Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2012

PAUVRE LICRA !

Pour un peu, elle me ferait presque pitié ! Eh oui, les temps ont bien changé depuis la belle époque, pas si lointaine finalement, où elle faisait la pluie et le beau temps à chaque élection. Où elle distribuait ses mauvais points et ses satisfecit. Où elle disait le Bon, le Bien et le Juste. Et où la classe politique l’écoutait religieusement.

En ce moment, c’est dans le désert des tartares qu’elle hulule misérablement son appel « aux convergences républicaines » pour faire front contre la bébête immonde. Elle a trop fatigué son monde et à présent, à peu près tout le monde s’en fout, de ses diktats.

Ce qui ne veut pas dire, attention, hein, que les responsables communautaires soient renvoyés poliment mais fermement, comme il conviendrait dans un pays normal, à l’étude de la torah. Non, faut pas rêver. Mais c’est qu’à présent, ceux qui restent toujours écoutés ont plutôt viré à droite.

Enfin, entendons-nous : une droite obligatoirement ultra-sioniste, prête, le doigt sur la couture du pantalon, à défendre Israël envers et contre tout et à faire le voyage de Jérusalem, à genoux s’il le faut, pour avoir l’immense bonheur de se faire adouber. A cette petite condition, ces responsables sont maintenant à « droite » plutôt qu’à gauche toute, comme avant. Et prêts à aider les candidats méritants qui satisfont aux critères requis.

Allez, écoutons un peu ce que nous raconte la LICRA et à la fin, puisque vous êtes sages, vous aurez le droit d’aller consulter la liste des 50 indécrottables qui l’ont signé, ce fameux appel « aux convergences républicaines ». Fallait la trouver cette expression, pas vrai ?

 

 

 

"Elections législatives : Après le « ni-ni » de l’UMP, la Licra appelle les autres partis à faire front (républicain)"

 

Charte.jpg

 

"La Licra déplore la décision de l’UMP qui contribue à normaliser le FN et ses idées.

Elle affirme que le FN mérite une vigilance tout à fait spécifique : pas seulement pour son histoire, mais pour ses idées, ses pratiques et ses objectifs, il doit être considéré dans toute sa différence et sa dangerosité. Ce combat exige un front républicain renforcé. Le seul ni-ni qui vaille est : ni avec le Front National, ni avec ses idées.

 

Dans ce contexte, la Licra maintient son appel à la convergence républicaine et demande à toutes les forces politiques de s’engager sans ambiguïté.

 

L’enjeu : contribuer, ou non, à mettre sur le chemin de l’exercice du pouvoir, à plus ou moins court terme, un parti qui n’est pas en accord avec les valeurs fondamentales de la France.

Le Front national (FN) connait aujourd’hui un succès populaire, idéologique et médiatique alors que tous les observateurs, à l’exception de l’initié Gérard Longuet, s’accordent à dire que sa matrice reste xénophobe et raciste. C’est pourquoi la Licra a lancé le 31 mai dernier un appel aux convergences républicaines, auxquels ont répondu des candidats de tous bords afin de faire battre l’extrême droite aux élections législatives. Alain Jakubowicz, Président de la Licra, rappelait alors que « le seul ni-ni qui vaille est : ni avec le Front National, ni avec ses idées ».

Au lendemain du 1er tour, le Bureau politique de l’UMP a validé une autre stratégie, celle du « ni Front national, ni Front républicain ». La Licra déplore cette décision qui met très clairement fin au principe dont s’honorait la droite républicaine du « tout sauf le FN » et qui contribue à normaliser ce parti et ses idées.

