Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2010

QUI SONT « LES OBSEDES DE LA SHOAH » ?

Il y en a, ça c’est un fait absolument incontestable. Encore faut-il les voir où ils sont et pas de l’autre côté de la barricade. Voici ci-dessous un nouvel exemple de cette incroyable sidération qui atteint peu ou prou tout le pays.

 

Nous parlions il y a quelque temps des démêlés de la SNCF avec des organisations juives américaines qui se mêlaient de lui faire la leçon sur des événements survenus il y a 70 ans. Organisations juives qui elles-mêmes, il y a 70 ans, ne s’étaient guère émues, mais ça, elles l’ont oublié. Eh bien, ça n’aura pas traîné : la SNCF obtempère humblement. Elle ferait mieux de s’occuper correctement de ses usagers plutôt que d’aller battre sa coulpe à tout va. 

 

Et ce seraient nous, les « obsédés de la shoah » !!!!! 

 

« Signature d’un partenariat entre la SNCF et le Mémorial de la Shoah

 

La SNCF devient 'entreprise partenaire principale du Mémorial 'pour le développement de ses activités pédagogiques

 

8a1fad32-2795-4a6c-834d-465499338717.jpg

PARIS (AFP-EJP)---Le Mémorial de la Shoah et la SNCF ont signé un partenariat pour le développement des activités pédagogiques destinées aux scolaires sur la période de la deuxième guerre mondiale, annoncent-elles dans un communiqué commun.

Le Mémorial rappelle qu'il a pour mission "la transmission et l'enseignement de l'histoire de la Shoah, la réflexion sur les circonstances dans lesquelles un tel crime a pu être possible" et mène des actions de sensibilisation "contre toute forme de racisme, d'antisémitisme, d'intolérance et de haine de l'autre".
 

La SNCF, dont les trains avaient été réquisitionnés pour transporter les juifs de France vers les camps d'extermination a "engagé depuis une vingtaine d'années des initiatives visant à mieux connaître son rôle" pendant la guerre.

Elle ouvre ses archives aux chercheurs et va notamment publier un guide-sources d'archives de et sur la SNCF.

La convention de partenariat a été signée par le président du Mémorial Eric de Rothschild et par le président de la SNCF Guillaume Pepy. Selon cette convention signée pour 4 ans, la SNCF devient "entreprise partenaire principale du Mémorial de la Shoah" pour le développement de ses activités pédagogiques.

« Depuis sa création, le Mémorial tente d’affiner la connaissance de l'histoire de la Shoah et s’est donné comme priorité de l’enseigner pour qu’elle soit utilisée au présent pour bannir l’intolérance, le racisme et l’antisémitisme de nos sociétés. Aujourd’hui, la SNCF a la même volonté. Nous sommes honorés de l’accompagner dans cette démarche. Certains la trouveront tardive, pour nous l’essentiel est qu’elle soit engagée… »


La Mémorial de la Shoah apportera son expertise et son soutien technique à la SNCF pour conduire des nouvelles recherches historiques sur les actions de l’entreprise pendant la Seconde Guerre mondiale.


Dans ce communiqué commun, Guillaume Pepy souligne que la SNCF va agir dans "trois directions : transparence et clarté sur notre passé, avec un nouveau travail de connaissance et de compréhension de notre situation et de notre action pendant la seconde guerre mondiale" (...) "Devoir de mémoire sur ce qui s'est passé pendant cette période, sans jamais oublier l'héroïsme de nombre de cheminots. Et surtout maintenant, en se tournant vers l'avenir, devoir de pédagogie et d'éducation vers les nouvelles générations".

Cette année, la SNCF lance un nouveau programme de recherches historiques avec la création de bourses d’études pour des chercheurs français et internationaux.

