Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2008

BRAVO, M. OBAMA !

obala.jpg

Je lui souhaite bien du plaisir, au nouveau président des Etats-Unis ! Contrairement à ce que je lis abondamment deci-delà, je ne crois pas que la couleur de sa peau ait été tellement déterminante dans son élection. Je croirais plutôt que les Américains en avaient marre des gesticulations guerrières à la Bush et commençaient à se rendre compte de l’addition … Parce que finalement, c’est toujours à ça qu’on en arrive.

Alors, le nouvel élu est prometteur justement parce qu’il est nouveau et qu’il a promis qu’avec lui, tout allait changer ! Une formidable promesse que nous n’avons jamais entendue, pas vrai ?

Il faut dire que dans sa musette, il en a pour tous les goûts : social-démocrate, noir, jeune, musulman, chrétien, sioniste, pro palestinien. Le plus difficile, c’est de faire son choix parmi toutes ces facettes si exciting.

Bon, après le 20 janvier 2009, les problèmes épineux vont commencer. Et les Américains ont plutôt moins de patience que nous autres au chapitre de la réalisation des promesses. Mais quoi, on a le temps de voir venir et d’ici là, on a le droit de planer, non ?

Nelson_Mandela.jpgJe ne sais pas pourquoi, vous allez encore dire que je suis mauvaise langue, mais cette élection  - et surtout les commentaires dithyrambiques qui l’accompagnent – me font un peu penser à une autre élection survenue en 1994 en Afrique du Sud. Cette année-là, la presse extatique saluait l’arrivée à la présidence de Nelson Mandela, le leader (noir) communisant de l’ANC.

C’était aussi une formidable promesse qui ne s’est hélas pas tout à fait concrétisée. L’Afrique du Sud a reculé de 35 places dans le classement du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) entre 1990 et 2005. Pauvreté, chômage, sida et criminalité ont flambé depuis cet avènement pourtant si prometteur, lui aussi.

Je souhaite de tout mon cœur que rien de pareil n’arrive aux Etats-Unis, ce grand, grand pays qui nous est si cher.