Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2009

UNE FORMIDABLE NOUVELLE POUR LA LICRA !

On doit être drôlement contents à la LICRA ! Pensez, ces Français qu’elle croyait racistes et antisémites, eh bien, pas du tout, elle se trompait de A à Z. Ils sont juste le contraire ! La preuve : elle s’étalait hier à la une du Journal du Dimanche, dont le rédacteur en chef n'est autre que Claude Askolovitch : les personnalités préférées des Français sont en n°1 Yannick Noah, en n°2 Dany Boon et en n°3 Gad Elmaleh. Alors, hein ! Ils sont quand même vachement sympa, ces braves Français. Du moment qu’on les fait rigoler, le reste …

 

noah.jpgYannick Noah, le grand chouchou, ne fait pourtant « rien pour être aimé, à part mettre tout son cœur dans ce qu’il fait. (…) Il est une « sorte de Français idéal, citoyen du monde, engagé mais pas trop, sympa et décontracté », nous susurre le JDD. Ce Français idéal, dont le cœur penche nettement à gauche, a fait ses valises pour s’installer à New York. Mais qu’importe ! On l’aime quand même.

 

images.jpgDany Boon est lui aussi un bon citoyen du monde qui vit à Los Angelès. Il est né Daniel Hamidou dans une famille mi kabyle-mi ch’timie et de catho qu’il était, il s’est converti au judaïsme. Par amour, parfaitement.

Pourvu que ça ne nuise pas à sa carrière, on tremble pour lui … En tout cas, dans ses interviews, il ne rate aucune occasion de souligner « le lien familial indéfectible qui le rattache à Israël, où vit sa belle famille qu’il visite régulièrement ».

 

elmaleh.jpgQuant à Gad Elmaleh, lui, il se déclare sans complexe fier de ses origines juive et marocaine : « Je suis Juif et Marocain. C’est ma réalité. J’ai une éducation judéo-marocaine. