05/04/2013

« DISSIDENTS », VRAIMENT ?

 

11.jpg

Le livre La France Orange mécanique fait un carton, paraît-il. Tant mieux pour son auteur et son éditeur. Il s’agirait de « l’enquête la plus aboutie sur un sujet tabou : l’ensauvagement d’une nation ». Comme si jamais rien de pertinent n’avait été écrit ces dernières années sur la violence et la délinquance qui règnent effectivement dans ce pays. Très curieux, cette soudaine révélation.

Avant d’aller y voir un peu plus près, rafraîchissons-nous la mémoire avec quelques titres ayant paru sur ce même sujet:

- La guerre des rues – la violence et « les jeunes », de Christian Jelen (1999)

- La France africaine – islam, intégration, insécurité : infos et intox, de Jean-Paul Gourévitch (2000)

- Violences urbaines – des vérités qui dérangent, de Lucienne Bui Trong (2000)

- Violences et insécurité urbaines, d’Alain Bauer et Xavier Raufer (2000)

- Tolérance zéro – en finir avec la criminalité et les violences urbaines, de Georges Fenech (2001)

Et bien d’autres, également excellents, sortis depuis.

Il convient donc de se demander pourquoi tout à coup le microcosme médiatique se met à parler en long, en large et en travers de ce « sujet tabou ». Pourquoi justement ce livre-là est promotionné à tour de bras. Pourquoi on lui fait de la pub, même, et surtout, en l’éreintant.

Alors, au risque de paraître obsessionnelle, j’ai quand même relevé quelques points troublants.

Voyons d’abord l’auteur: « Laurent Obertone » qui se cache courageusement sous un pseudonyme, car il « aurait reçu des menaces… » est un journaliste de 28 ans. Il collabore depuis 2010 à la revue Ring, qui a elle-même élargi l’an dernier ses activités aux éditions du même nom. Les éditions qui ont précisément publié Orange mécanique.

Là, ça devient tout de suite plus intéressant. Car il convient maintenant de se pencher sur la revue Ring. Son fondateur/directeur/propriétaire est David Kersan. Sur le site du magazine, le rédacteur en chef est présenté en tant que David Serra. Deux David, donc ? Non, un seul car en fait, il s’agit de la même personne, David Serra dit Kersan. Pourquoi ? Comment ? Ca le regarde, mais c’est curieux quand même. Lui aussi a un pseudonyme ?

La revue Ring présente fièrement tout un florilège de chroniqueurs et là, on commence à y voir carrément plus clair : Alexandre del Valle, Ivan Rioufol, Elisabeth Roudinesco, Pierre-André Taguieff, Guy Millière, David Abiker, etc, etc. Y figurent aussi le magistrat Philippe Bilger et le criminologue Xavier Raufer, qui a préfacé le livre. Le jeunot n’a pas eu à aller trop loin pour trouver ses infos.

Nous sommes donc très clairement dans un contexte de droite et même d’ultradroite sioniste. Il serait d’ailleurs intéressant d’en savoir un peu plus long sur le financement de toutes ces activités… On ne s’étonnera donc pas que Zemmour, qui navigue dans les mêmes eaux, ait encensé le bouquin. Et que son auteur ait été invité partout. Normal aussi que Marine Le Pen ait assuré sa promotion, elle qui cherche éperdument à se concilier les bonnes grâces de ce milieu particulièrement actif et militant dans notre beau pays.

On ne s’étonnera pas davantage que Mediapart l’ait en revanche vertement critiqué car nous retrouvons là un clivage essentiel à qui veut comprendre quelque chose aux courants souterrains qui font encore la pluie et le beau temps en France. Souterrains, car les braves gens qui achètent le bouquin n’y voient naturellement que du feu.

