Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2010

LE PARLEMENT EUROPEEN A « BIEN » VOTE

Le 5 mars, j’évoquais le vote du Parlement européen sur le rapport Goldstone qui devait intervenir le 10 du mois. Soit hier. Comme ni hier ni ce matin aucun site juif d’information ne pipait mot sur la question, (alors qu’en cas de « victoire », ils l’auraient claironnée) je suis allée aux nouvelles. Effectivement, le Parlement européen a très mal voté. Enfin, du point de vue sioniste/israélien. Et ce, malgré les mises en garde sévères de Moshe Kantor, président du Congrès juif européen, qui avait pourtant bien prévenu des dangers d’ « une résolution négative qui pourrait affecter les relations israélo-européennes. »

Le vote a cependant été assez serré et certains se sont illustrés, une fois de plus, par leur soumission et leur crainte quasi métaphysique de déplaire à Israël.

 

 

« Le Parlement européen soutient les recommandations du rapport Goldstone


A la veille d'un vote crucial au Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU, le Parlement européen soutient les recommandations du rapport Goldstone sur le conflit de Gaza. Le Parti populaire européen (PPE) a voté contre la résolution.

Mercredi matin, 335 députés européens ont voté pour le rapport Goldstone, 287 contre. Le PPE a refusé de cosigner la résolution commune adoptée par les libéraux (ALDE), les socialistes (S&D), les Verts, la Gauche unitaire européenne (GUE) et les conservateurs (ECR).

Dans cette résolution, le Parlement européen demande l'établissement des responsabilités pour toutes les violations du droit international y compris les cas allégués de crimes de guerre. Il «invite instamment les deux parties à mener dans les cinq mois des enquêtes qui satisfassent aux normes internationales d'indépendance, d'impartialité, de transparence, de rapidité et d'efficacité, conformément aux résolutions adoptées par l'Assemblée générale des Nations unies le 5 novembre 2009 et le 26 février 2010».Il souhaite que Catherine Ashton, Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, «suive avec attention la mise en oeuvre des recommandations par le biais des missions extérieures de l'Union et des ONG travaillant dans ce domaine». Ce suivi doit conduire Catherine Ashton à analyser les résultats des enquêtes que doivent mener Israël et les Palestiniens puis à en rendre compte au Parlement.

Pour Nicole Kiil-Nielsen (France/Vert), membre de la commission parlementaire des Affaires étrangères, le véritable enjeu de cette résolution est que le rapport Goldstone « ne tombe pas aux oubliettes (...) On souhaite qu'Israël accepte les conclusions de ce rapport. On attend bien évidemment plus d'un Etat démocratique comme Israël que d'une organisation terroriste comme le Hamas », ajoute-t-elle.

« Réticents à critiquer Israël »


Le PPE a refusé de voter cette résolution. Ioannis Kasoulides, membre du groupe, explique qu'elle «aborde des sujets qui ne doivent pas être pour le moment évoqués, comme la levée du blocus de la bande de Gaza ». Il ajoute : « Nous préférons nous concentrer sur le fait que les Israéliens et les Palestiniens entament des investigations transparentes, justes et objectives».

Également divisés sur plusieurs points, les autres groupes politiques ont longuement discuté avant d'adopter la résolution commune. Nicole Kiil-Nielsen confie que les Verts ont fait « de gros efforts » pour qu'elle soit adoptée. Selon elle «les euro-députés verts allemands, en exercice depuis longtemps, ont plus de réserve vis-à-vis du rapport Goldstone. Ils sont réticents sur le fait de critiquer ou attaquer les actions d'Israël».

Le groupe des libéraux démocrates (Alde) sont également partagés sur le rapport Goldstone. Annemie Neyts-Uyttebroeck (Allemagne), a rédigé la proposition de résolution du groupe qui symbolise, selon elle, le consensus. Certains membres du groupe ne partagent pas son avis. Frédérique Ries (France/ALDE) rejette le rapport Goldstone alors que Chris Davis (Royaume-Uni/ALDE) soutient profondément les recommandations du juge.

A l'annonce du refus du PPE de voter la résolution, Adel Atieh, diplomate à la représentation palestinienne de Bruxelles, a déploré que le groupe politique « ne respecte pas des engagements pris lors des réunions préliminaires ».
Du côté israélien, en réponse à la menace des Nations Unies de déposer l'affaire devant la Cour pénale internationale (CPI) si aucune investigation probante est lancée, Nicolas Stofen-Macher, porte-parole du Congrès juif européen se déclare sans inquiètude . «Je doute énormément que le Conseil de sécurité dépose l'affaire devant la CPI, les Israéliens peuvent compter sur le véto américain ».

Une source proche de l'ambassade américaine en France a également critiqué le vote de cette résolution : « Ce n'est pas le moment de parler de Goldstone. On insiste sur des points qui opposent les Israéliens et les Palestiniens et ce n'est pas bon pour relancer le processus de paix ».

 

Source : http://mcsinfo.u-strasbg.fr/article.php?cPath=31&article_id=11851

 

09/11/2009

EFFACONS CE RAPPORT « CONCU DANS LA HAINE ET EXECUTE DANS LE PECHE »

Ces qualificatifs émanent de la  représentante d’Israël à l’ONU, Gabriela Shalev. Le rapport Goldstone, qui déchaîne une hystérie absolument stupéfiante, n’a pas fini de faire couler des torrents d’encre. Devant le danger qu’il représente – vous imaginez de hauts responsables militaires ou politiques israéliens traduits devant la Cour pénale internationale ? C’est bon pour les autres, ça - toutes les armes sont permises. Même celles qui frôlent le ridicule. En témoigne la lettre ouverte que le président de l’Anti-Defamation League (ADL), Abraham Foxman, a cru devoir adresser à Richard Goldstone afin de lui demander, en toute simplicité… de désavouer son rapport.

