Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2008

ON DEVRAIT AVOIR HONTE!

sarko.jpgOui, franchement, j’ai honte de mes concitoyens, ou compatriotes, si vous voulez – deux mots qui de toute façon commencent bien mal l’un et l’autre. Nous avons la chance inouïe d’avoir un président d’élite. Oui, oui, d’élite, je pèse mes mots. Et il faut que ce soient les Américains qui reconnaissent ses talents à leur juste valeur. Et pas nous !

C’est vrai, ça, quels emmerdeurs, ces Français. Jamais contents, toujours à râler. En plus pour de misérables broutilles, genre contenu du porte-monnaie. Comme s’il n’y avait pas sur terre des causes autrement plus nobles.

Moi je comprends que cet homme-là aime se rendre aux States. Tenez, pas plus tard que hier et avant-hier, il y a reçu deux prix internationaux ! Deux ! Et pas n’importe lesquels, je vous prie de le croire. Des prix que ni vous ni moi ne pourrons jamais rêver recevoir un jour. C’est d’ailleurs la jalousie la plus noire qui me fait causer, vous l’aurez compris.

wiesel%20couleur.jpgAlors, le premier lui a été attribué par la Fondation Elie Wiesel pour l’Humanité. Avec un grand H je vous prie. Tout le gratin de la communauté juive et/ou politique américaine était là, ému aux larmes à l’idée de voir le grand homme recevoir son prix. Qui récompense ses efforts pour améliorer les relations franco-américaines, son soutien à Israël ET « son action humanitaire dans divers domaines, particulièrement dans les conflits internationaux et dans la mobilisation de millions de dollars pour l’Afghanistan et les pays africains. »

Il y aurait bien quelque chose qui m’échappe, là : ce sont ces imbéciles de Français qui paient et c’est lui qui reçoit le prix ? Mais bon, on ne va pas chipoter… En tout cas, rassurez-vous, malgré la crise, il reste encore quelques centaines de personnes capables de payer leur place jusqu’à 150 000 dollars pour assister à ce dîner de gala qui était aussi « de charité ». Mais vous savez bien que charité bien ordonnée …

Bon, tout ça c’était bien joli, mais ce n’était pas tout. Hier, encore plus fort : il a reçu, tenez-vous bien, le Prix Mondial de l’Homme d’Etat 2008. Voui, parfaitement. Avouez que vous vous sentez tout petit dans vos petits souliers, non ?

rabbin.jpgCette fois, le prix était décerné par une autre big organisation, l’Appeal of Conscience Foundation (ACF) qui est présidée par le rabbin Arthur Schneier – un survivant de la shoah. Il n’y avait que du beau monde, là aussi, à peu près les mêmes, sans doute : Henry Kissinger a introduit le lauréat et Serge Dassault (propriétaire du Figaro, entre autres) présidait le dîner de gala. Et reconnaissez que ce n’est que justice qu’il ait reçu ce Prix, qui récompense en lui le champion des droits de l’homme, de la démocratie et de la tolérance. Vus d’Israël et des States, bien sûr, c’est tout ce qui compte.

Voilà. Il faut que ce soient les Américains qui nous disent que nous avons chez nous un homme de stature mondiale. On ne s’en était même pas rendu compte. Ah, ces Français, quels nuls, quand même.

En tout cas, une chose est sûre : on resserre les boulons à tout va de chaque côté de l’Atlantique. M’est avis qu’un grand vent de bourrasque est annoncé pour le système, dont – soyons optimistes - il sortira peut-être quelques bonnes surprises …