Depuis que certains juifs se sont mis à dérouiller dans les banlieues - globalement depuis le début des années 2000 - un virage très net s’est en effet opéré dans la communauté : avant, on n’avait pas le droit, mais à partir de là, on pouvait taper sur les immigrés puisqu’ils étaient accusés d’antisémitisme. Et donc toute une frange « droitière » - mais sioniste, hein, attention ! – a commencé à s’opposer à la frange qui restait indécrottablement « de gauche » - quoique sioniste aussi, en général. Voilà pourquoi les Zemmour et Cie font un tabac. Ils sont chargés de taper sur les boucs-émissaires en se gardant bien d’expliquer pourquoi et comment ils sont arrivés là.

Vous croyez que mon explication est tirée par les cheveux ? Demandez-moi alors quel avocat « Laurent Obertone » a choisi pour le défendre contre Mediapart ? Gilles-William Goldnadel, l’un des pontes du CRIF. Un pur hasard, sans doute…

Non, vous voyez, de « droite » ou de « gauche », on a vraiment l’impression que ce sont toujours les mêmes qui tirent les ficelles et qui occupent tout l’espace médiatique. En promotionnant qui délivre le message requis au bon moment. Et naturellement, en observant toujours l’omertà totale à l’encontre des autres. Ce qui n’est pas grave en soi. Mais au moins, il faut en avoir conscience pour ne pas mourir idiot.

 

15/12/2012

12 PINGOUINS … ET MOI… ET MOI… ET MOI …

« J’ai un ami trisomique. Il est plus intelligent que moi. Michel Garroté »*

 

Voilà un constat lucide que je n’ai aucun mal à croire. Oui, l’amer Michel a encore frappé et son ire se concentre cette fois sur les « trisomiques » de l’extrême-droite, dont je suis. Des trisomiques dont le crime inexpiable est de critiquer Israël et les institutions qui le soutiennent à mort.

J’apprécie à sa juste valeur cette petite décoration à laquelle je ne pouvais décemment pas manquer de réagir un peu.

Donc, si vous voulez vous marrer (et apprendre l’existence de sites que vous ignoriez peut-être) allez lire sa dernière éjaculation:

(http://www.dreuz.info/2012/12/ripoublik-les-trisomiques-de-lextreme-droite/).

Et surtout, surtout, ne ratez pas les commentaires qui suivent et en disent plus long que bien des discours sur les trisom, pardon, sur les intellos, qui le lisent. A mourir de rire.

Je suis sûre que vous apprécierez au passage la délicatesse avec laquelle il traite le FN. Nettement moins trisomique que les autres. Dame, Fifille s’est donné assez de mal pour ça.

 

Bon, pour les derniers pingouins qui seraient arrivés sur ce site sans connaître les antécédents de cette passionnante saga - dont ceci n’est que le dernier épisode en date - voici de la lecture intelligente pour le week-end. Installez-vous bien et en avant :

 

http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2009/08/07/israel-n-est-pour-rien-dans-tout-ca.html (07/08/09)

 

http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2010/05/01/pauvre-michel-garrote.html (01/05/10)

 

http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2010/05/04/de-l-insulte.html (04/05/10)

 

http://france-licratisee.hautetfort.com/tag/trou+du+cul (19/09/10)

http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2011/02/2...  (27/02/11)

 

Et je parie que j’en ai oublié. Le pauvre. Il s’en donne du mal, pour douze pingouins !

 

 

* Cette déclaration d'anthologie figure précisément dans les commentaires suivant son article. S'étant fait allumer par quelques défenseurs de trisomiques, il a cru devoir se justifier en ces termes.

23/05/2012

LES PRIORITES DE LA SNCF

"Jérusalem : la SNCF signe une convention avec Yad Vashem sur l'étude des conditions de déportation des Juifs de France pendant la Shoah"

 

 

"La SNCF avait annoncé en février avoir déposé des copies de l'intégrale de ses archives sur la Shoah au Mémorial de la Shoah à Paris, à Yad Vashem, et à l'Holocaust Museum à Washington. La SNCF a donc signé mercredi à Jérusalem avec le mémorial Yad Vashem une convention pour favoriser l'étude des conditions de déportation de 76.000 Juifs de France durant la Shoah.

