Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2010

QUE FONT LE CRIF ET LA LICRA ?

Incroyable. Tous aux abonnés absents. Imaginez, juste un quart de seconde : tout ceci (voir articles suivants) se passe en France. Ils seraient nettement plus réactifs, vous ne croyez pas ? Mais en Israël, allez savoir pourquoi, c’est très bien et personne ne pipe mot.

Vous vous souvenez de la saga des « sans-papiers », l’été 1996 ? Les clandestins qui « s’étaient » installés – plus exactement que l’on avait installés – dans l’église St Bernard à Paris ? On avait eu l’occasion alors de voir se déployer tous les talents de la LICRA. Tandis que carrément un mur pour les arrêter, maintenant, ça ne les dérange pas plus que ça …

Je suggère fermement aux clandestins d’aller s’installer dans les synagogues d’Israël et de n’en plus bouger.

 

1) « Les clandestins menacent le pays

"Les clandestins représentent une menace existentielle pour le pays", a déclaré Eli Yishaï, lors d'une commission parlementaire sur les travailleurs étrangers. Le ministre de l'Intérieur a évoqué l'augmentation du nombre d'infiltrés en Israël. Et d'ajouter : "Certains n'aiment pas entendre ce genre de propos, mais c'est une réalité."

 

Pour Yishaï, des mesures doivent être prises pour empêcher la situation de s'aggraver. "Je me réjouis du début de la construction de la barrière, à la frontière avec l'Egypte." Il redoute toutefois le temps que pourront nécessiter les travaux. "S'il faut deux ans pour achever la barrière, 30 000 autres clandestins pénétreront en Israël."

 

"La clôture doit être construite immédiatement, et les forces militaires doivent agir comme une barrière humaine pour maintenir les éventuels infiltrés à l'écart. Des centres de détention doivent être construits à proximité des passages, et il doit être clair, pour tous les Israéliens, qu'employer un travailleur clandestin est illégal !", a expliqué Yishaï.

 

Les associations humanitaires ont également été prises à parti par le ministre. Les organisations qui prétendent aider les clandestins sont, en partie, responsables de la situation. "A Eilat, comme à Tel-Aviv, tout est en train de s'effondrer. Le problème affecte tous les domaines, politiques et économiques." »

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993719579&a...

 

 

2) « Frontière égyptienne : début des travaux

 

Les travaux commencent. Après plusieurs mois d'étude, Israël entreprend la construction d'une barrière le long de la frontière avec l'Egypte. Le but : endiguer le flot de migrants clandestins. Le budget débloqué est estimé à 1,3 milliard de shekels.

D'après les experts, le chantier durera un an. La barrière physique sera équipée de capteurs sensoriels sur toute la longueur de la frontière.

 

Une nécessité urgente

 

La police estime que des tonnes de marijuana et de haschich transitent clandestinement chaque année, ainsi que 1 000 prostituées et des centaines de travailleurs illégaux.

L'actuel dispositif de sécurité installé le long de la frontière de 240 kilomètres ne représente pas un obstacle particulièrement significatif. A son niveau le plus élevé, il mesure à peine plus d'un mètre de haut, et est constituée de fil barbelé tendu entre deux poteaux de métal.

 

Parmi ceux qui tirent profit de la perméabilité de la frontière : les réfugiés africains. En quête d'une vie décente en Israël, leur infiltration a commencé en 2005, à la suite d'un épisode tragique : lors d'une manifestation de Soudanais devant le bureau du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Caire, les forces anti-émeutes égyptiennes ont tiré sur la foule.

 

Empli du devoir moral qui lui incombe, étant donné le lourd passé de souffrance du peuple juif, Israël a d'abord accepté la présence de quelques centaines de demandeurs d'asile du Darfour. Mais, depuis, ce nombre s'est multiplié. 8 000 individus originaires du Soudan, du Ghana, d'Erythrée et d'autres pays africains sont entrés dans le pays par le Sinaï entre 2007 et 2008.

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993721271&a...

 

Si je comprends bien, le "devoir moral" en Israël, ce n'est donc pas à perpétuité comme chez nous? Ca se limite juste à accueillir "quelques centaines de demandeurs d'asile"? Et puis après, fini? Une idée à creuser, ça ...

17/11/2010

QUEL SCANDALEUX REPLI SUR SOI !

