Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2010

INCROYABLE, MAIS VRAI !

66.jpgCertains membres du Congrès des Etats-Unis, dont on connaît globalement le soutien inconditionnel à tout ce que dit et fait Israël, se permettent d’envoyer à José Barroso une lettre lui intimant le « conseil » d’endiguer l’antisémitisme sauvage qui sévit en Europe comme chacun sait et peut constater.

Le Congrès n’a-t-il vraiment pas d’autres chats à fouetter que de se mêler ainsi des affaires européennes et de faire la leçon aux dirigeants ? Jusqu’où ira la folie des mesures en tous genres destinées à « endiguer l’antisémitisme », c’est-à-dire à protéger Israël envers et contre tout ?

(La traduction est mauvaise, mais c’est le fond qui compte. D’ailleurs l’original suit).

« Etats-Unis – Les membres du Congrès encouragent le président de la Commission de l'Union Européenne à accroître leur vigilance

Un groupe prédominent de membres du Congrès américain, à la tête duquel se tiennent les membres du Congrès Joe Crowley, démocrate de New York et Alcee L. Hastings, démocrate de la Floride, Chris Smith, républicain de New Jersey et Frank Wolf, républicain de la Virginie, ont demandé au Président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, d'accroître les efforts enfin d'empêcher l'antisémitisme en Europe. La lettre était signée par vingt trois membres du Congrès, et a été envoyée en réaction de l'importante augmentation des incidents antisémites qui se sont déroulés en Europe en 2009.

 

Le mois dernier, le CFCA (le Forum pour la Coordination du Combat Contre l'Antisémitisme), a reporté des données mettant l'accent sur la hausse du nombre d'incidents antisémites qui se sont déroulés pendant l'opération "Plomb Durci" à Gaza. Le CFCA a précisé que le nombre d'incidents antisémites qui se sont déroulés en 2009 est le plus élevé depuis la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Inquiétés par la recrudescence de l'antisémitisme en 2009, les membres du Congrès ont écrit dans la lettre qu'ils ont envoyée: "Nous comprenons que des pays européens ont pris des mesures afin de combattre… les vagues d'antisémitisme, mais les conclusions du CFCA mettent l'accent sur le besoin de multiplier ces efforts. Nous désirons travailler avec vous, le plus possible, afin d'accroître nos efforts, par la coopération de nos efforts communs."

 

 

De plus, les membres du Congrès ont écrit: "Nous vous demandons instamment de condamner publiquement la hausse du nombre d'incidents antisémites, qui, s'il restent sans réaction, risquent de s'aggraver encore d'avantage en nombre et en intensité. De plus, nous demandons à la Commission Européenne, ainsi qu'aux états membres de l'Union Européenne, d'élargir les efforts afin d'éviter des attaques antisémites."

 

 

Source: http://crowley.house.gov/

 

ORIGINAL DE LA LETTRE

Excellency José Manuel Barroso
President, European Commission
Brussels, Belgium

Dear President José Manuel Barroso:

We wanted to bring to your attention recent data compiled by the Jewish Agency, which found that there were more documented incidents of antisemitism in Europe in 2009 than at any time since World War II. In fact, a greater number of incidents occurred during the first three months of 2009 than in all of 2008, including the burning of synagogues and the defacing of cemeteries and Holocaust memorials. These alarming statistics cannot be ignored and require the immediate attention of the European Commission.

The U.S. House of Representatives has been deeply involved in combating antisemitism throughout the world, passing a resolution as early as 2002 which states that “although the continued violence in the Middle East is disturbing and must be resolved, exploiting that violence to fuel hostility or violence against Jews and Jewish institutions is reprehensible.” We realize that many European countries have taken similar steps to combat tides of anti-Semitism, but the Jewish Agency’s findings underscore the need to redouble these efforts. We would like to work with you, wherever possible, to increase our efforts, by sharing best-practices and collaborating on our efforts.