 

"Le soutien de la SNCF contribuera à la partie française du projet de recherche intitulé Convois vers l'extermination: Base de données sur la déportation des Juifs pendant la Shoah", a indiqué Yad Vashem dans un communiqué. "Nous saluons cette contribution de la SNCF à cette recherche", a déclaré Avner Shalev, président de Yad Vashem, cité dans le communiqué. "La SNCF est fière d'apporter son soutien au grand projet de Yad Vashem pour la partie qui concerne la France", a déclaré Bernard Emsellem, vice-président de la compagnie, selon la même source."

 

 

Source: http://www.juif.org/antisemitisme-juif/172732,jerusalem-la-sncf-signe-une-convention-avec-yad-vashem-sur-l-etude.php

16/05/2012

ON RESPIRE DU CÔTE DES RESPONSABLES COMMUNAUTAIRES !

Oui, car enfin, ils faisaient mine de nourrir quelques craintes à propos d’un  changement de régime qui n’était pas leur premier choix. C’est vrai, ils auraient préféré Sarkozy. Mais, finalement, quelle importance au fond ? Le terrain est balisé de tous les côtés. Donc, ces fausses craintes n’ont pas duré longtemps. Juste le temps de placer un ou deux couplets de bienvenue, histoire d’adresser quelques messages subliminaux en haut lieu. Messages reçus cinq sur cinq.

 

Tout d’abord, le président tout nouveau tout beau s’est dépêché de glisser, lors de son investiture, une phrase bien sentie sur son horreur « du racisme et de l’antisémitisme ». Qui constituent, comme chacun le sait, les problèmes n°1 que connaît le pays en ce moment. Donc, soyons rassurés, il connaît ses priorités et il va s’y attaquer bille en tête.

 

Voilà pour l’acte 1. L’acte 2 a été la nomination de Jean-Marc Ayrault au poste de premier ministre (où, au passage, on lui souhaite bien du plaisir). Là, c’est carrément devenu l’extase. Car M. Ayrault fait partie du comité d’honneur du Cercle Léon Blum. Alors, hein, plus d’inquiétude à avoir !

 

Ce Cercle a été constitué en 2003 « par le rassemblement de centaines de militants provenant de formations politiques de la gauche parlementaire mais également de nombreux acteurs de la vie associative, syndicale et de sympathisants qui, tout au long de leur vie de citoyens, se sont reconnus dans les valeurs fondamentales de la Gauche Républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité et Tolérance.

 

Nous nous sommes regroupés parce que nous avons décidé de combattre politiquement et démocratiquement la résurgence d'un nouvel antisémitisme qui provient, depuis quelques années, d'une partie de la gauche française en contradiction fondamentale avec les principes de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

 

Nous avons décidé de poursuivre le combat mené depuis de longues années contre le racisme et l'antisémitisme d'extrême droite et de l'étendre à ceux qui, malgré leurs proclamations progressistes, réalisent des amalgames pervers pour faire du juif le nouveau bouc émissaire de ce début de siècle. »

 

Vous lirez la composition complète de ce comité d’honneur et vous verrez qu’il n’y a rien que du beau monde. De gauche, évidemment. Pensez, il y a même Anne Sinclair et DSK ! Toute la gauche morale y trône en majesté, c’est émouvant.

Et donc, le nouveau premier ministre, qui a apparemment compris de quel côté les tartines se beurraient, y est aussi.

 

Cette bonne  nouvelle a été annoncée avec enthousiasme sur un site ultra-sioniste en ces termes :

« Ensuite, ce que tout le monde attend, c’est  l’annonce officielle du nom du Premier ministre :

Jean-Marc Ayrault est désigné. Il est député-maire de Nantes et président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale depuis 1997.

Pour rappel, le nouveau premier ministre fait partie du Cercle Léon Blum qui défend Israël face à la désinformation.  Un comité qui veut enfin clôturer toutes les critiques contre la politique d’Israël en rappelant que l’antisionisme est aussi de l’antisémitisme.