Franchement, ils ont de la chance de n’avoir ni LICRA ni CRIF dans ce pays. Qu’est-ce qu’ils auraient entendu !!! Mais là, bizarrement, silence radio. Il faut donc qu’on fasse le boulot nous-mêmes, qu’on embouche les trompettes de Jéricho et qu’on dénonce cette effrayante attitude de rejet et de refus d’ouverture à l'Haautrreeuuuhh, ces murs de la honte qui séparent les hommes :

 

 « Israël va construire un mur à la frontière égyptienne »


c4e4ac4a-f15a-11df-b60d-77c503c86071.jpg

Benyamin Nétanyahou a annoncé la construction d'une «clôture de sécurité» de 250 km le long de la frontière avec l'Égypte. (Crédits photo: Ron Bousso/AFP)

« L'État hébreu veut endiguer le flot d'Africains attirés par sa prospérité, en augmentation de 300% cette année. 

Israël redoute d'être submergé par une vague d'immigrants illégaux venue d'Afrique. Pour tenter d'endiguer cet afflux, Benyamin Nétanyahou a annoncé la construction d'une «clôture de sécurité» de 250 km le long de la frontière avec l'Égypte, principale voie de passage des clandestins.

Cette décision, qui devrait coûter plus de 250 millions d'euros, a déjà été reportée à plusieurs reprises pour des raisons budgétaires. Mais cette fois, le premier ministre semble décidé à agir, car le nombre d'infiltrés du Soudan, de l'Érythrée et d'autres pays africains a atteint un record: 10.858 durant les 10 premiers mois de l'année, une augmentation de 300% par rapport à 2009.

 

f10a6d72-f15b-11df-b60d-77c503c86071.jpg

«Le mouvement s'est accéléré récemment car ces Africains savent qu'une clôture risque de leur barrer bientôt le passage», explique Me Sigal Rozen, un avocat qui les défend. Pour la plupart, ces immigrants viennent chercher du travail dans ce qui leur apparaît comme un îlot de prospérité. Dans un premier temps, ils s'installent dans les quartiers déshérités de Tel-Aviv et à Eilat, station balnéaire de la mer Rouge, toute proche de la frontière égyptienne, avant de se disperser dans d'autres localités.

Cette présence «visible» commence à susciter des réactions de rejet parfois teintées de racisme. Des mouvements d'extrême droite agitent le spectre d'Israël devenant «un pays africain». «Dans quelques années, nous aurons plus de 100.000 immigrés africains et les habitants de Tel-Aviv devront déménager dans les colonies de Judée-Samarie (Cisjordanie)», s'exclame le député d'extrême droite Yaakov Katz. Les clandestins sont accusés de la montée de la délinquance, ce que démentent les statistiques.

 

«Menace démographique»

 

Ce malaise a atteint un tel niveau que des rabbins de Bnei Brak, une banlieue ultraorthodoxe de Tel-Aviv, ont lancé des anathèmes contre ceux qui louent des appartements à des illégaux. Benyamin Nétanyahou a lui-même affirmé que cet afflux «risque de mettre en danger le caractère juif et démocratique de l'État d'Israël» et constitue une «menace démographique» pour le pays. Il a tenté, en vain, de persuader des pays africains d'accepter le rapatriement de leurs ressortissants, moyennant finances. Sur place, leur vie n'a pourtant rien d'attirant. La plupart d'entre eux sont employés aux travaux les plus pénibles, sous-payés, installés de façon précaire dans des quartiers ghettoïsés. Auparavant, ils ont dû effectuer un périlleux voyage en traversant des milliers de kilomètres de régions désertiques. L'Égypte, ultime étape, est aussi la plus coûteuse (au moins 2000 euros par personne versés aux passeurs bédouins) et la plus dangereuse. Une trentaine d'illégaux ont été tués cette année par les policiers égyptiens.


En Israël, quasiment aucun d'eux n'obtient le statut de réfugié politique. Ils restent dans la précarité, à la merci des unités de la redoutée police de l'immigration. Quelques organisations de défense de droits de l'homme font valoir «qu'un pays créé par des réfugiés ne peut pas tourner le dos à d'autres réfugiés fuyant des atrocités». Ces voix restent isolées. »

Isolées. On ne peut pas en dire autant chez nous, pas vrai ?  

 Source: http://www.lefigaro.fr/international/2010/11/15/01003-20101115ARTFIG00785-israel-va-construire-un-mur-a-la-frontiere-egyptienne.php