Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2007

CE N’EST PAS LA QUANTITE QUI COMPTE, C’EST LA QUALITE

medium_repartpopmdle.jpgLes chiffres sont étonnants et révélateurs. Bien plus que des discours. Ainsi, il y a à l’heure actuelle sur la planète 6 614 481 000 habitants. Six milliards six cent quinze millions, pour faire plus court. D’ailleurs ce chiffre augmente chaque jour de près de 200 000 habitants, car les naissances sont plus nombreuses que les décès.

Sur ce total, les juifs ne représentent pas tout à fait 14 millions de personnes, dont environ 40% vivent en Israël. Soit une personne sur cinq cents environ. Soit 1/500e de la population mondiale.

Eh bien, force est de reconnaître que ce 1/500e a réussi le tour de force d'être étonnamment présent et actif dans toutes les affaires de la planète et ce, au plus haut niveau. Qui pourrait le nier? Est-ce de l'antisémitisme que de les en féliciter?

Les spécialistes israéliens de la démographie font les projections suivantes pour l’avenir : selon que les politiques menées par le gouvernement israélien et les dirigeants des communautés juives de la diaspora seront plus ou moins efficaces en matière de natalité, d’éducation juive, d’accueil des conjoints non juifs dans les mariages mixtes, etc, ils prévoient que  la population juive pourrait atteindre 18 millions vers 2050, ou au contraire s’abaisser jusqu’à 12 millions, à la même époque.

La population juive est cependant loin d’être monolithique. Réagissant à l’article Du rififi au Congrès juif mondial, paru il y a quelques jours, un participant du blog, Radwulf, nous a fait parvenir à cet égard le long commentaire très intéressant que voici :

« Des juifs ashkénazes américains qui affichent leur dédain pour les juifs sépharades tunisiens de France, voilà qui ne peut effectivement qu’être amusant. Il est toujours gratifiant de constater que ceux qui s’acharnent à nous culpabiliser pour notre propension à discriminer ou à « inciter à la haine raciale » sont en fait eux-mêmes d’affreux « racistes », comme ils le diraient. Encore que cela n’a rien de vraiment surprenant.

On sait en effet que la dichotomie entre juifs ashkénazes et juifs sépharades est beaucoup plus importante qu’on ne tend en général à le reconnaître. Et c’est surtout en Israël que la rivalité entre les deux groupes s’affiche le plus ouvertement puisqu’il n’y a plus ici la nécessité de se serrer les coudes au détriment du goy. En fait, comme en Amérique du Sud, une hiérarchie s’est également constituée parmi les juifs israéliens pour la « cote raciale », allant du type germano-slave pour le niveau supérieur jusqu’au falashas d’origine africaine au bas de l’échelle. Les considérations raciales sont omniprésentes et interviennent à tous les niveaux : matrimonial, politique, économique, professionnel, etc. Au point que la réalité même de l’existence d’un peuple juif unique laisse très sceptique.

L’historien soucieux d’un minimum d’objectivité se doit alors de le reconnaître. Toutes nos sources poussent à conclure que la grande masse des juifs d’Europe centrale et orientale sont en fait d’origine khazar, compte non tenu des mélanges ultérieurs avec leurs voisins. Les khazar eux-mêmes résultent du brassage entre diverses populations habitant entre la mer Noire et la mer Caspienne, comprenant des éléments slaves, magyars ou caucasiens, sous l’égide d’une classe dirigeante d’origine turque convertie au judaïsme au début du IXe siècle. C’est de là qu’à partir du Xe-XIe siècle, une fois l’empire khazar démantelé par l’expansion russe, ils essaimèrent peu à peu dans le reste de l’Europe centrale, le judaïsme leur servant d’élément fédérateur. Ils perdirent alors leur(s) langue(s) d’origine pour adopter un sabir germanique utilisé par les marchands et qui allait devenir le yiddish.

