Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2011

L’INCROYABLE CULOT D’ATTALI

tt.jpgVoilà un type né en 1943 en Algérie, rapatrié en métropole avec sa famille en 1956, qui vient nous donner des leçons d’identité nationale ! Naturellement, il en connaît des tonnes plus que nous sur la question. Comme sur tout le reste, d’ailleurs. Curieusement, sans même s’en rendre compte, à travers toutes ses énumérations, il nous dit justement ce que sont les racines d’un pays, qui sont bien réelles, ne lui en déplaise : tout ce qui, au fil des siècles, a contribué à son histoire et à sa culture. Et, n’ayons pas peur des mots, à sa civilisation.

 

Evidemment, ce qui est fâcheux aux yeux de M. Attali, c’est que les juifs et les musulmans ne figuraient pas à l’époque au tableau d’honneur. C’est bien embêtant, mais la solution est simple : on efface le tableau d’honneur, les racines et le reste, puisque ces chances pour la France n’y figuraient pas encore. Et on ne s’occupe plus que de l’avenir, dans lequel on compte bien s’installer à demeure. Et continuer à dicter ses quatre volontés à ces culs-terreux tellement attachés à leurs racines.

 

Vous ne trouvez pas qu’on commence à en avoir sérieusement marre de ces éternels  donneurs de leçons ?

 

 

« Parlons de l'avenir de notre pays plutôt que de ses racines (Jacques Attali)

 

A quoi sert-il de parler des «racines» d'un pays, comme le font le président de la République et toute la droite, sinon à donner, implicitement ou explicitement, à ceux qui s'y rattachent un droit de propriété sur le pays, ou au moins une priorité sur les autres citoyens? En particulier, parler de racines chrétiennes voudrait-il dire qu'il convient de donner aux chrétiens la propriété de la France, ou au moins une priorité sur les autres citoyens? Mais quelle priorité? Et si un chrétien devenait athée ou musulman ou bouddhiste, perdrait-il ces privilèges? Absurde.

D'abord, jusqu'où s'enfoncent les racines de la France? Jusqu'au paléolithique, quand on identifie les premières populations sur le territoire de ce qui devint ensuite notre pays? Jusqu'à l'an 481, quand un roi franc, Clovis, la conquiert? Ou seulement jusqu'en 1190, quand la France prend ce nom?

Ensuite, de quels peuples les Français d'aujourd'hui sont-ils issus? Toute cette page ne suffirait pas à nommer les Vandales, Burgondes, Alains, Suèves, Bituriges, Arvernes, Eduens, Ambarres, Carnutes, Aulerques et autres qui y ont fait souche! Sans compter, plus tard, des Normands, des Anglais, et tant d'autres.

Enfin, quelles religions se sont succédé sur son territoire? Là encore, il faudrait des pages pour nommer les innombrables variantes de religions celtes, gauloises, grecques, romaines ou juives qui se sont suivies ou ont cohabité sur notre territoire avant l'arrivée des multiples versions du christianisme. Et dans une partie de la France d'aujourd'hui, connue alors sous le nom de Septimanie, des musulmans ont fait souche au VIIIe siècle, avant que la chrétienté n'y soit vraiment dominante. Et si les premiers rois de ce qui deviendra bien plus tard la France ont choisi, au Ve siècle, de devenir chrétiens, l'héritage d'un pays laïque ne se réduit pas à la religion d'un monarque, Clovis, qui a d'ailleurs décidé de devenir chrétien après quinze ans de règne, et surtout pour des raisons politiques, soucieux de l'alliance avec la puissante famille de sa deuxième épouse, Clotilde.

Cela n'est pas propre à la France: si on cherchait les racines d'autres pays, on aurait les mêmes surprises. L'Angleterre porte le nom d'un peuple allemand; l'Allemagne, celui de trois peuples différents, suivant la langue dans laquelle on la nomme; la Russie celui d'un peuple qu'ailleurs on nomme les Vikings.

Il ne faut donc pas jouer avec les mots: la droite ne nous parle des racines que pour nous dire qu'elle refuse les fruits. Mettre en avant l'héritage chrétien du pays, c'est exclure ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette foi, et même ceux qui, chrétiens, ne veulent pas confondre leur foi et leur citoyenneté. C'est d'abord une petite manoeuvre pour exclure les musulmans, ainsi que pour minimiser le formidable héritage des Lumières, qui commencent d'ailleurs en France au XIIe siècle avec l'arrivée, par des traducteurs juifs, de textes musulmans porteurs de la pensée grecque...

C'est de tout cela qu'il faut être fier. C'est cela qui fait la grandeur de ce pays.

Une culture, une religion ou une nation ne peut survivre si elle se préoccupe d'exclure plutôt que de séduire, si sa légitimité se limite à revendiquer une place dans l'Histoire: elle doit revendiquer une place dans l'avenir. C'est pourquoi, au lieu de parler de l'héritage légué par chaque religion, on devrait plutôt évoquer la façon dont la civilisation de notre pays, nourrie notamment du fait religieux, peut répondre aux grandes questions du futur et attirer ceux qui le construiront. »

 

 

Au chapitre inépuisable de ses phrases impérissables, Jacques Attali avait édicté  ce qui suit dans son bouquin « L’avenir de la vie » paru au bon vieux temps de Mitterrand, en 1981 :  

« Dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures. »

Evidemment, à l’époque, il avait 38 ans. Maintenant qu’il en a 67, il ferait bien de songer à s’appliquer à lui-même ce noble programme. Ca lui éviterait de dire bien des conneries.