Ayrault est donc parrain de ce groupement fortement pro-israélien et très occupé à convaincre les socialos que les pro-palestiniens ne sont en fait que de dangereux et insupportables antisémites qui transportent le conflit entre Israel et Gaza en Europe..

Bienvenue à vous Mr Jean Marc Ayrault! »

Espérons pour eux que ce « parrain » ne sera pas trop éphémère …

 

 http://alyaexpress-news.com/

 

Comité d’honneur du Cercle Léon Blum:

 

 http://www.cercle-leon-blum.org/comit.htm

 

 

Petit complément d'information fort intéressant:

 

http://www.lalettrealulu.com/Sion-en-parlait-Ayrault-en-territoire-occupe_a1328.html

09/05/2012

PEUR DES MUSULMANS OU DES IMPÔTS ?

« Salon de l’Alya: Affluence de France

Le salon de l’Alyah, organisé et géré par l’Agence Juive, a eu lieu dimanche 06 Mai le jour des élections françaises à l’issue desquelles les Français ont élu François Hollande comme nouveau président remplaçant   Nicolas Sarkozy, considéré comme le choix privilégié de la communauté juive de France.

«Je ne me souviens pas avoir vu un tel nombre de personnes qui s’intéressent à l’Alya depuis les jours où des files de gens se pressaient devant  l’ambassade israélienne à Moscou », a déclaré le président de l’Agence Juive Nathan Sharansky, qui a assisté à la foire.

La foire annuelle attire habituellement environ 2.000 visiteurs, selon l’Agence juive.

La communauté juive française est la plus grande en Europe, avec quelques 500.000 membres, selon l’Agence juive. »

 

(http://www.leptithebdo.net/2012/05/09/salon-de-lalya-affluence-de-france/)

 

Ca, c’est l’info basique. A partir de là, j’ai lu évidemment l’une ou l’autre interprétation, du style « bon voyage » ou son contraire : « c’est terrifiant, tout ça à cause de l’antisémitisme qui règne en France ».

J’observe en premier lieu que tenir ce salon de l’alya pile le jour du second tour était naturellement délibéré, le but étant précisément de placer un nouveau couplet sur l’antisémitisme ambiant et futur. Car, sous Hollande, certains responsables communautaires font mine de craindre le pire. Pourtant on a vu Hollande reçu en grande pompe au dîner du CRIF et il n’avait pas l’air d’avoir les canines trop affûtées.

D’ailleurs, comme il sait où est son devoir, dès avant son élection, il avait assuré se rendre bientôt en Israël…

Comme j’ai déjà consacré plusieurs articles à cette question de l’alya, je ne vais pas recommencer*. Sinon pour repréciser que les candidats au départ peuvent conserver la nationalité française en endossant l’israélienne – ça peut toujours servir.

Donc, en réalité, ce que je crois, moi, c’est que ce sont moins les musulmans qui effraient, que les mesures fiscales promises par Hollande.

Or il existe en Israël une politique fiscale extrêmement favorable pour les nouveaux arrivés (voir lien ci-après). Nul doute – et c’est bien compréhensible – que ces considérations bassement matérielles  ne jouent un rôle décisif dans la décision de certains de transporter leurs pénates de l’autre côté de la Méditerranée. Bien plus que cet "antisémitisme" perpétuellement dénoncé.

D’ailleurs en août 2010, le baron Edouard de Rotschild, principal actionnaire de Libé, a fait également son alya, en compagnie de sa fortune de 300 millions d’euros. Il avait donc tellement peur des musulmans, lui aussi ?

Heureux en tout cas ceux qui disposent de ce pays d’accueil en forme de (presque) paradis fiscal.

http://209.85.229.132/search?q=cache:rdN5LVvQKN8J:www.terredisrael.com/Fiscalite1.php+alya+double+nationalit%C3%A9&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

*http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2010/04/08/ou-est-l-avenir-de-la-communaute-juive-francaise.html

 

http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2007/07/2...