As you know, EU states were present at the OSCE Berlin Conference on Antisemitism in 2004 and adopted the following April 2004 Permanent Council Decision No. 607 on Combating Antisemitism, which condemned without reservation all manifestations of antisemitism and that international or political developments in Israel or elsewhere in the Middle East never justify antisemitism. Indeed, modern-day Europe was formed on the basis of religious freedom and equal rights for all. When these rights are trampled upon, governments must step in and act in order to protect their citizens. For this reason, we urge you to publicly condemn the increased acts of antisemitism, which, if left unchecked, could further escalate in number and intensity. Additionally, we urge the European Commission, as well as the member states of the European Union, to expand efforts to prevent antisemitic attacks.

Ultimately, any attack on any minority group represents an attack on all who believe in human rights, and efforts to defend victims of such attacks are efforts to defend us all. We know you agree with this sentiment and we look forward to working with you to address this issue.

Sincerely,

Joseph Crowley
Alcee L. Hastings
Christopher H. Smith
Anthony D. Weiner
Michael E. McMahon
Dan Burton
Jared Polis
Al Green
Ron Klein
Heath Shuler
Mike Quigley
Maurice Hinchey
Doug Lamborn
Donald A. Manzullo
Jerrold Nadler
Frank R. Wolf
Laura Richardson
Shelley Berkley
Elijah E. Cummings
Keith Ellison
Mary Jo Kilroy
Gus R. Bilirakis
Debbie Wasserman Schultz

 

Source: http://antisemitism.org.il/fra/struggle/46432/Etats-Unis%E2%80%93LesmembresduCongr%C3%A8sencouragentlepr%C3%A9sidentdelaCommissiondel%5C%27UnionEurop%C3%A9enne%C3%A0accroitreleurvigilance

12/12/2009

MONSIEUR LE PRESIDENT, JE VOUS FAIS UNE LETTRE …

200px-Francois_Leotard.jpgDécidément, tout est bon pour servir LA CAUSE. LA CAUSE SACREE : sus à l’Iran, le nouveau monstre planétaire, qui menace toute l’humanité ! Alors on racle même les fonds de tiroir et on ressort de la naphtaline tous les ex-grands hommes qui firent tant d’honneur à la République.

 

Avant que de sombres affaires - et même quelques peines de prison, avec sursis – ne les contraignent à ravaler quelques-unes de leurs folles ambitions. On les retrouve en général aujourd’hui dans des fonctions plus conformes à leurs capacités réelles. Ainsi en est-il du président de l’Association pour le rayonnement du Château de Vincennes, j’ai nommé le flamboyant François Léotard. Vous vous souvenez de lui, j’espère ? Si droit dans ses bottes lorsqu’il s’agissait de pourfendre l’autre monstre, le Front national – un peu démonétisé aujourd’hui, celui-là -  mais légèrement moins lors de certaines affaires malencontreuses qui le conduisirent à prendre un peu de recul. Depuis, il fait dans la critique acerbe aux présidents qui n’ont pas l’heur de lui plaire. Sarkozy a eu son tour, là il sort le grand jeu pour Ahmadinejad, qui en a sûrement été extrêmement affecté.

 

« Lettre ouverte au président Ahmadinejad

 

Monsieur le Président,

 

Franchement, en commençant cette lettre, je n'avais pas envie de vous appeler de cette manière. Ce titre implique en effet un minimum de respect. Je le fais néanmoins parce que c'est vous qui vous exprimez au nom des Iraniens. Sur les photos, je vous vois devant des foules, des visages, des mains levées. Sans doute peut-on y deviner une forme d'enthousiasme, en tout cas d'adhésion.

 

Nous avons, en Europe, connu ces foules. C'était un mauvais moment pour nous. Une période tragique dont nous continuons à porter la honte et l'angoisse. L'un des peuples les plus cultivés du monde, un peuple qui avait élevé à un haut degré la philosophie, la musique, la poésie, la science, un peuple qui avait étonné ses voisins par son rayonnement, avait sombré dans la haine, la folie raciale, l'ignominie. Des dizaines de millions d'individus ont subi, dans leur chair, leur culture, leur dignité, cette étrange barbarie qui se voulait un ordre nouveau. Ce furent d'abord les propres ressortissants de cet État, des Allemands, puis peu à peu les autres, tous les autres... On appela cette folie une guerre mondiale.

