Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2011

"Lancement de «Shoah» de Claude Lanzmann en persan"

Pas la peine de faire la révolution pour ça. Grâce aux occidentaux qui ne reculent décidément devant aucun sacrifice pour faire pénétrer la lumière sur les terres de l’obscurantisme, les Iraniens vont avoir l’avantage d’accéder à l’une des œuvres cinématographiques maîtresses de ces dernières décennies. Attention, on ne se fout pas d’eux : 9 h 30 de diffusion ! Ca devrait les occuper un petit moment.

 

Le film, sorti en 1985 – quarante ans après les faits – avait obtenu le soutien financier de l’Etat d’Israël qui l’avait qualifié de « projet d’intérêt national ». A l’époque, André Glucksmann avait tenu des propos assez révélateurs au sujet de ce pavé : « La force de ce film est de montrer non ce qui s’est passé – il s’en garde bien – mais la possibilité de ce qui s’est passé ». « Il s’en garde bien » … Curieux. Quoi qu’il en soit :

 

shoahpersangg.jpg

 

"Irina Bokova, Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Frédéric Mitterrand, Ministre de la culture et de la communication de la République française

Anne-Marie Revcolevschi, Présidente du Projet Aladin

 

ont le plaisir de vous inviter au lancement en persan de « Shoah » de Claude Lanzmann, qui sera diffusé en simultané, pour la première fois, au Moyen-Orient via les chaînes satellites,

 

lundi 7 mars 2011, de 16h30 ã 19 heures

Maison de l'UNESCO Salle IV

7 Place de Fontenoy 75007 Paris

 

Poursuivant sa mission de dialogue et de rapprochement interculturel entre le monde juif et le monde musulman, par le biais de la diffusion des connaissances, le Projet Aladin a entrepris la traduction et le sous-titrage en persan, en arabe et en turc du film de Claude Lanzmann « Shoah » dans son intégralité. Sa diffusion, programmée sur plusieurs chaînes de télévision arabophones, turcophones et persanophones devrait permettre à un large public de faire connaissance avec l'histoire de l'Holocauste dans sa propre langue. Plusieurs avant-premières sont également prévues dans différentes capitales du Proche et du Moyen-Orient. »

 

Programme :

 

16h30 - Allocutions

Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO

Frédéric Mitterrand, Ministre de la culture et de la communication de la République française

Anne-Marie Revcolevschi, Présidente du Projet Aladin

Claude Lanzmann, Réalisateur

En simultané avec les chaines satellites iraniennes, version originale en français sous-titrée en persan.

 

17h00 - Projection d'un extrait du film

 

17h30 - Table ronde animée par Philippe Dessaint avec Claude Lanzmann

Chahla Chafiq, Ecrivaine et sociologue iranienne

François Zimeray, Ambassadeur de France pour les Droits de l'Homme

Ladan Boroumand, Directrice, Fondation pour les Droits de l 'Homme en Iran

Alexandre Adler, Historien et journaliste

Nasser Etemadi, Journaliste et écrivain iranien

Anne-Marie Revcolevschi

 

Renseignements :

info@projetaladin.org

01 43 07 25 76"

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

 

Grâce au projet Aladin, le monde musulman a déjà eu la possibilité de lire le journal d’Anne Frank en arabe, persan et turc.

Qui finance ces entreprises hautement culturelles ? Devinez … Mais nous, pardi ! Du moins en grande partie : mettent officiellement la main au portefeuille la mairie de Nice (Estrosi, le grand copain d’Israël), la mairie de Paris (Delanoë, le grand copain d’Israël aussi), le ministère des affaires étrangères, le ministère de la défense. Et bien d’autres : la fondation pour la mémoire de la shoah, le mémorial de la shoah, tous établissements sur fonds publics. Et même, cerise sur le gâteau, mais vous ne serez pas étonnés : la Fondation Chirac ! Il ne pouvait décemment pas manquer au tableau, celui-là !

03/02/2011

DERNIERES NOUVELLES D’AUSCHWITZ

… à l’usage des « obsédés de la shoah » chers à Fifille. Vous vous souvenez ? Tout compte fait, je me demande - juste un petit peu - si elle ne se serait pas (très légèrement) trompée de côté en désignant lesdits « obsédés ». :

 

 

1) « L’Autriche investit 6 millions d’euros pour restaurer le camp d’Auschwitz

 

Le gouvernement autrichien a débloqué, mardi 1er février 2011, en conseil des ministres, une enveloppe de 6 millions d’euros pour restaurer le camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau (Pologne), où périrent 1,1 million de personnes, dont 1 million de Juifs, pendant la Seconde Guerre mondiale, a indiqué un porte-parole du gouvernement, Leo Szemeliker. Le Parlement autrichien doit encore approuver cette décision, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2012.