 

La voilà, la bonne idée, qui arrangerait tout. On passerait l’éponge – pour cette fois – et tout rentrerait dans l’ordre.  Dans sa lettre, Foxman manie tout à tour la carotte et le bâton: « J’ai eu beaucoup de respect pour vous pendant des années … Je sais que vous êtes un juif fier, qui siégez au Conseil de l’Université hébraïque, et que vous avez une fille vivant en Israël…..Je veux vous accorder le bénéfice du doute ...   Je refuse de voir en vous un juif animé de la haine de soi » etc, etc.

 

Il passe ensuite aux raisons qui l’auraient poussé à écrire un tel rapport : a-t-il été l’otage de certains groupes gauchistes de droits de l’homme ? S’est-il rendu coupable d’une dangereuse naïveté?

 

Puis, c’est la dramatisation : jamais le processus de paix ne pourra se poursuivre avec une telle menace suspendue au-dessus de la tête d’Israël. Et tout ça, par votre faute.

 

Bref, comment sortir de cette situation épouvantable ? : c’est assez simple, finalement : reniez votre rapport, reconnaissez que vous n’aviez pas apprécié à leur juste mesure tous les tenants et aboutissants de cette affaire ô combien délicate, que vous espériez au départ une approche équilibrée, mais que vous vous êtes trompé, ce n’était pas possible.

 

Ah, il n’aura pas ménagé ses efforts, Abraham Foxman, pour tenter le juge. Après lui avoir indiqué pas à pas la marche à suivre, il conclut par cette petite phrase :

 

« Ce n’est pas facile à faire Mais c’est la seule chose à faire. Pensez-y ».

 

En attendant que Richard Goldstone renie son rapport pour faire plaisir à l’ADL, récapitulons le vote à l’ONU :

 

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté par 114 voix contre 18 une résolution donnant trois mois à Israël et aux Palestiniens pour ouvrir des enquêtes « indépendantes, crédibles et conformes aux critères internationaux » sur les « graves violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme dont fait état le rapport »

 

Comme prévu, Israël, les Etats-Unis et un certain nombre de pays européens comme l’Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque, ont voté contre la résolution. Quelques autres pays membres de l'Union Européenne, comme l'Irlande, le Portugal, la Slovénie, Malte et Chypre, ont voté pour, ainsi que la Suisse, tandis que les plus notoirement pro-israéliens, comme la Grande-Bretagne et la France, se sont abstenus après avoir vainement tenté de vider le texte des accusations contre Israël. Les autres abstentions européennes sont les suivantes: Autriche, Bulgarie, Croatie, Lettonie, Suède, Roumanie, Espagne, Luxembourg, Finlande, Lituanie, Estonie, Belgique, Grèce. En tout, 44 Etats se sont abstenus, dont la Russie. La Chine a voté pour.

 

 

Voici la lettre originale de Foxman : http://www.adl.org/PresRele/UnitedNations_94/5645_94.htm

 

Et pour un commentaire « modéré » sur les rapports USA/Israël, voyez là : http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-17402-145-7-obama-contre-droits-lhomme-guy-milliere.html

Ah, Bush, c’était le bon temps !

03/11/2009

DROLE DE FROMAGE

sondageGEGG.gif

 

 

« Selon un sondage, réalisé en octobre par Greenberg Quinlan Rosner Research (GQRR) et commissionné par The Israel Project (TIP), un grand nombre d’Américains rejette le rapport de l'ONU accusant Israël de crimes de guerre.

 

Une majorité de 88 pour cent des sondés n’est pas informée du rapport, mais pour ceux qui sont familiers avec le document, ils expriment un désaccord selon une marge de 50 à 29 pour cent. Pour la majorité de ceux qui ne connaissent pas ce rapport (entre 19 et 30 pour cent), ils en arrivent à la même conclusion de désaccord lorsqu'ils sont informés que ce dernier accuse Israël et le Hamas de crimes de guerre avec des accusations beaucoup plus sérieuses à l’égard d'Israël. Avec une marge de 50 à 27 pour cent, les Américains pensent qu'Israël a combattu une guerre défensive et que le Hamas est essentiellement responsable de la mort de civils, et non l'usage de la force excessive d'Israël. »

 

 

Je suis plutôt mauvaise en calcul, mais vous comprenez quelque chose à ce charabia, vous ? De toute façon, ce n’est pas grave. L’objectif n’est pas de faire des mathématiques exactes, mais de chanter un nouveau couplet sur l’air bien connu du « Nous, on n’a rien fait, c’est rien que le Hamas … ».

 

Et si les Américains aussi le disent, c’est forcément vrai. Même si la majorité ignore tout de ce fameux rapport de 575 pages (disponible sur Internet, mais en anglais ). Ils savent quand même – et c’est l’essentiel - qu’Israël « a combattu une guerre défensive » et que le Hamas est « essentiellement responsable de la mort de civils ». 13 morts d’un côté, 1315 de l’autre, c’est plutôt équilibré, non ? Il est où, le problème? 

 

Source: http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17203&artyd=5