La Licra demande aux dirigeants des autres principales forces politiques qui ne se sont pas exprimées (Nouveau Centre, Modem, EELV, Front de Gauche, etc.) de donner dans les prochaines heures des consignes claires et sans ambiguïté, appelant leurs représentants et leurs électeurs à faire barrage aux candidats de l’extrême droite encore en lice. »

 

 

 

« Les candidats signataires

La Licra se félicite des 50 premières signatures lui étant parvenues hier suite à la publication de son « appel aux convergences républicaines pour faire battre le Front National », saluant notamment l’engagement de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales. La Licra invite tous les candidats républicains à signer à leur tour. » 

 

Télécharger la liste des candidats signataires

 

 

 

28/03/2012

C’EST A LA LICRA QU’IL FAUT DEMANDER DES COMPTES EN PRIORITE

images.jpg 

Le tsunami Merah va laisser des traces. Ce tueur a eu le grand tort de s’attaquer à des juifs, ce qui ne pardonne pas. Il se trouve que j’ai chez moi une abondante documentation datant de l’époque – 2000 – où je me retrouvais en correctionnelle grâce à la LICRA. Rien de plus facile donc que de retrouver les coupures de presse relatant, avec les précautions d’usage, naturellement, car la parole n’avait pas encore été libérée (par qui ?), les agressions et crimes commis en ces années-là par des « chances pour la France ». Seulement voilà : ces « chances » s’attaquaient alors prioritairement aux de souche, et ce n’était pas bien. Non, c’est vrai, ce n’était pas bien, mais quand même, il fallait relativiser et ne surtout pas trop en parler. Car sinon, on « faisait le lit de l’extrême-droite ».

D’ailleurs, c’est la LICRA qui le disait, et elle ne badinait pas avec ces salopards de racistes d’extrême-droite. Donc, ces crimes passaient pudiquement au rayon faits divers et on parlait vite d’autre chose. Et pourtant, il y en a eu un paquet, vous le savez aussi bien que moi.

Les choses ont évolué en même temps que l’antisémitisme musulman se développait dans les banlieues et s’attaquait à présent à des cibles a priori intouchables. Pour culminer aux crimes récents et au déchaînement planétaire de lamentations qui a suivi.

Du coup, voilà que les assoces dites antiracistes, elles aussi intouchables par définition, sont enfin montrées du doigt. Il était temps ! Et ce, sur les sites ultrasionistes de droite, qui se déchaînent contre l’islamisme « radical ». A juste titre, s’entend, sauf qu’on aurait aimé les voir réagir avant que les victimes ne soient juives.

Mais vous allez voir qu’il y a quand même encore des pudeurs qui font qu’on ne bouscule pas trop la LICRA et qu’on évite soigneusement d’en parler. Exemple : « Ces donneurs de leçons récitent depuis des lustres une propagande ayant décrété qu'il ne fallait pas "montrer du doigt" ni critiquer les dérives d'une religion surprotégée. L'aveuglement volontaire sur la montée de l'islam radical en France est comptable de la tragédie natio­nale. Toute une construction idéologique s'effondre tandis que tombent les masques des associations subventionnées (SOS-Racisme, Mrap, Indivisibles, etc.) : mises au service des minorités ethniques et religieuses, elles ont imposé un politiquement correct qui a interdit d'élémentaires critiques et rappels à l'ordre contre les embrigadements ».

Cette prose, toute récente, est d’Ivan Rioufol. Il a raison bien sûr, sauf que nous, ça fait des décennies qu’on le dit. Mais voyez qui il nomme : SOS-Racisme, Mrap, Indivisibles. Bon, je veux bien, mais c’est la LICRA qui a mené le bal pendant longtemps. C’est elle qui renvoyait les gens devant les tribunaux, le moyen le plus sûr de les faire taire. Mais elle se retrouve pudiquement dans les « etc ».

Même son de cloche sur un site très voisin idéologiquement, toujours à propos dudit Merah : « Nous devons aider Riposte Laïque, que nous soutenions leurs positions ou pas (ce qui est mon cas). Nous devons les aider parce que la police de la pensée, toujours les mêmes usual suspects SOS Racisme, MRAP, LDH, ne s’arrêteront pas là, et que nous devons leur résister. »

A peu de chose près, les mêmes accusés, mais toujours pas de LICRA. Vous ne trouvez pas ça curieux ?