 

Le musée d'Auschwitz-Birkenau a lancé, le 27 janvier dernier, sur Facebook, une campagne pour recueillir 120 millions d'euros nécessaires à la préservation du site. «A l'occasion du 66e anniversaire de la libération du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau en 1945, la Fondation Auschwitz-Birkenau annonce le lancement de sa campagne « Agissez maintenant! »», a indiqué le musée sur sa page, http://www.facebook.com/AuschwitzInterveneNow. »

 

 

120 millions d'euros nécessaires à la préservation du site ???  Les baraquements seront plaqués or, ou quoi ?

 

 

2) « Le patron de la SNCF visite seul Auschwitz

 

Guillaume Pepy, qui n'était jamais allé à Auschwitz, a voulu s'y rendre seul, sans délégation officielle. Il y a effectué une visite très discrète, le 23 janvier 2011 dernier, deux jours avant de déclarer à Bobigny – d’où sont partis 23000 déportés de Drancy - que la SNCF, « contrainte, réquisitionnée » , avait été « un rouage de la machine nazie d’extermination ».

 

Aucune mention n’a été faite de ce voyage, connu du seul entourage proche de Guillaume Pepy, lors de la cérémonie. »

 

 

J’ai écrasé une larme en l’imaginant perdu tout seul, au milieu des baraquements pas encore remis à neuf. Pauvre Guillaume ! Bon, il a quand même fini par cracher le morceau : tout ce voyage sans que personne ne le sache, c’aurait vraiment été trop bête, s’est-il dit … Grâce au CRIF, qui l’a à la bonne maintenant qu’il a bien fait tout ce qu’il fallait, on est tous au courant - et admiratifs.

 

 

3) « Le projet Aladin à Auschwitz

 

Plus de cent personnalités juives, chrétiennes et musulmanes, et des représentants de nombreux pays notamment du Moyen-Orient et d’Afrique, ont rendu hommage ensemble mardi 1er février 2011 aux victimes de la Shoah sur le site du camp nazi d'Auschwitz-Birkenau.

 

La visite, parrainée par l'Unesco et la mairie de Paris, était organisée dans le cadre du projet Aladin, lancé en 2009 par plus de 200 personnalités d'Europe et du monde arabo-musulman pour promouvoir des rapprochements interculturels et rendre disponibles en arabe, en persan et en turc des informations objectives sur la Shoah.

 

"Le grand intérêt de ce projet Aladin est de permettre aux personnalités des trois grandes religions monothéistes, le christianisme, le judaïsme et l'islam, de venir ensemble sur le lieu d'extermination de Juifs", a indiqué le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris.

 

"C'est un moment particulièrement important, parce que c'est un signe qui dit que les religions ont pris le chemin par lequel elles veulent affronter ensemble cette situation", a-t-il ajouté.

 

"Je suis là pour dire à ceux qui nient la Shoah à Auschwitz et à ceux qui nient le massacre à Srebrenica (lieu de l’assassinat de 8.000 Bosniaques musulmans en 1995, ndlr) qu'ils sont en train de commettre aussi un génocide", a clamé de son côté le grand mufti de Bosnie Mustafa Ceric, lors d'un discours à Birkenau.

 

Le grand rabbin de Pologne, Michael Schudrich, a exprimé l'espoir que cette rencontre interreligieuse contribuerait à prévenir des génocides dans l'avenir.

 

"En faisant venir des responsables religieux juifs, chrétiens et musulmans voir ensemble l'exemple du pire génocide dans l'histoire du monde, cela augmente peut-être les chances qu'une prochaine fois, ils seront capables de l'arrêter", a dit M. Schudrich

 

La rencontre sur le site de l'ancien camp d'extermination, au lendemain de l'anniversaire de sa libération le 27 janvier 1945, a donné lieu à une cérémonie oecuménique, suivie de dépôt de gerbes à Birkenau et à Auschwitz.

 

Y ont participé notamment la vice-secrétaire générale de l'ONU Asha-Rose Migiro et la directrice générale de l'Unesco Irina Bokova ainsi que des envoyés spéciaux et représentants de chefs d'Etat et de gouvernement de plusieurs pays arabes, d'Israël, d'Europe, de Russie et des Etats-Unis, des personnalités religieuses, des universitaires, des maires de plusieurs grandes cités du monde et des survivants de la Shoah.

 

"C'est une douleur nécessaire. Le fait que nous le faisions si nombreux --Européens, Arabes, Africains, musulmans, chrétiens, juifs, athées-- que nous le fassions tous ensemble, cela prouve que le martyre du peuple juif (...) c'est un fait pour l'humanité, c'est un crime contre l'humanité, c'est une faute contre ce que nous avons d'humain", a dit le maire de Paris Bertrand Delanoë.

 

Quelque 1.100.000 personnes, dont environ un million de Juifs, ont été tuées entre 1940 et 1945 à Auschwitz-Birkenau, camp installé par l'Allemagne nazie dans le sud de la Pologne.

 

En plus des victimes juives, 70.000 à 75.000 Polonais non juifs y sont morts, ainsi que 21.000 Roms, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du musée d'Auschwitz. »

 

 

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...