Quant aux juifs sépharades d’Afrique du nord, ils descendent essentiellement d’éléments berbères et post-romains convertis en masse au judaïsme dès avant l’islamisation de la région. Les autres, comme ceux du nord et de l’est de la Méditerranée résultent de la fusion entre les autochtones et les migrants originaires de la Palestine. Il faut dire que durant les premiers siècles de notre ère, les conversions étaient fréquentes, que ce soit à partir du judaïsme ou vers celui-ci, de la part des païens ou d’anciens chrétiens.

Tout ceci permet de dire que l’ensemble des juifs actuels descendent en fait de non-juifs convertis au judaïsme, soit entièrement, soit partiellement sans qu’il soit possible d’en faire la différentiation. Les patronymes même ne signifient rien car les plus anciens d’entre eux n’ont été fixés qu’au cours des derniers siècles. A la rigueur, les seuls qui pourraient peut-être se prévaloir d’avoir beaucoup de « sang hébreu » dans les veines sont certains palestiniens. Lorsqu’on sait enfin que même les Hébreux de la dernière période dite post-exilique résultent en fait d’une « recomposition ethnique » à partir d’éléments divers (d’où le passage de la monolâtrie au monothéisme pour en assurer la cohésion, ainsi que l’adoption de l’araméen comme langue d’usage à la place de l’hébreu), on voit jusqu’à quel point la prétention de certains à la pureté mosaïque est injustifiée.

Tout ceci est largement reconnu par les historiens qui ont travaillé sur le sujet mais les juifs eux-mêmes préfèrent continuer à voir les choses autrement, pour des raisons qui ne font pas mystère. Outre en effet la remise en cause de la légitimité d’Israël, tout au moins dans sa prétention à prolonger l’ancien royaume biblique, c’est toute l’identité juive qui s’en trouverait bouleversée. De ce qui caractérise le « peuple juif », il ne resterait plus alors qu’une certaine mentalité, définie avant tout par rapport au voisinage, lequel finit pratiquement toujours par y être hostile. On connaît la formule : les juifs sont avant tout une race mentale ! Mais ce serait aussi, semble-t-il, à cause de l’antisémitisme, récurrent depuis justement que ce peuple, se considérant comme l’élu du seul Dieu qui lui a promis la domination universelle a dû coexister avec les autres. Peu importe cependant les explications, l’antisémitisme reste quand même le péché absolu (une opposition à la volonté divine... ) que l’on ne doit pas essayer de comprendre mais seulement de combattre. C’est en tout cas ce qu’avait déclaré le nouveau président élu par 53 % des gens de France et d’ailleurs lors de son séjour en Israël en 2004 : « L’antisémitisme ne s’explique pas puisqu’il est inexcusable. Il se combat. Chercher à expliquer l’inexplicable, c’est se préparer à excuser l’inexcusable ». Bonjour le sophisme et le souci d’efficacité.

Voici quelques lectures intéressantes pour ceux qui veulent aller plus loin :

Arthur Koestler, « La treizième tribu. L’empire khazar et son héritage ». Calmann-Levy, 1976. Ouvrage difficile à trouver mais il existe plusieurs rééditions en livre de poche.

Benjamin Freedman, « L’histoire occultée des faux hébreux : les Khazars », consultable en ligne : http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=prin...

Du même B.Freedman qui était un milliardaire juif américain ayant décidé d’abandonner sa communauté d’origine, on a également une conférence célèbre généralement intitulée : « Un juif fait défection et met en garde l’Amérique » dont voici une traduction française : http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=prin....

Un article intéressant sur les « Contradictions et divisions de la société israélienne » : http://www.ifri.org/files/Securite_defense/Hecker_societe....

Enfin, pour ceux qui lisent l’anglais, la thèse de Jeremy Allouche intitulée : « The Oriental Communities in Israel, 1948-2003 » vaut le coup d’œil. On peut le télécharger sur : http://hei.unige.ch/publ/workingpapers/03/oriental%20comm...