Alors, j’ai bien envie de rafraîchir un peu la mémoire de ces éplorés et leur rappeler que c’est la LICRA, et elle seule, qu’il faut mettre au tout premier rang des accusés.

Je vais rappeler pour quels propos j’ai été renvoyée en correctionnelle en 2000 sur dénonciation de Raphaël Nisand, alors président de la LICRA du Bas-Rhin (aujourd’hui maire socialiste d’une ville du département). Le président national de la LICRA était alors Patrick Gaubert (aujourd’hui président du « Haut Conseil à l’Intégration », où il a succédé à Blandine Kriegel – on reste dans les mêmes eaux, et avec le même succès).

Donc, voilà ces propos pour lesquels j’ai été poursuivie pour « provocation à la discrimination nationale, raciale, religieuse par parole, écrit, image ou moyen de communication audiovisuelle » :

« Non seulement les violences urbaines progressent, mais elles changent de nature, devenant de plus en plus le fait de mineurs, ce qui est nouveau et inquiétant. Osons le dire : ces jeunes violents, dans une forte proportion, sont des français issus de l’immigration maghrébine et africaine, culturellement mal assimilés et socialement mal intégrés » (…) « A l’heure actuelle, pour s’intégrer à la horde, les plus jeunes doivent apprendre eux aussi à insulter, à racketter, à agresser. Seule une tolérance zéro pourra donner à réfléchir aux petits frères, sœurs, copains, copines, tentés de suivre de (mauvais) exemple des grands qui jouent aux « caïds » en toute impunité pour le moment ».

C’est lorsqu’on énonçait des vérités basiques de ce type qu’on se retrouvait devant un tribunal il y a douze ans. Mérah avait une bonne dizaine d’années à l’époque, il avait une belle carrière devant lui. C’est à ce moment-là qu’il fallait agir. Au lieu de faire taire, au moyen des tribunaux, ceux qui annonçaient le danger.

La LICRA avait demandé au tribunal de me condamner à payer de fortes sommes « pour le préjudice moral subi ». Mais j’avais été relaxée. Innocente que j’étais à l’époque, je m’étais réjouie sans comprendre les raisons profondes de cette relaxe. Aujourd’hui (on évolue vite en dix ans, mais cette affaire m’a considérablement éclairée, merci la LICRA), j’y vois plus net. Les deux avocats engagés dans cette affaire, pour la partie civile et la défense (Nisand et Goldnadel) étaient juifs tous deux… Je vous laisse tirer vous-mêmes les conclusions…

Au lieu de se lamenter sur le soi-disant antisémitisme régnant en France, les juifs « de la rue » seraient plus avisés de demander des comptes à ceux qui les ont mis dans ce pétrin. A leurs responsables communautaires et associatifs. Ils ont des noms, de hautes fonctions, car ce pays tellement antisémite n’a pas été trop méchant envers eux, il faut le reconnaître. Quoique plutôt discrets pour le moment, ils sont toujours là, toujours insubmersibles.

Responsables et coupables.

15/04/2011

SACRE HERVE !

Une belle pub pour lui, relayée gratos par le CRIF. Tout y est: le « groupuscule », forcément très groupusculaire, le « prétendu » spécialiste de la question juive, les « diatribes haineuses et antisémites », etc.

 

Mais très curieusement, au lieu de passer cet événement interne sous silence comme il serait à première vue logique de le faire, surtout avec des groupuscules aussi minuscules, voilà qu’ils annoncent tous la conférence à grands coups de shofar, avec adresse et tout. Sympa de leur part. Je suis sûre qu’il boit du petit lait, ce bon Hervé …

 

« Dédicace révisionniste à Lyon : la LICRA condamne

 

La LICRA Rhône-Alpes condamne la  conférence-dédicace d’Hervé Ryssen, ce 15 avril 2011 à Lyon. La LICRA Rhône-Alpes s’indigne de la programmation de cette conférence-dédicace organisée par le groupuscule d’extrême droite Jeune Nation ce vendredi 15 avril à 19h à l’Hôtel Le  Lumière, 26 rue Villon à Lyon 8ème.