02/04/2012

FAUDRAIT SAVOIR ….

 

Oui, jour après jour, je lis que les Français sont d’affreux antisémites, que le pouvoir est à la botte des arabes, que les médias n’en pincent que pour les Palestiniens. Bref, qu’Israël est le grand mal aimé de la République, on se demande pourquoi.

 

 

amiis1.jpg

 

Or, se tiendra demain un congrès pour « redire l'amitié entre la France et Israël, deux démocraties aux mêmes valeurs, et replacer la politique internationale de la France au cœur du débat de la présidentielle. Avec, d'ores et déjà, le soutien de nombreux parlementaires qui ont signé le Pacte d'Amitié avec Israël ».

 

Les gentils organisateurs de ce raout en faveur d’Israël veulent remédier à une triste constatation : le pays hébreu n’occupe pas dans la campagne présidentielle la place qu’il mérite de droit. Et ils ont raison : tout ce qui ne tourne pas autour d’Israël, tout ce qui ne se ramène pas à Israël, ne mérite même pas qu’on s’y arrête. Seul compte Israël, partout et en tous lieux. Nous verrons tout à l’heure qui sont ces GO, mais en attendant, écoutons-les clamer :

« Après le massacre de Toulouse, mobilisons-nous contre la haine des juifs, d'Israël et de la République.

Tous au meeting des amis d'Israël

Messieurs Sarkozy, Hollande, Bayrou, les responsables politiques, intellectuels, artistes, personnalités de la société civile seront invités à signer le Pacte des Amis d’Israël.

Au cœur de la présidentielle, pour Israël, je m'engage !

Plus d'infos sur www.lesamisdisrael.net

Signez et faites signer en ligne la Charte des amis d'Israël

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL

Au-delà de mes engagements politiques, de mes convictions spirituelles ou religieuses, au nom de la France et de son Histoire, de l’idéal républicain et des valeurs démocratiques :

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL

Parce qu’en tant que français(e), je suis attaché(e) aux valeurs fondamentales de Liberté, de Justice, d’Egalité de Paix et de Dignité. Parce que je défends les Droits de l’Homme en général, celui des femmes lorsqu’il est bafoué et celui des minorités lorsqu’elles sont opprimées. Parce que j’estime que la défense de ces principes essentiels est un vecteur d’émancipation individuelle et collective.

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL

Parce que l’Etat d’Israël, comme la France, porte la promesse d’une égalité des droits sociaux et politiques entre tous ses citoyens, sans distinction aucune. Parce que l’Etat d’Israël, comme la France, garantit le pluralisme des opinions, la pleine liberté de conscience et de culte. Parce que l’Etat d’Israël défend la sauvegarde et l'inviolabilité des lieux saints et des sanctuaires de toutes les religions.

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL

Parce qu’Israël figure parmi les premières nations au monde à manifester sa solidarité lors de la survenue de catastrophes humanitaires, quelque soit le lieu et en toutes circonstances. Parce que la mise en œuvre de ce principe de solidarité élémentaire favorise la coopération de peuple à peuple, de société à société et la défense, au-delà des frontières, de l’égale dignité de chaque homme.

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL

Parce qu’il est de l’intérêt de la France d’entretenir une relation de confiance avec une nation de progrès dont le niveau d’éducation et les performances économiques sont parmi les plus élevés au monde. Parce qu’il est de l’intérêt de la France de développer des partenariats avec un pays doté d’une grande capacité d’innovation et de centres de recherche d’excellence dans tous les domaines : scientifiques, technologiques, environnementaux, littéraires, culturels ou artistiques.