 

Mais ce fut surtout une guerre contre ce qu'il y avait d'humain en nous. Les livres furent brûlés, les enfants déportés et assassinés, les intelligences brisées. Tout ce qui faisait l'honneur de l'homme fut piétiné. Et puis...

 

Et puis, j'en viens à vous : une partie de l'espèce humaine, le peuple juif, fut destiné à l'enfer. Ce n'était ni les plus nombreux ni les plus riches, ni même les plus influents. C'étaient des hommes et des femmes qui avaient porté très longtemps et très loin leur foi, leurs questions sur le monde, sur Dieu, sur la nécessité de vivre ou de souffrir, sur le bonheur d'aimer. Généralement ils fréquentaient les livres. Ils réfléchissaient beaucoup. Ils ne comprenaient pas bien pourquoi on ne les aimait pas, pourquoi on les appelait des « sous-hommes », des Untermensch, pourquoi on les considérait comme des insectes... Ils furent pourchassés dans toute l'Europe, pendus, fusillés, brûlés...

 

Vous savez parfaitement tout cela. Mais je l'évoque devant vous pour trois raisons au moins :

 

—                la première, c'est que nous (je dis « nous », c'est une façon de parler) n'accepterons pas que ça recommence. Je ne suis pas juif mais les Juifs sont, comme les Perses, mes frères en humanité.

—                 

—                La seconde, c'est qu'ils ont le droit, comme vous, comme moi, d'avoir une patrie. Que ce soit la France ou Israël ne change rien à l'affaire.

—                 

—                La troisième raison ne vous plaira pas. Mais tant pis : ce qu'ils apportent au monde (et probablement c'est cela que vous voulez « rayer de la carte »), c'est une conception de l'homme et de son destin, qui a enrichi plusieurs siècles de civilisation, et qui fait honneur au peuple juif comme à l'État d'Israël.

—                 

Monsieur le Président, vous avez le droit d'être nationaliste. Vous avez le droit d'être fier de l'histoire du peuple perse. Vous avez le droit d'être croyant et de prier le Dieu « clément et miséricordieux », comme il est dit au début de chaque sourate du Coran. Vous pensez avoir le droit de voiler les femmes, de torturer les opposants, d'emprisonner les journalistes qui vous contredisent, de condamner à mort des enfants mineurs, de persécuter vos minorités. Mais vous n'avez pas le droit de porter sur Israël le regard trouble, imbécile et haineux qui accompagne vos discours. Car il me semble que vous haïssez dans cet État la libre parole, la diversité des partis, le rôle de l'opposition, l'indépendance de la justice, la recherche universitaire et sans doute aussi... le courage. C'est-à-dire tout ce que nous sommes en droit d'admirer.

 

Les hommes qui ont organisé la réunion de Wannsee où fut décidé l'anéantissement des Juifs d'Europe sont tous morts aujourd'hui. Naturellement, comme chacun d'entre nous, vous suivrez ce destin.

 

Je souhaite seulement que pour vous-même, pour le peuple perse, pour les jeunes enfants d'Iran ou d'Israël qui vous survivront, il ne vienne à personne l'envie d'aller cracher sur votre tombe.

 

François Léotard (article publié dans Tribune Juive, décembre 2009 - écrit le 11 juillet 2006)

 

Dieu, que c’est beau ! Tout, absolument tout, y est. Comme les choses deviennent simples, avec les grands hommes : les méchants très méchants d’un côté, les gentils tout gentils de l’autre. Pour l’éternité. Jamais de doute, jamais de questionnement, jamais de nuance. C’est d’un reposant ! François, reviens-nous vite, tu nous manques trop !!!

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17814&artyd=114