Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2012

ARX TARPEIA CAPITOLI PROXIMA

 

imagesCA8WSLED.jpg

Je reviens sur cet étonnant épisode du « parlement juif », parlement hautement virtuel mais à forte charge symbolique. Encore que ce symbole ne soit pas dénué de danger car chacun sait que les lobbys qui s’affichent un peu trop manifestent davantage de faiblesse que de force.

Ceci dit, que les responsables communautaires fassent feu de tout bois pour exister à n’importe quel prix et tâcher par tous les moyens d’imposer leurs vues, je peux le comprendre.

Mais que l’Union européenne soit tombée assez bas pour se prêter à ce type de mascarade en dit long sur sa veulerie et son degré, assez époustouflant, d’inexistence réelle. Finalement, ce qu’elle fait là, ce n’est rien d’autre qu’installer le communautarisme en majesté. Sans doute l’a-t-elle fait pour avoir la paix. Une simple concession, de son point de vue, qui risque fort de ne nullement déboucher sur les engagements fermes que certains, au « parlement » juif virtuel, espèrent…

 

Or donc, 74 563 juifs ont voté en France pour « élire » douze de leurs coreligionnaires afin de les représenter. Dans mon bouquin sur le CRIF, j’indiquais que l’officine affirmait représenter environ 100 000 personnes. Ces chiffres sont gonflés car en réalité elle n’en représente que les ¾. Très précisément ceux qui ont voté.

 

Le fait est que ces douze « élus » virtuels - puisque désignés d’un clic - ont globalement des liens plus qu’étroits avec le CRIF qui est un rassemblement d’une soixantaine d’associations diverses et variées.

Voyez plutôt :

 

Besnainou Pierre, président du Fonds social juif unifié
Briefel Raymond
Fajnzylberg Roger, directeur général de l’OSE
Haggiag Walter
Heymann Elinadav, directeur au « European Friends of Israel »
Jacaret Gilberte, membre du comité exécutif du B’nai B’rith Europe
Malka Yael
Marciano Aryeh, directeur régional de la Fondation Wolfson-Horn qui œuvre pour le rapprochement des juifs éloignés de la Torah. En installant par exemple des cafétérias casher en face des facs. Autre bel exemple de communautarisme. D’ailleurs, pourquoi accepter les cafétérias casher et hululer devant les apéros saucisson-pinard ?
Moskowicz Jean-Marc, président d’Europe-Israël
Ohayon Caroline, présidente d’Action Citoyenne Jeunesse et Mémoire. Machin créé en 2004 pour encadrer et imposer les voyages de lycéens à Auschwitz
Rochard Joel, président du cercle Bernard Lazare
Sebban Jacques David, de l’UEJF

 

Qu’espèrent donc ces gens d’une Europe affaiblie, incapable de résister aux communautarismes qui s’affichent avec de moins en moins de retenue ? Croient-ils vraiment que cette caricature d’Europe va aller déclarer la guerre à l’Iran, même pour leur faire plaisir ? Et qu’un parlement virtuel y changera quelque chose ?

 

01/12/2010

LOBBYS PRO-ISRAELIENS EN EUROPE 11

11  - CONGRES JUIF MONDIAL (CJM) – CONGRES JUIF EUROPEEN (CJE)

 

Il s’agit de deux organisations distinctes, mais nous allons les réunir pour indiquer que toutes deux ont un bureau à Bruxelles afin de surveiller ce qu’il s’y trame. Celui du CJE est récent puisqu’il date de 2009. Rappelons que le Congrès Juif Européen, qui rassemble les responsables de quelque quarante communautés juives d’Europe, soit environ 2,5 millions de personnes, est présidé par Moshe Kantor, également vice-président du Conseil pour la Tolérance vu par ailleurs. Pourquoi l’ouverture de ce bureau ?  « Nous avons réalisé qu’il y avait un vide au niveau européen, et qu’il y avait le besoin d’une organisation puissante travaillant avec les institutions européennes. Ceci est plus facile quand vous êtes à Bruxelles », déclarera sans rire à l’European Jewish Press la secrétaire générale adjointe du CJE.

 

Et sans doute aussi pour imiter le Congrès Juif Mondial qui opère essentiellement aux Etats-Unis, mais a son bureau à Bruxelles depuis plus longtemps. Le CJM est présidé par Ronald Lauder, le fils de la reine des cosmétiques Estée Lauder. Son prédécesseur, Isaac Singer avait fait en 2004 à Bruxelles un discours qui n’était pas passé inaperçu : «  Le nouveau juif est là et il va falloir compter avec nous. Romano Prodi a dit qu’il allait surveiller l’antisémitisme, eh bien nous, nous allons surveiller Romano Prodi. Nous allons combattre tous ceux qui ne nous aiment pas. Avec la force des États-Unis et d’Israël, nous allons changer le monde avec nos propres méthodes, pas les vôtres. »