JE SUIS UN AMI D’ISRAËL

Parce que je suis convaincu(e) que développer une relation stratégique durable et devenir un partenaire actif de ce pays représente un défi et un atout pour les générations futures. Parce que, par-delà les contingences historiques et politiques, les liens qui unissent la France et Israël sont profonds et indissolubles. »

 

Alors, c’est qui, ces gentils organisateurs ? De sacrés amis d’Israël, en tout cas :

 

« Au nom de l'idéal républicain, pour la Démocratie, la Justice, la Liberté et la Paix...je suis un ami d'Israël ». Tel est le credo des « Amis d'Israël », mouvement initié par deux parlementaires, Claude Goasguen, ancien ministre, élu UMP et Jean- Pierre Plancade, sénateur appartenant au RDSE – Rassemblement démocratique et social européen.

 

Respectivement président du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale et au Sénat, ils ont initié ce 1er Congrès avec la participation du CRIF, de la Fondation France-Israël et de l'Association France-Israël et ont déjà obtenu la signature de près de 70 élus pour le Pacte politique d'Amitié avec Israël. D'autres signatures sont attendues. L'Association France-Israël appelle également à participer au Congrès auquel JCall ne participera pas. »

 

Bien sûr, vous aurez compris que la date a été soigneusement choisie pour peser autant que possible sur les futurs engagements en matière de  politique étrangère. Car le « pacte d’amitié en 5 points » présenté aux candidats ressemble furieusement à autant de diktats qu’ils n’auront pas  intérêt à négliger :

« Légitimité d'Israël sur tous les plans, sécurité d'Israël, avec un sens, paix et ses conditions, engagement contre toutes formes de boycott, désengagement et sanctions à l'encontre d'Israël et enfin renforcement des relations entre deux pays modernes, aux valeurs communes. », voilà le programme. 

 

Sont invités au raout les candidats à la présidentielle sauf les Verts, l'extrême gauche de Jean-Luc Mélanchon et … le Front National.

 

Eh oui, même le FN newlook n’est pas persona grata. C’était bien la peine de faire tant de courbettes et de génuflexions !

 

 

 

Source : http://www.crif.org/fr/agenda/premier-congr%C3%A8s-des-amis-d%E2%80%99isra%C3%ABl-en-france/30518

 

http://www.crif.org/fr/tribune/1er-congr%C3%A8s-des-amis-disra%C3%ABl-en-france-un-engagement-fort-%C3%A0-la-veille-de-la-pr%C3%A9sidentielle/30635

29/03/2012

PEUPLE ELU/PEUPLE ELECTEUR : NE BOXENT PAS DANS LA MEME CATEGORIE

Dans l’esprit de pas mal de gens, on dirait que la hiérarchie est toujours la suivante, dans l’ordre : Dieu (oui, quand même …), ensuite le peuple élu (les juifs) et pour finir, les damnés de la terre (tous les autres, quoi).

 

Remarquez, ça doit être très réconfortant de pouvoir y croire. Mais juste un peu fatigant pour les autres…. Le MJLF, dont il est question plus bas,  c’est le Mouvement juif libéral de France. Il y a des rabbines qui y officient.

 

 

aumjlf.jpg

 

 

« CETTE SEMAINE AU MJLF : "Peuple élu, peuple électeur ?"

Echanges, entre le rabbin Delphine Horvilleur et Jacques Attali     -Beaugrenelle,  Jeudi 29 mars 2012 de 19h à 21h 

Dieu a élu le peuple juif, le peuple français élit son président…

 

 

 

« Car tu es un peuple saint pour le Seigneur ton Dieu et c’est toi que le Seigneur a choisi pour lui être peuple d’élection d’entre toutes les nations qui sont sur la surface de la terre (Deutéronome 14, 2).

  

En pleine campagne électorale, à moins d’un mois du premier tour des élections présidentielles en France que recouvre la notion de peuple élu ? Et celle de peuple électeur ? Mettre en miroir ces deux situations pour éclairer les enjeux et les significations de l’élection ; c’est autour de cette thématique que s’engagera un dialogue entre Jacques Attali, parfait connaisseur du monde politique et des textes bibliques, et le rabbin Delphine Horvilleur.

 

Avec participation aux frais

 

 

 

     Cet événement est ouvert au public sur inscription."