 

Hervé Ryssen, prétendu « spécialiste de la question juive » doit intervenir lors de cette réunion et dédicacer ses ouvrages dont... "Le Fantasme juif", "La Mafia juive", "Le Miroir du judaïsme" et "Histoire de l’antisémitisme vue par un goy et remise à l’endroit".

 

Pour l'association, "ces diatribes haineuses, antisémites et xénophobes ne doivent pas avoir droit de cité dans notre ville de Lyon, capitale de la Résistance. Nous avons trop connu ces visages de l'extrême droite, nous savons où ils ont entraîné la  France : la collaboration de certains avec les nazis, l'indignité des lois d'exception contre les juifs, une longue guerre contre les occupants.  L'extrême droite n'a jamais apporté que le malheur dans son sillon de haine".

 

C’est la raison pour laquelle la LICRA Rhône-Alpes fait et fera preuve d’une détermination sans faille à la combattre. »

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=24521&artyd=9

28/12/2010

ELLE EST BIEN BONNE, CELLE-LA …

Des tags antisémites ont été récemment tracés au domicile du président de la Licra du Bas-Rhin, Philémon Lequeux.

 

Le CRIF nous apprend que  « Le ou les auteurs des faits ont écrit « Sale juif » au feutre bleu sur la façade de la maison, située à Schiltigheim en banlieue de Strasbourg. Le tag était accompagné, en guise de signature, d'une croix entourée d'un cercle, le symbole du GUD (Groupe union défense, une organisation d'extrême droite, ndlr). M. Lequeux, qui préside la section locale de la Licra depuis deux ans, a précisé que son domicile avait déjà fait l'objet d'une agression fin novembre. «….  Ceux qui font ça sont vraiment des imbéciles. En plus, je ne suis pas juif, mais ils sont trop bêtes pour imaginer qu'un non-juif puisse présider la Licra », a-t-il encore commenté. »

 

A la suite de quoi un dénommé J C Meyer s’est fendu d’une lettre ouverte envoyée aux médias et à la LICRA que vous allez trouver ci-après :

 

 

« Au nom de l’Union juive française pour la paix-Alsace, soyez assuré, Monsieur le président, de notre solidarité active, avec vous, au moment où vous venez, un fois de plus, après d’autres, d’être lâchement attaqué par des tags antisémites signés d’une croix celtique.

 

Vous n’êtes en Alsace, ou ailleurs, ni le premier, ni hélas probablement, le dernier, à subir ces agressions.

 

Un jour, ou plutôt, une nuit, tant ces individus sont couards, ce sont des cimetières juifs profanés, des personnalités connues comme (ou supposées) juives. Une autre fois, ce sont des mosquées, des appartements, des véhicules appartenant à des musulmans. Des cimetières chrétiens aussi sont visés.

 

Tout cela baigne dans l’ambiance délétère, liée aux conséquences de la crise du capitalisme mondial, aggravée depuis qu’un certain gouvernement a réveillé les bas instincts, pour un prétendu débat sur une « identité nationale » fermée et hostile aux dits étrangers, en France, surtout quand ils sont musulmans.

 

Il est temps de stopper chez nous ce qu’ils ont déjà réussi dans plusieurs pays européens. Pour cela, s’unir entre tous ceux qui veulent vivre ensemble avec nos différences et des droits égaux. Ceux qui s’imaginaient appartenir à une soi-disant civilisation « judéo-chrétienne », qui n’a jamais existé et serait opposée à l’Islam, en France comme en Israël, vont devoir reconnaître leurs amis et leurs ennemis réels.

