Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2007

LA PUISSANCE JUIVE DOMINE, A VANITY FAIR

Voilà un titre étonnant, n’est-ce pas ? Je vous rassure tout de suite, il n’est pas de moi – je ne me serais pas permis -, mais du Jerusalem Post qui, lui, a le droit.

La suite, sous la plume de Nathan Burstein, n’est pas mal non plus : "C'est une liste des 100 personnes les plus puissantes du monde, des banquiers, des grands patrons de presse, éditeurs et faiseurs d'image qui façonnent les vies de milliards de personnes.
Un club exclusif, fermé, dont l'influence s'étend sur le monde entier, mais qui est concentré stratégiquement dans les plus hautes allées du pouvoir.

Plus de la moitié sont juifs..."

Oui, oui, vous avez bien lu  : plus de la moitié sont juifs. Pour une population dont nous avons vu en mai dernier qu’elle représentait environ 14 millions de personnes sur un total de 6 milliards 615 millions, soit 1/500e de la population mondiale, avouez que ce n’est pas mal !

56abc69548030d2d7e257b67fc1075a4.jpgCette liste a été publiée par le magazine Vanity Fair qui offre chaque année en octobre à ses lecteurs un classement des 100 personnes les plus « importantes » de la planète. Dont, comme vous devez vous en douter, une large majorité d’Américains.

L’article du Jerusalem Post souligne que cette liste, qui prouve de façon indiscutable une influence énorme des juifs dans la finance et les médias, et qui « semble conforter tous les stéréotypes traditionnels sur la sur-représentation des juifs » n’a pas fait scandale, mais au contraire a suscité fierté et satisfaction. C’est qu’aux Etats-Unis en tout cas, les juifs ne redoutent plus d’être visibles et influents.

Joseph Aaron, l’éditorialiste du Chicago Jewish News, considère dans un article lyrique que cette liste prouve à quel point les juifs sont devenus « vitaux » pour l’Amérique. « Le classement de Vanity Fair, écrit-il, nous en dit très long sur la place des juifs dans ce pays, sur le peuple extraordinaire que sont les juifs ».

D’ailleurs, ce n’est pas vraiment leur faute si les juifs sont si doués pour ce type d'activités liées au pouvoir. C’est à cause des non-juifs. C’est en tout cas ce que souligne Ruth Wisse, professeur de yiddish et de littérature comparée à l’Université de Harvard, et auteur du livre Jews and Power. C’est par nécessité, parce que d’autres carrières leur étaient fermées, que les juifs ont dû se contenter des affaires, des médias, de la finance. Et de la politique, aussi.

Source :  http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1191257286817&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull Comme toujours dans ce genre d’articles, les commentaires sont encore plus révélateurs (près de 150, c’est un sujet qui intéresse…)

Je vous informe que cette liste instructive est consultable sur le site du magazine Vanity Fair http://www.vanityfair.com/politics/features/2007/10/newestablishment200710

25/07/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS ET ORGANISATIONS JUIVES AUX ETATS-UNIS - 6

6) LAmerican Jewish Committee (AJC)

edaaea62f7d2e43d4878fd0b19da6ac2.jpgPoursuivons notre petite série obsessionnelle. Je vous invite tout de suite à ne pas confondre l’AJC ci-dessus mentionné avec un autre AJC, qui est l’American Jewish Congress, que nous examinerons plus tard. Etonnant, non ? On a l’impression d’ouvrir des poupées gigognes russes, chacune donnant accès à une autre puis à une autre et ainsi de suite…

En tout cas, vous pouvez constater que le quadrillage est bien fait et que les moyens financiers n’ont pas l’air de manquer. L’AJC qui nous occupe aujourd’hui a été créé en 1906 par des juifs américains pour défendre leurs coreligionnaires victimes de pogroms en Russie. Lui aussi a fait du chemin depuis ses débuts car outre son siège à New York, il dispose à présent de 33 bureaux sur tous les Etats-Unis et de 8 représentations à l’étranger, dans les pays suivants : Allemagne, Belgique, France, Inde, Israël, Italie, Pologne, Suisse.