 

Source: http://www.crif.org/fr/agenda/le-rabbin-delphine-horville... 

 

 

J'espère que quelqu'un aura l'idée de demander à Attali ce qu'il pense des récents événements de Toulouse. Lui qui ne rate jamais une occasion de la ramener, il est resté bien silencieux sur la question. Pourtant, lui aussi, il a une bonne dose de responsabilité dans l'affaire (voir archives du blog, colonne "L'énarchie dans toute sa nuisance")

22/03/2012

LA PAUVRE BARONNE ASHTON N’A ENCORE RIEN COMPRIS …

Dans notre série des « alternatifsimagesCAAFVZ7T.jpg », Gilad Atzmon occupe une place de choix. Quoique né en Israël, il est vomi par les juifs « professionnels » et autres ultra-sionistes et ce ne sont certes pas ses propos répétés sur le judaïsme « idéologie qui mène le monde à la catastrophe », qui risquent beaucoup d’améliorer son image de marque.

 

 

Vous trouverez sans peine tout ce que vous voudrez savoir sur lui. Aujourd’hui, je me contente de reproduire ci-après sa dernière réaction. Qui vous fera comprendre sans difficulté pourquoi M. Atzmon est persona non grata au CRIF et autres officines non moins professionnelles.

 


« La Baronne Ashton et la sensibilité juive

par Gilad Atzmon
on gilad.co.uk, 21 mars 2012
http://www.gilad.co.uk/writings/baroness-ashton-and-jewish-sensitivities.html
traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier
 
 

La Haute représentante de l’Union européenne chargée des Affaires étrangères et de la Sécurité a été critique hier pour avoir comparé l’assassinat de trois enfants et d’un rabbin lors d’un attentat perpétré par un tireur isolé, en France, à la situation régnant dans la bande de Gaza.
 
Lors de la conférence intitulée « Les réfugiés palestiniens dans un Moyen-Orient en pleine évolution », à Bruxelles, Mme Ashton a qualifié les assassinats de Toulouse de « terrible tragédie », mais elle a ajouté : « Lorsque nous constatons ce qui se passe actuellement à Gaza et dans différentes parties du monde, nous ne pouvons que nous souvenir de ces jeunes gens et des enfants qui perdent la vie ».
 
Apparemment, certains dirigeants juifs et certains dirigeants israéliens en vue étaient totalement en désaccord avec cette affirmation. Pour eux, la souffrance juive dépasse toute autre souffrance, et en particulier celle des Palestiniens. Le  Jewish Chronicle <http://www.thejc.com/news/world-news/65383/eus-baroness-ashton-under-fire-toulouse-murder-comments>  a cité les propos outragés de plusieurs des contempteurs de Mme Ashton.
 
« Même lus dans leur contexte, les mots utilisés par Ashton sont inadmissibles », a ainsi déclaré Oliver Worth (un Britannique), président de l’Union Mondiale des Etudiants Juifs. Il a ajouté que les propos de Mme Ashton étaient « véritablement outranciers et dégoûtants » et il en a appelé à sa démission au motif qu’elle aurait « perdu toute crédibilité ». Pourtant, M. Worth se dispense de nous expliquer pour quelle raison au juste il serait « outrancier et dégoûtant » de mettre la souffrance juive et la souffrance des Palestiniens sur un pied d’égalité.
 
« Les commentaires de la Baronne Ashton sont à la fois grossiers et entièrement inappropriés », a dit le président du Board of Deputies (l’équivalent du CRIF en Grande-Bretagne, ndt), qui se garde bien lui aussi de nous en apporter le début d’une démonstration.
 
