l’intolérance, le racisme et l’antisémitisme de nos sociétés. Aujourd’hui, la SNCF a la même volonté. Nous sommes honorés de l’accompagner dans cette démarche. Certains la trouveront tardive, pour nous l’essentiel est qu’elle soit engagée… »


La Mémorial de la Shoah apportera son expertise et son soutien technique à la SNCF pour conduire des nouvelles recherches historiques sur les actions de l’entreprise pendant la Seconde Guerre mondiale.


Dans ce communiqué commun, Guillaume Pepy souligne que la SNCF va agir dans "trois directions : transparence et clarté sur notre passé, avec un nouveau travail de connaissance et de compréhension de notre situation et de notre action pendant la seconde guerre mondiale" (...) "Devoir de mémoire sur ce qui s'est passé pendant cette période, sans jamais oublier l'héroïsme de nombre de cheminots. Et surtout maintenant, en se tournant vers l'avenir, devoir de pédagogie et d'éducation vers les nouvelles générations".

Cette année, la SNCF lance un nouveau programme de recherches historiques avec la création de bourses d’études pour des chercheurs français et internationaux.

Un colloque présentant le bilan des connaissances sur le rôle des chemins de fer en Europe durant cette période sera également organisé. »


Source : http://fr.ejpress.org/article/39178  

 

13/11/2010

LA SNCF S’EST APLATIE DEVANT LE LOBBY JUIF AMERICAIN

Rien de bien étonnant. Le fric avant tout. D’ailleurs, pour faire bonne mesure et satisfaire les lobbys en France aussi, « Le groupe français envisage également d'aménager l'an prochain un lieu de mémoire près de la gare de Bobigny, d'où partaient les convois emmenant les prisonniers du camp de Drancy. ». Ca tombe bien, on manquait justement de lieux de mémoire.

 

Puisque la SNCF aime tant présenter ses excuses, qu’elle le fasse en priorité auprès de ses usagers bêtement français qu’elle fait si souvent lanterner et si elle a de l’argent en trop, au lieu de construire des « lieux de mémoire », qu’elle baisse donc ses tarifs. Ce sera nettement plus utile. 

 

« La SNCF fait acte de contrition pour sauver ses chances de marché aux Etats-Unis

 

0d77e5dd-4558-429e-a98b-3628c9e31eb5.jpg

PARIS (AFP)---Pour préserver ses chances d'obtenir des contrats aux Etats-Unis, la SNCF a exprimé pour la première fois ses regrets pour son rôle dans la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que l'entreprise publique affirmait jusque-là pour sa défense qu'elle avait agi sous la contrainte.


En déplacement début novembre aux Etats-Unis pour présenter l'offre de la SNCF pour le projet de ligne à grande vitesse Tampa-Orlando, son président Guillaume Pepy a rencontré, à Fort Lauderdale, des élus de l'Etat de Floride et des associations juives.   

La compagnie a publié un communiqué à cette occasion, qui fait le point sur sa position et se termine sur "le souhait de la SNCF d'exprimer sa profonde peine et son regret pour les conséquences de ses actes" réalisés sous la contrainte "de la réquisition".   

M. Pepy fait référence dans ce texte au discours prononcé par le président Jacques Chirac en juillet 1995, lors des commémorations de la Rafle du Vel' d'Hiv': "Ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français."

"En tant que bras de l'Etat français, la SNCF reprend à son compte ces mots et la peine qu'ils reflètent pour les victimes, les survivants et leurs familles qui ont souffert à cause de notre rôle pendant la guerre", écrit le patron de la SNCF.  

La compagnie a même créé un site internet, qui présente en anglais son rôle pendant la Shoah: http://www.sncfhighspeedrail.com/heritage.  

La SNCF, également candidate à l'exploitation d'une ligne à grande vitesse en Californie, est sommée depuis plusieurs mois de rendre des comptes sur son action pendant la Seconde Guerre mondiale.

En Californie, le démocrate Bob Blumenfield a fait voter une loi qui oblige tous les candidats à un contrat à faire la lumière sur leur éventuel rôle dans le transport de "prisonniers" de 1942 à 1944, texte auquel le gouverneur Arnold Schwarzenegger a finalement mis son veto.  

Un élu de Floride à la Chambre des représentants, le démocrate Ron Klein, a déposé un projet de loi similaire au niveau fédéral.    

M. Pepy avait déclaré en août que la SNCF, qui a transporté quelque 76.000 Juifs déportés pendant la guerre, était prête à ouvrir ses archives aux Américains et qu'il prenait cette affaire "très au sérieux".    

S'il avait déjà fait brièvement allusion au discours du Vel' d'Hiv', il avait surtout mis en avant le fait que les cheminots étaient "sous le joug de l'occupant nazi" et que plus de 2.000 d'entre eux avaient été "exécutés".   

