Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2008

MADAME XAVIERA HOLLANDER

images.jpgAllez, aujourd’hui on va s’offrir une récréation et parler de sujets un peu plus badins. En ce moment, je lis Le Monde contre Soi - Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme. Lecture fort intéressante, encore que je ne sois pas extraordinairement convaincue par les vertueuses protestations de l’auteur, Paul-Eric Blanrue, qui nous affirme qu’il souhaite « ouvrir les yeux de ceux qui veulent savoir d’où ils viennent et où ils vont. Car on ne peut combattre que ce que l’on connaît ».

 

En tout cas, on y rencontre des personnages étonnants, souvent juifs eux-mêmes, d’ailleurs. Une, en particulier, qui va beaucoup plaire à notre ami Hervé. Jugez plutôt : qui a dit « [Les juifs américains constituent] la majeure partie de mes maniaques sexuels. Nombre d’entre eux sont suivis par un analyste. Leurs problèmes proviennent d’une mère dominatrice, ou d’une femme qui les écrase. (…) La plupart des docteurs juifs qui viennent chez moi sont des détraqués ; en général, ils veulent être esclaves. »

 

Vous donnez votre langue au chat ?  Eh bien, l’auteur de ces propos définitifs savait en tout cas de quoi elle parlait puisqu’il s’agit de Xaviera Hollander soi-même, qui fit les beaux jours (et les belles nuits) du tout-New York dans les années 60-70. A l’époque où elle tenait une « maison » très bien fréquentée.

Blanrue nous fournit ces précisions à son propos : franco-allemande d’origine juive, actrice de films pornographiques, … ses souvenirs ont été un best-seller vendus à 17 millions d’exemplaires dans le monde.

 

En tout cas, elle a très bien su diversifier ses activités et arrondir son bas de laine. Elle est toujours dans le circuit, bien qu’ayant pris un peu de bouteille. Spectacles de cabaret, romans, même un Bed and Breakfast à Amsterdam, si le cœur vous en dit …, elle n’arrête pas une minute. Elle se partage désormais entre Amsterdam, où elle file le parfait amour avec un Hollandais, et Marbella.

 

Et d’ailleurs, elle est devenue très respectable à présent. La preuve : le Festival du Film juif d’Amsterdam vient de présenter un film retraçant sa belle histoire. Il s’appelle Xaviera Hollander, the Happy Hooker, portrait of a revolutionary  ( Xaviera Hollander, la putain heureuse, portrait d’une révolutionnaire).

 

Et voilà encore une révolutionnaire recyclée. Décidément, chassez le naturel …