« Il n’y a strictement aucune équivalence entre la situation à Gaza et l’assassinat brutal et de sang-froid du rabbin Jonathan Sandler et de ces trois enfants », a dit quant à lui Stefan Kerner, chargé de relations publiques de la Fédération sioniste britannique. Je me demande bien pourquoi il n’y a pas d’ « équivalence », est-ce parce que les juifs (à la différence de Gaza, ndt) ne se sont pas encore retirés de Toulouse ? Ou bien alors, peut-être M. Kerner attend-il, de fait, que les Français se retirent de Toulouse et laissent cette ville à la disposition du rabbin Sandler et de quelques juifs ? Décidément, j’avoue renoncer à suivre la logique sioniste…
 
Et le rabbin d’ajouter : « Pour quelqu’un qui occupe la position de la Baronne Ashton, le simple fait de considérer que ces propos étaient appropriés est détestable. Elle devrait immédiatement retirer sa déclaration et présenter ses plates excuses pour l’offense qu’elle a causée ». Je me demande bien pourquoi le fait que quelqu’un mette sur un même pied la souffrance des juifs avec celle de goyim serait « inapproprié et détestable ». Ce rabbin croit-il réellement que la souffrance juive serait en quoi que soit supérieure à celle des non juifs ?
 
Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a déclaré qu’il considérait les remarques de Mme Ashton « inappropriées ». Il a ajouté qu’il espérait qu’elle « les réexaminerait et qu’elle les retirerait ». Je me demande quel genre de rétractation pourrait agréer au Gouvernement israélien ? Celui-ci attend-il de la Baronne Ashton qu’elle reconnaisse le fait que la souffrance juive est la forme ultime de la peine humaine ?
 
La criminelle de guerre et néanmoins dirigeante de l’opposition israélienne Tzipi Livni y est allée elle aussi de son commentaire. Elle a qualifié les observations de Mme Ashton de « répréhensibles et insupportables » et d’« erroné » tout lien « entre l’assassinat d’enfants à Toulouse, les massacres perpétrés par Assad en Syrie et la situation à Gaza ». Mme Livni a peut-être raison, pour une fois. En effet, le crime perpétré à Gaza par l’Etat juif au nom du peuple juif est unique dans l’histoire de la brutalité. Le fait que 94 % de la population juive d’Israël a soutenu les tactiques génocidaires des Forces Israéliennes de Défense lors de l’opération Plomb Durci (hiver 2008-2009, ndt) est lui aussi tout à fait unique. Les crimes de guerre d’Israël, d’une cruauté inouïe, outrepassent en effet toute comparaison.
 
Mais Mme Livni est allée plus loin, tentant d’étayer son affirmation : « Un crime haineux ou un dirigeant assassinant son propre peuple, cela n’a rien à voir avec un pays combattant le terrorisme, même si des civils sont touchés ». D’après Mme Livni, la Baronne Ashton n’a pas fait « le distinguo moral approprié ». Pour commencer, nous ne savons toujours pas ce qui a conduit à l’événement tragique survenu à Toulouse. Toutefois, le fait qu’Israël qualifie les Palestiniens de « terroristes » n’est qu’une excuse de plus pour fournir à l’Etat juif une excuse morale pour massacrer la population autochtone de la Palestine et pour violer tous les droits humains, sans exception aucune.
 
J’imagine que nous sommes tous en train de devenir allergiques à la logique politique juive. Mais cela n’est peut-être qu’un énième symptôme de la sionisation de la réalité dans laquelle nous vivons. Et voici que nous serions sommés d’obtempérer ? »

 

   xxxxx

 

Sur le site du CRIF, justement, je lis à l'instant le son de cloche des judéomaniaques sur le même sujet: une tribune "libre" signée François Miclo et intitulée Catherine Ashton, la femme qui rit dans les cimetières. Carrément. Vous avez le lien, vous pourrez comparer et vous faire votre propre opinion. C'est ça qui est chouette avec internet! On comprend que ça les emmerde.

http://www.crif.org/fr/tribune/catherine-ashton-la-femme-... 

Encore une petite chose: pour vous marrer, allez lire les commentaires, toujours sur le même sujet (pauvre baronne!), émanant de gens qui maîtrisent nettement mieux l'insulte la plus basse que l'orthographe et la grammaire:

 

http://jssnews.com/2012/03/22/carnage-de-toulouse-le-hama...