Mais au vu des enjeux financiers de ces contrats (des dizaines de milliards de dollars), pour la SNCF mais surtout pour son fournisseur de trains Alstom, la direction de la compagnie ferroviaire a choisi de se repentir publiquement. 

"C'est un pas évident dans l'avancée de la vérité historique, que le procès de mon père avait permis d'établir, ainsi que le rapport Bachelier" (publié en 1996 sur l'attitude de la SNCF pendant l'occupation allemande, ndlr), a réagi auprès de l'AFP l'ex-député européen Verts Alain Lipietz, qui invite M. Pepy à "redire ses excuses en France".  

 La famille Lipietz, dont quatre membres ont été déportés, a perdu en appel son procès contre l'Etat et la SNCF.   

"J'encourage la SNCF à regarder en face cette page de l'histoire, quitte à briser des mythes", a réagi de son côté François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l'Homme, qui regrette toutefois que cette tragédie ait été "instrumentalisée à des fins de protectionnisme". »

Source : http://fr.ejpress.org/article/38848


07/10/2010

OU ET QUAND S’ARRETERONT-ILS ?

ron%20klein%202.jpg

 

Les juifs américains qui ont nettement moins souffert de la seconde guerre mondiale et qui surtout, ne s’étaient guère mobilisés pour venir en aide à leurs coreligionnaires européens, sont aux premières loges maintenant pour revendiquer, encore et toujours. En voici ci-dessous une nouvelle preuve. Ron Klein (ci-dessus) est né en 1957 et évidemment, le pourquoi du comment se trouve dans cette petite phrase : « Cette compagnie n'a jamais présenté ses excuses pour son attitude inqualifiable, ni payé de réparations pour les familles des survivants ».

 

Elles ont bon dos, les « familles des survivants ». Payer, payer, toujours payer, ils n’ont que ce mot-là à la bouche. La SNCF, au lieu de s’aplatir, ferait mieux de leur conseiller dans ce cas de le construire tous seuls, comme des grands, leur train rapide ! Laissez-moi vous dire qu’ils auront du mal. J’ai eu l’occasion d’emprunter un de leurs trains près de New York pas plus tard qu’en juin dernier. Sans exagération aucune, j’avais l’impression de pénétrer dans un vestige préhistorique.

 

« Le patron de la SNCF invité en Floride par un parlementaire pour s'expliquer sur le rôle de la compagnie de transport dans la Shoah

 

WASHINGTON (AFP)---Le parlementaire américain Ron Klein, opposé à la participation de la SNCF à un appel d'offre pour un TGV aux Etats-Unis, a invité mercredi le patron de la compagnie ferroviaire française, Guillaume Pepy, à une réunion publique en Floride sur le rôle de la SNCF dans la Shoah.   

 

"Il est crucial que la SNCF soit aussi disponible que possible au moment où nous examinons (...) la participation de la compagnie dans les événements horribles qui ont eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale", a écrit M. Klein dans une lettre à M. Pepy datée de mercredi.   

 

"Je vous invite, vous ou un représentant de votre compagnie, à une réunion publique avec des experts, des historiens et des survivants pour discuter de ces problèmes", a-t-il ajouté.    

M. Klein précise que la participation de la SNCF à cette réunion qui se tiendra dans un avenir proche est "absolument nécessaire".   

 

L'élu démocrate de Floride est l'auteur d'un projet de loi à la Chambre des représentants américaine visant à empêcher la SNCF de participer à un appel d'offres pour un projet de train à grande vitesse aux Etats-Unis, en raison de son rôle dans l'Holocauste.   

 

"Cette compagnie n'a jamais présenté ses excuses pour son attitude inqualifiable, ni payé de réparations pour les familles des survivants", avait-il affirmé en septembre au moment du dépôt du projet de loi qui oblige les compagnies qui souhaitent travailler dans le domaine ferroviaire aux Etats-Unis à révéler leurs activité pendant la Seconde Guerre mondiale.   

 

Le futur TGV américain devrait passer par la Floride.   

 

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a estimé récemment que cette obligation de transparence est légitime: ils ont raison, on y souscrit". Mais il a assuré que la SNCF n'avait "rien à cacher". 

 

En Californie, le gouverneur Arnold Schwarzenegger a mis son veto vendredi à une loi qui imposait à la SNCF et à tous les candidats aux contrats du futur TGV californien de faire la transparence sur leur rôle dans le transport des Juifs pendant la seconde guerre mondiale.
   

La loi, votée en août par le congrès californien à l'initiative de l'élu démocrate Bob Blumenfield, exigeait également des compagnies candidates qu'elles détaillent les réparations accordées aux survivants ou à leur famille.   

"Mais il ne faut pas oublier une chose: la SNCF, les cheminots, étaient sous le joug de l'occupant nazi, menacés de mort" et "2.000 cheminots ont été exécutés par l'occupant nazi", a souligné M. Pepy. »

 

Source: http://fr.ejpress.org/article/38492