 

Les fanatiques de l’extrême-droite, relookée ou non, partout en Europe, montent en puissance électorale, aidés par des gouvernements de droite qui n’hésitent pas à préparer des alliances nauséabondes. Il n’y a qu’une façon de les empêcher de faire en Alsace ce qu’ils font ailleurs, en Suisse, en Belgique, en Italie, en Hongrie, etc. Préparer la contre-offensive de tous et toutes, pour briser dans l’œuf cette nouvelle peste brune en complet-veston et brushing blond décoloré.

 

Monsieur le président plutôt que de perdre votre temps, et votre âme, en poursuivant, en justice, avec d’autres, nos ami(e)s boycotteurs mulhousiens de produits « israéliens » des territoires palestiniens occupés, organisons ensemble sans tarder, le seul combat qui vaille afin de mettre hors d’état de nuire les antisémites, les islamophobes, les xénophobes et autres racistes de tout poil afin que cessent ces actes inadmissibles.

 

Note:

Et si la police et la justice s’intéressaient un peu à cet opuscule et à son auteur: La France licratisée, de Mme Anne Kling…

 

J C Meyer

UJFP-Alsace
27/12/2010”

 

images.jpgEt voilà le travail. Mais, cher J C Meyer, alias Jean-Claude Meyer, ou Schlomo, son pseudo sur son blog, la police peut tout à fait enquêter sur mon « opuscule ». Je n’y vois aucun inconvénient. Je lui fournirai même le dernier en date, sur le CRIF. Dans tous ces « opuscules », il n’y a pas une ligne qui ne soit conforme à la vérité. C’est ça qui est embêtant, je le conçois.

Mais délationnez, délationnez, il en restera toujours quelque chose, n’est-ce pas ?

 

Pour la petite histoire, M. Schlomo est un militant d’extrême-gauche, ancien responsable de la Ligue Communiste Révolutionnaire à Strasbourg, qui a participé à nombre d’élections en notre compagnie (enfin, dans le camp opposé) et qui nous fait l’honneur de nous exécrer de tous les pores de sa peau.

Mais moi, quand j’exècre quelqu’un, je tâche de lui balancer quelques arguments bien sentis dans la tronche, je ne vais pas moucharder du côté de la police. Pauvre type.

08/11/2010

DIFFICILE DE NOUS PRENDRE PLUS DELICATEMENT POUR DES CONS !

22.jpgLorsqu’Alain Jakubowicz, présentement président de la LICRA après avoir appartenu aux instances dirigeantes du CRIF, s’épanche dans les médias-Pravda, voilà ce que ça donne :

 

 « Alain Jakubowicz : hélas, le racisme anti-blanc existe!

 « Le combat antiraciste doit s’adapter à l’évolution profonde qu’a connue notre société, qui est allée à rebours de notre rêve de la voir expurgée des discriminations, explique Alain Jakubowicz. Ce rêve nous a conduit à la cécité, on n’a pas voulu voir la montée du racisme intercommunautaire, entre arabes et noirs, entre arabes et asiatiques. Et je n’aurais jamais imaginé, il y a encore quelques années, que l’on puisse faire un jour le constat d’un racisme anti-blanc. C’est terrible. Certains estiment qu’il ne faut pas en parler sous prétexte que cela fait le jeu du Front national qui exploite, c’est vrai, cela de manière honteuse, mais en même temps il faut dire les choses car on a culpabilisé à outrance trop de nos concitoyens ».

