Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2007

CA COMMENCE TRES FORT !

medium_images.54.jpgIl n’a pas pu s’empêcher de se la jouer Santa Barbara. Ca devait le démanger depuis trop longtemps. Donc, il s’est tout offert : resto clinquant et branché pour fêter sa victoire, arrivée en jet privé sur l’île de Malte, vacances à bord d’un yacht. Toute la panoplie du jet-setter international et surmené y est passée. Mais attention, il a quand même su rester très simple : arrivé sur l’île, il paraît qu’il s’est présenté comme vous et moi dans la zone normale de contrôle des passeports. Alors, hein !

Jet privé et yacht appartiendraient au groupe Bolloré. On est heureux d’apprendre au passage qu’il y a quand même des Français qui arrivent à survivre correctement. Notez bien qu’on  n’en doutait pas.

Que Nicolas Sarkozy – puisque c’est de lui dont il s’agit, vous l’aviez peut-être deviné - soit invité par Vincent Bolloré ou que cette petite escapade « laborieuse » soit à la charge du contribuable, n’a strictement aucune importance. Nous sommes là dans le domaine des symboles, des signes qui sont adressés au pays. Et dans cette optique, cette connivence entre milieux d’affaires et pouvoir politique si clairement affichée et même revendiquée, en ces temps de grandes difficultés pour le pays, a quelque chose de franchement nauséeux.

Ce que Sarkozy a fait là est au minimum une faute de goût et au maximum une véritable insulte adressée aux millions de gens modestes ou même pauvres qui l’ont élu en croyant qu’il allait les défendre. Si ses amis ne le sont pas, son électorat, lui, est en grande partie populaire. Il y a là un décalage, pour rester soft, qui augure de lendemains qui vont cruellement déchanter.