6335b446eeb24d52e05dff4451b69bcb.jpgL’AJC, qui a un statut d’ONG,  s’est en effet spécialisé dans une activité « diplomatique » très internationale et à haut niveau. Lorsque ses dirigeants se déplacent, ce n’est pas pour rencontrer le lampiste, je vous prie de le croire. Il a même ouvert il y a une paire d’années à Bruxelles le Transatlantic Institute pour renforcer les liens entre l’Union Européenne, les USA et Israël - encore une officine qu’il sera fort instructif d’examiner de près lorsque son tour viendra. Pour vous donner une idée de l’importance de l’AJC aux Etats-Unis mêmes : son gala annuel, l’an dernier en mai 2006, s’est tenu en présence de George Bush, Angela Merkel et Kofi Annan, entre autres. De quoi faire pâlir même le CRIF.

Quels sont ses objectifs ? Serez-vous étonnés si je vous dis qu’il s’agit de combattre l’antisémitisme, de soutenir à fond Israël « dans sa recherche de paix et de sécurité » et d’assurer le bien-être des juifs aux USA, en Israël et partout dans le monde ? Comment y arriver ? Pas très compliqué : il suffit de « promouvoir des sociétés pluralistes et démocratiques où toutes les minorités seraient protégées », moyen le plus sûr de combattre l’antisémitisme. C’est en tout cas la recette qui a été appliquée chez nous, avec des résultats mitigés, cependant. Preuve que même les meilleurs plans peuvent gripper…

L’AJC avait reçu Sarkozy lors de son déplacement aux States en 2004. Le courant a très bien passé, comme vous pouvez vous en douter et pour resserrer encore des liens décidément étroits, devinez la requête adressée à l’AJC par ….le même, alors ministre de l’Intérieur ? Tenez-vous bien, car dans notre beau pays, on fait à présent de plus en plus fort, et comme disait un humoriste, lorsque les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites…  Donc, l’AJC est venue… entraîner la police française à Paris, en décembre 2006, à combattre les "crimes de haine". Parfaitement. On a pu lire sur son site (http://www.ajc.org/site/apps/nl/content2.asp?c=ijITI2PHKo...) que l’organisation se félicitait « de la proposition française d’accueillir un symposium international pour former les policiers français et européens à combattre les "crimes de haine", sous la direction de Paul Goldenberg, expert pour le compte du American Law Enforcement et de l’American Jewish Committee. Un programme mis en route il y a deux ans, était-il précisé de même source. Dans un premier temps, Sarkozy avait en effet accueilli en France en décembre 2005, après les révoltes dans les banlieues, les deux chefs de la police israélienne, Gideon Ezra et Moshe Karadi, venus dispenser leurs conseils à la police française ….

De son côté, le directeur exécutif de l’AJC, David Harris, avait fait une tournée en Europe en 2005 et déclaré en toute simplicité, en France, devant la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, et le premier ministre, qui s’était naturellement déplacé pour l’occasion : « En ma compagnie se trouve une délégation de l'American Jewish Committee qui vient de visiter plusieurs capitales européennes dans le but d'approfondir et d'étendre le dialogue transatlantique. Notre organisation a été créée voici près d'un siècle en réponse aux pogroms qui sévissaient alors contre les Juifs d'Europe de l'Est. Dès le début, l'AJC a poursuivi deux buts complémentaires. Le premier était d'assurer la sécurité des communautés juives, tant dans le monde qu'aux Etats-Unis, et de leur porter assistance. Le second, directement inspiré de la tradition prophétique du judaïsme, était d'apporter notre contribution au bon fonctionnement politique et social des sociétés où nous vivons.

En conséquence, durant tout le 20e siècle et jusqu'à aujourd'hui, notre institution s'est impliquée profondément dans le combat pour défendre et étendre les droits de l'homme, les libertés individuelles et la dignité de la personne humaine. Ce faisant, nous avons puisé aux sources des valeurs les plus pérennes de la Révolution française. ».

Je trouve ce petit préambule assez éclairant à plus d’un titre. L’UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) a d’ailleurs pu titrer fort judicieusement: « L’intervention croissante des organisations juives américaines en France donne un souffle inattendu au militantisme juif de l’Hexagone ».