Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2007

LE MULTICULTURALISME, VOILA L’ENNEMI !

34a30c5440fca45f37609df8fd3abe79.jpgLa vérité sortirait-elle de la bouche des Anglais? Tenez-vous bien car vous allez être secoués : le chef des rabbins d’Angleterre – soit la plus haute autorité juive du pays - vient de publier un livre où il descend en flammes….le multiculturalisme.

Parfaitement. Le multiculturalisme engendre la ségrégation, étouffe la liberté d’expression et menace la démocratie. Je m’en doutais un peu, notez. Mais imaginez que ce soit nous qui le disisons… Là, ce n’est pas pareil, c’est un rabbin qui tient ces propos iconoclastes. Il a donc le droit d’exprimer un point de vue qui serait insoutenable pour tout autre.

Ce rabbin s’appelle Jonathan Sacks et son livre The Home We Build Together. Recreating Society (La maison que nous construisons ensemble. Rebâtir la société) n’est pas vraiment passé inaperçu outre Manche.

Sa thèse, c’est qu’au départ - du multiculturalisme - les intentions étaient bonnes (bien que nous ayons quelques doutes sur la question, nous autres…).  Mais finalement, au lieu de conduire à l’intégration, le multiculturalisme a favorisé son exact contraire, la ségrégation. Sacks considère que la vie politique de son pays est empoisonnée par la montée des revendications identitaires, les minorités se battant d’abord pour des droits, puis à présent pour des traitements spéciaux. Le processus, a-t-il déclaré, a commencé avec les juifs et s’est poursuivi avec les noirs, les femmes et les homosexuels. Cela a abouti à de profondes divisions dans la société.

Il ne mâche pas ses mots, parlant d’une culture de victimisation qui dresse les groupes les uns contre les autres, chacun clamant que sa souffrance, son oppression, son humiliation sont plus grandes que celles des autres. Il déclare carrément : « La démocratie libérale est en danger. (…) Les politiques de liberté risquent de devenir des politiques de peur ».

Interviewé par le Times, Sacks a revendiqué le caractère politiquement incorrect de son livre, mais dans le sens le plus élevé du terme (selon lui, je précise).

Ce qui ne l’empêche nullement de soutenir à fond les écoles juives en Grande-Bretagne, les jugeant compatibles, elles, avec l’intégration. Car vous l’avez bien sûr deviné, ce sont d’autres « groupes » qui sont visés. Suivez mon regard…Des groupes qui ont l’incroyable prétention de vouloir imiter les précurseurs dans le job.

Sir Jonathan Sacks est très médiatisé outre Manche, et les jugements sur sa personne sont  plutôt divers au sein de la communauté juive anglaise, forte de quelque 260 000 membres. Les orthodoxes, notamment, ne lui ont pas pardonné d’avoir suggéré dans son précédent ouvrage que la foi [juive] ne contenait peut-être pas la vérité absolue.

Et en 2002, dans une interview, il avait révélé que beaucoup de choses qui se passaient en Israël le rendaient « very uncomfortable as a Jew ».

Bref, dans l’ensemble, un type plutôt sympa, non ?

Source :http://www.jpost.com/servlet/Satellite?pagename=JPost/JPA...