Stupéfiant d’hypocrisie et de toupet, non ? Et il continue de plus belle, acceptant apparemment – puisque les juifs sont à présent dans le collimateur, car ce sont eux, évidemment, les victimes du « racisme anti-blanc » – ce qu’il refusait avec horreur lorsqu’il s’agissait seulement des autres… « blancs »:

 
« Cette réalité a conduit depuis plusieurs mois la LICRA à réfléchir à une nouvelle approche de la question. « Comment bien connaître ces réalités inquiétantes ? poursuit Alain Jakubowicz . Toute l’histoire de la Licra nous conduit à être opposés aux statistiques ethniques, mais il faut faire des choix entre les maux et les mots, c’est pourquoi je crois possible de passer par des sondages pour faire la part entre le sentiment communautaire, privé et culturel, qui a toujours été acceptable en France et le vrai communautarisme, que l’on ne doit pas accepter, qui commence quand la loi du groupe supplante la loi de la République. Je ne sous-estime pas le danger de ce genre de sondages, mais ils peuvent permettent de mesurer selon les milieux l’importance réelle des opinions inquiétantes ».
 

Source :  http://www.marianne2.fr/Alain-Jakubowicz-helas-le-racisme...

 

27/10/2010

LA LICRA DOIT TRIOMPHER….

 

58384961_p.jpg

Puisque c’est elle qui avait dénoncé en premier lieu l’an dernier la présence d’un portrait de Pétain dans une mairie de Normandie. Avait suivi le scénario habituel, dont nous avons déjà parlé : indignation, pressions, rappel douloureux des « heures les plus sombres de notre histoire », etc, etc, tout y était passé. Le préfet s’en était mêlé mais les édiles ne s’étaient pas laissé impressionner. Le portrait était resté accroché au milieu des autres chefs d’Etat français. Le maire sans étiquette Bernard Hoyé avait déclaré à l’époque: « Ce tableau est là depuis des décennies. Pétain apparaît dans une galerie de portraits des chefs de l'Etat français ; qu'il soit controversé ou pas, je n'ai pas à prendre partie ».

 

Mais voilà, les cons de base n’ont pas à prendre ce genre d’initiatives car sinon, où irait-on ? Donc, hier, heureusement, justice a été rendue :

 

« Gonneville-sur-Mer : la justice a tranché

La Justice a rendu son verdict : le tribunal administratif de Caen  a estimé que le portrait de Philippe Pétain, chef de l'État français entre 1940 et 1944 devra être retiré du mur de la salle du conseil de la mairie de Gonneville-sur-Mer dans le Calvados. Selon les magistrats la photographie qui représente le Maréchal Pétain est "contraire à la neutralité du service public". »

Seuls deux conseillers municipaux sur quatorze s'étaient publiquement prononcés pour un retrait du portrait de Pétain. Voilà qui va faire remonter la cote de la LICRA dans le Calvados, elle dont les actions sont toujours scrupuleusement conformes à la neutralité républicaine, comme chacun sait. Et après, elle s’étonnera …

02/05/2010

LES MALHEURS DE MONSIEUR CHEKROUN

Les malheurs de Moïse Chekroun sont bien tristes et je compatis, mais enfin, il y a une phrase extraordinairement révélatrice dans l’article : « C’est bien simple, dans le centre commercial, à part le tabac, il n’y a plus un seul Français de souche ». Ce qui signifie en clair que les agressions dont a été victime M. Chekroun, bien d’autres les ont subies avant lui. Au point de finir par déguerpir.

 

Eh bien, voyez comme c’est étrange : lorsque les «de souche » étaient obligés de décamper, toutes les assoces « antiracistes », LICRA en tête, trouvaient ça très bien et ne s’émouvaient pas pour si peu. Si de surcroît ces « de souche » avaient le culot de se rebiffer, elles leur tombaient sur le paletot en prime. Ce ne sont pas les exemples qui manquent, on pourrait les retrouver facilement.

 

Alors quoi, elles ne sont plus sympas,  les « chances pour notre pays ? ». Vite, qu’on aille quérir Bernard Stasi, il saura mettre du baume sur le cœur des affligés.