Un colloque présentant le bilan des connaissances sur le rôle des chemins de fer en Europe durant cette période sera également organisé. »


Source : http://fr.ejpress.org/article/39178  

 

14/12/2010

LES OBSEDES DE LA SHOAH

Il paraît que Fifille, qui cherche éperdument à diaboliser Gollnisch et à se faire bien voir des sionistes, puisque ce sont eux qui ouvrent ou ferment les portes dans ce pays, a déclaré la semaine dernière au  Point « Je suis opposée à voir revenir dans le F.N. les obsédés de la Shoah » !

Voilà qui mérite de figurer dans un bêtisier fait sur mesure pour elle !!!! Et elle aspire à la tête du FN ! Faut-il qu’il soit tombé bien bas.

 

Ca ne la dérange apparemment pas de mélanger allègrement les causes et les effets. N’en déplaise à Fifille, les « obsédés de la shoah » ne sont pas ceux qui dénoncent une situation qui devient de plus en plus irrespirable et étouffante. Ce sont ceux qui l’ont créée de toutes pièces, cette situation. Qui en vivent et qui prospèrent en imposant au pays une culpabilité et une repentance tout à fait abusives. Alors même que pour bon nombre d’entre eux, leurs parents avaient été accueillis dans ce pays et bien contents d’y être arrivés. Et que pour d’autres, les séfarades arrivés d’Afrique du nord, ils n’ont même pas connu cette shoah dont ils nous rebattent pourtant les oreilles.

Sans parler du déluge d’espèces sonnantes et trébuchantes sortant de la poche du contribuable qui accompagnent cette repentance obligée.

 

Voilà le vrai scandale. Un parti digne de ce nom le dénoncerait inlassablement au lieu de s’aplatir et de hurler avec les loups. Dans l’espoir – bien illusoire – de se « dédiaboliser » !  Quelle connerie.

 

Je relaie ci-dessous un exemple parmi d’autres, mais c’est un des derniers en date, de cette main-mise absolue sur le pays. Tellement gros que ça n’en passe que mieux. Puisque maintenant les bornes de la simple décence sont franchies depuis longtemps.

 

C’est à cela qu’aspire le FN nouvelle version ? Devenir leur supplétif ? En rajouter une couche dans la servilité ? Ah, on comprend que Fifille ne soit pas trop malmenée par les médias-Pravda :

 

 

 

« La Licra missionnée pour surveiller l’Internet

10 Décembre 2010  

Brice Hortefeux a signé avec la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), une convention de coopération dans la lutte contre les dérives racistes sur l’Internet, dans les stades et dans les « échanges de statistiques » (Le Figaro, 2 décembre).

D’après la Licra, « cet accord consacre un important volet à l’échange d’informations entre le ministère et la Licra afin d’être capable de mieux quantifier, qualifier et appréhender les phénomènes racistes et antisémites ».

La Licra serait chargée de « proposer une approche nouvelle dans la sensibilisation des agents de police et de gendarmerie ».

Par ailleurs, un observatoire du racisme serait créé et sa conduite en serait confiée sous peu au Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).

Dans une lettre adressée au ministre, le secrétaire général du Rassemblement pour l’indépendance de la France (RIF), Alain Bournazel, s’étonne que des missions qui relèvent du ministère de l’Intérieur, par essence régaliennes, puissent être déléguées pour parties à des structures associatives militantes et partisanes :

« Nous sommes certes, comme beaucoup de Français, fortement attachés à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et nous partageons pleinement les ambitions que vous affichez de la sorte légitimement. Pour autant, ces valeurs partagées ne sauraient en aucun cas donner lieu à une confusion dommageable des attributions et des compétences de chacun. »

Surtout, il s’étonne des missions confiées au plus haut des services de l’État à des groupements ouvertement communautaristes : « Nous sommes tout autant préoccupés par la création prochaine d’un observatoire du racisme qui pourrait être animé demain par une association qui affiche ouvertement ses objectifs communautaristes et dont la dénomination autant que les actions nous paraissent radicalement étrangères aux valeurs universalistes depuis toujours défendues par la France. »

La démarche consacrerait effectivement « l’enracinement en France d’une inquiétante police de la pensée ».


Source : http://www.libertepolitique.com/actualite/55-france/6434-...