Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2011

L’ENARCHIE DANS TOUTE SA NUISANCE … ET SA LÂCHETE (8)

yy.jpgNous arrivons tout doucement au bout de notre quête. Ecoutons à nouveau ce que disait Gérard Moreau à Anna Marek : « C’est ce conglomérat d’expériences qui a conduit ces énarques à chercher des voies d’engagement ensemble, dans ce petit groupe d’une douzaine de personnes au début mais qui s’est réduit rapidement à cinq ou six, et à chercher un sujet d’engagement à côté de leur métier. Nous avons donc cherché un thème d’action collective. Il s’est trouvé que, à la fois parce que 1968 avait remis en lumière certaines valeurs d’internationalisme et que les immigrés symbolisaient, comme ils l’ont toujours fait d’ailleurs, des gens pour qui le droit ne s’exerçait pas, nous avons lancé le thème, sur cette base-là. L’immigration incarnait en quelque sorte un champ à défendre pour toute une série de raisons : internationales, économiques, sociales... »

Il est clair que le groupe était plus copieux au début que les « quatre » retenus par la suite. Mais je pense que ces « quatre » ont déjà été nommés précédemment. Il y a un certain nombre de noms supplémentaires dans la promotion Thomas More - qui est une véritable pépinière de gens de gauche* - qui réunissent certains indices, notamment l’une ou l’autre femme, ou encore Alain Richard (voyez sa bio sur internet), mais il est difficile de tirer formellement de ces quelques éléments les conclusions qui nous intéressent.

Par contre, je terminerai par deux personnages dont l’un me paraît être un candidat plausible. Pourtant, il appartient à la promotion suivante (Charles de Gaulle, mars 1970-juillet 1972). N’oublions pas que la fameuse loi anticasseurs, qui a provoqué des remous à l’ENA et qui est donnée comme le « starter » du Gisti, date de juin 1970 (et non de 1969). Il a donc eu l’occasion de fréquenter la promo Thomas More de mars 1970 à mai 1971. Largement de quoi nouer des contacts…. Il s’agit de :

Jean-Cyril Spinetta

 

sp.jpgIl « est né le 4 octobre 1943, à Paris. Sa famille, d'origine corse, est socialiste. Son grand-père a été responsable SFIO de la fédération du Tarn et son père, secrétaire d'Etat à la reconstruction et au logement en 1956, était un proche de Guy Mollet. Plongé dans une ambiance familiale politisée, l'élève brillant élève a suivi un cursus classique en politique : des études de droit public puis l'Institut d'études politiques de Paris (IEP) et enfin l'École nationale d'administration (ÉNA). De 1970 à 1972, il fait ses premières armes syndicales à l’ENA en créant la section CFDT. A la fin de ses études, il est nommé chef du bureau des investissements et de la planification au ministère de l'Education Nationale, puis il devient auditeur au Conseil d'Etat.

 

A vingt-cinq ans, il est chargé de mission au Secrétariat général du gouvernement. Il reste à ce poste pendant treize ans, puis en 1981, Jean-Cyril Spinetta devient chef du service d'information et de diffusion du Premier ministre. Deux ans plus tard, il est nommé Directeur des collèges au ministère de l'Éducation nationale.

 

Cet énarque de talent continue d'évoluer au gré des gouvernements qui reconnaissent ses compétences. De 1984 à 1986, il est Directeur de cabinet de Michel Delebarre, alors Ministre du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle. Puis pendant un an, il exerce la mission d'Inspecteur général de l'Education nationale avant de retrouver Michel Delebarre comme Directeur de cabinet. Il passe alors du ministère des Affaires sociales et de l'emploi, à celui des transports et de la mer puis à celui de l'équipement, du logement, des transports et de la mer. »

 

Vous connaissez la suite, qui nous intéresse moins : PDG du groupe Air France de 1997 à fin 2008. Comme ces gens sont totalement indéboulonnables, depuis le 1er janvier 2009, il est Président du Conseil d'administration d'Air France-KLM et d'Air France.

 

Je ne retiens pas a priori le second candidat comme l’un des fondateurs du Gisti. Il est cependant intéressant car s’il ne l’a pas été, il aurait fort bien pu l’être, néanmoins, de par son parcours. Il appartient à la promotion précédent Thomas More, celle de Jacques Attali dont il a été un condisciple : la promotion Robespierre, janvier 1968-mai 1970. Lui aussi, comme Attali – et un paquet d’autres – a eu largement la possibilité de fréquenter les « moriens » de janvier 1969 à mai 1970. Il s’agit de :

 

 

Louis Schweitzer

 

sch.jpgVoyons Emmanuel Ratier (éd. 1992) : « Inspecteur des finances, né le 8 juillet 1942 à Genève. (…) Louis Schweitzer est entré à l’inspection des finances à sa sortie de l’ENA en 1970 (ainsi qu’au Bilderberg group). Membre du parti socialiste avant 1981, cet ancien « binôme » de Laurent Fabius à Sciences-Po a été son directeur de cabinet aux ministères du budget, de l’industrie et comme premier ministre (1981-1986). En 1985, il fut le principal artisan du limogeage brutal du PDG de Renault, Bernard Hanon, et de son remplacement par George Besse. (…) Véritable « premier ministre bis » lorsque Laurent Fabius était premier ministre, cette éminence grise passe pour coordonner le réseau de l’ancien premier ministre. »

 

« En 1995, Louis Schweitzer a été mis en examen pour « complicité d'empoisonnement » dans l'affaire du sang contaminé. Il devait notamment répondre du retard qui a été pris dans la distribution d'un test de dépistage du SIDA. Il bénéficiera d'un non-lieu.

 

Cette même année, il est également mis en examen dans l'affaire des écoutes de l'Élysée.

Le 9 novembre 2005, il est condamné dans cette affaire mais dispensé de peine. Il est notamment reconnu coupable pour le placement sur écoutes de Jean-Edern Hallier. Fin septembre 2008, sa condamnation est confirmée par la Cour de cassation. Louis Schweitzer se défendra en avançant: « Il y a eu un effort pour me masquer la réalité ».

En 1998, la justice belge le condamne à une amende de 10 millions de francs belges (1,6 million de FF) pour avoir violé la loi du travail belge lors de la fermeture de l'usine Renault de Vilvorde. »

Mais toutes ces broutilles ne l’empêcheront nullement de recevoir de flatteuses décorations (comme ses petits copains, en général, même si nous n’en n’avons pas parlé) : Grand-Officier de l'Ordre national du Mérite, Commandeur de la Légion d'honneur. Il est naturellement membre du club Le Siècle.

De 2005 à 2010, il sera – et là nous retrouvons notre sujet et ses convictions profondes -  président de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde). Quoique "de gauche", il ne faisait pas dans le bénévolat ni le caritatif, il ne faut rien exagérer. Son salaire brut était de 6 700 € par mois et s'ajoutait à ses autres revenus.

 

Sa gestion de la Halde a été l'objet d'un examen très critique de la Cour des Comptes en 2010. http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/09/03/la-gestion-de-la-halde-par-louis-schweitzer-dans-le-collimateur-de-la-cour-des-comptes_1406160_3224.html

 

Aux dernières nouvelles, il était à la tête de Volvo.

 

* Voici la promo More au grand complet (y compris les décédés) : http://www.amici-thomae-mori.com/fr/univers_thomas_more.asp?rub=9&idsrub=113&idssrub=97