Tenez, puisqu’on parle de lui, je ne résiste pas au plaisir de vous offrir ce petit extrait de son ouvrage immortel, L’immigration, une chance pour la France : « Par ailleurs, il ne faut pas négliger l’atout des jeunes d’origine maghrébine qui, parlant arabe, pourraient nous aider à conquérir certains marchés. Nos relations avec les pays arabes, qui sont certainement appelées à se développer, peuvent être facilitées par la présence sur notre territoire de jeunes dynamiques, connaissant l’arabe, pouvant nous aider à manifester notre présence commerciale dans les marchés arabes ».

 

Nous étions en 1985, c’était le bon temps où ces jeunes si dynamiques se faisaient la main sur les « de souche ». Ce n’était pas grave, il fallait bien qu’elles s’occupent, ces pauvres victimes d’une société raciste et égoïste.

 

On ne rit plus aujourd’hui ?

 

 

« Les malheurs de Moïse Chekroun, Juif de Narbonne »

 

 

« Depuis qu’il a ouvert une sandwicherie dans une cité sensible, ce commerçant est la cible d’agressions répétées. Il envisage de mettre la clé sous la porte. Moïse Chekroun en a assez… Comme s’il ne suffisait pas que son commerce de Narbonne ait été saccagé, c’est désormais son fils qui fait l’objet de « persécutions ». Voilà une semaine en effet, Yohan, 13 ans, était passé à tabac par une bande de voyous qui lui ont laissé les lèvres en sang. « Il est fier de dire qu’il est Juif, c’est pour ça qu’ils l’ont frappé », explique le père interrogé par Hamodia après ce nouvel incident. (HAMODIA)

Tout a commencé à la fin du mois de mars lorsque Moïse Chekroun, 59 ans, ouvre une sandwicherie dans le quartier de Razimbaud, à Narbonne (Aude). Avec ses 4 000 habitants, Razimbaud réunit à l’échelle locale tous les maux des cités françaises : chômage, immigration, drogue... « C’est bien simple, dans le centre commercial, à part le tabac, il n’y a plus un seul Français de souche : ça devient intenable », résume Moïse Chekroun. Lui, pourtant, a pris le risque d’y installer son commerce, persuadé que son passé d’entraîneur de foot du club du quartier lui vaudrait une sorte de « tolérance »….

Las ! Dans la nuit du 25 au 26 mars, trois jours après son inauguration, sa boutique est totalement saccagée. « Le réfrigérateur a été renversé. Sur le sol, toute sa viande et son fromage ont été mélangés au chocolat et à de l'eau de Javel. La nourriture a été piétinée… », avait alors rapporté l’Indépendant, le quotidien régional.

Vengeance d’un concurrent jaloux ? Peut-être… Mais les slogans inscrits sur les tables donnent un tout autre éclairage à cet acte de vandalisme : « A mort les Juifs, à mort la police ! », sans compter une série de croix gammées… Et le calvaire de Moïse Chekroun ne s’arrête pas là puisque dans les jours qui suivent, c’est la batterie de sa voiture qui est détériorée, puis ses pneus lacérés, avant qu’on ne tente de lui voler le véhicule. Le tout se soldant par l’agression de son fils…

Le commerçant a donc déposé plainte. Mais il a également mené sa propre enquête qui l’a poussé à tirer lui-même cette conclusion : « On s’en prend à moi parce que je suis Juif !, assure Moïse Chekroun. (…) Pour certains, il est insupportable qu’un Juif ouvre un commerce dans le quartier. Je pense notamment à un islamiste pur et dur qui prône sans arrêt la destruction d’Israël. Il est allé voir le propriétaire de ma boutique pour lui reprocher de louer à un Juif ».

Il est vrai que ce père de neuf enfants n’a jamais fait mystère de ses origines. Un temps ‘hazan de la synagogue de Narbonne, ville où il s’est installé voilà une dizaine d’années après des ennuis de santé et des revers de fortune, il a longtemps vécu en Israël où il a été tour à tour joueur de foot de haut niveau, champion de lutte gréco-romaine, soldat, puis chauffeur de bus pour Egged… Bref, il en a déjà vu d’autres ! Mais cette fois, on s’en est pris aux siens. « Moi j’ai fait deux guerres [celles des Six Jours et de Kippour - Ndlr], explique-t-il. Mais ma femme ne veut plus venir travailler à la boutique avec la peur au ventre ».

Quelques semaines après l’ouverture de sa sandwicherie, Moïse Chekroun envisage donc déjà de mettre la clé sous la porte. « Le problème, c’est que j’ai investi 30 000 euros en travaux et en matériel. Tant que je ne trouve pas un repreneur, je suis coincé ici ! Je ne peux ni avancer ni reculer ».

Après le saccage de sa boutique, Moïse Chekroun a reçu la visite du maire de Narbonne qui lui demandé de ne pas ébruiter l’affaire. Depuis, il attend l’aide promise, ainsi qu’un geste de soutien des habitants du quartier… sans rien voir venir dans un cas comme dans l’autre. C’est donc décidé : 35 ans après sa yérida (son départ d'Israël), Moïse Chekroun va retourner vivre en Israël. « Cette histoire, c’est peut-être le coup de pouce du destin dont j’avais besoin, explique-t-il à l’autre bout du téléphone. De toute façon, ici, ce n’est plus vivable. J’en ai marre ! ».

 

 

Source : http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-18195-109-1-malheurs-moise-chekroun-juif-narbonne.html

11/04/2010

« L'antisémitisme : un sentiment en hausse »

C’est du moins ce qu’affirme le Congrès juif européen. Carrément 100% d’augmentation, à l’en croire. Et le pire : « Les actes de violences de 2009 ont été perpétrés par des individus d'origine arabe ou musulmane. » Des individus d'origine arabe ou musulmane ? Ce ne serait pas légèrement raciste, ça, comme formulation? Je me trompe ? A votre avis, faut-il alerter la LICRA ? Elle a tout prévu : vous verrez plus bas le début de son formulaire de dénonciation (tout en demeurant anonyme, c’est plus prudent).

 

« A la veille des commémorations de Yom Hashoah, les experts en étude de l'antisémitisme ont présenté des données faisant état d'une hausse de 100 % des actes antisémites. L'accent est mis sur la délégitimation du peuple juif et de l'Etat hébreu en Europe.

Le Congrès juif européen ainsi que l'Institut Stephen Roth pour l'étude du racisme et de l'antisémitisme contemporains à l'Université de Tel-Aviv ont publié un rapport conjoint sur l'état de l'antisémitisme dans le monde.

 

"Je déclare la guerre aux criminels sionistes". Les campagnes de délégitimation de l'Etat hébreu sont de plus en plus importantes chez les opposants à Israël.

Selon cette enquête, 2009 était la pire année en termes de manifestations antisémites de ces vingt dernières années. Les plus mauvais élèves apparaissent être le Royaume-Uni, la France, suivis par le Canada.

 

Le Dr Moshé Kantor, président du Congrès juif européen explique : "Quand il s'agit des Juifs ou de l'Etat juif, les deux extrêmes fonctionnent tel un miroir dans leur expression de la haine et dans leur envie d'éliminer l'influence et la présence juives (...) De façon surprenante, certaines de ces organisations qui s'opposent sur d'autres sujets, s'unissent au contraire dans leur haine des Juifs et d'Israël."

 

Bien que l'extrême-droite demeure une force significative dans la perpétration d'actes antisémites, les actes de violences de 2009 ont été perpétrés par des individus d'origine arabe ou musulmane.

 

Une hausse qu'il faut, selon le Dr Moshé Cantor, entamer par le biais d'un changement dans les discours, une lutte des dirigeants au pouvoir, et l'éducation. »

 

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1270724842368&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

 

Signalez un contenu xénophobe

Formulaire de signalement de sites racistes, antisémites, négationnistes, xénophobes...
Vous pouvez nous signaler un contenu tout en demeurant anonyme, la communication de vos coordonnées est facultative.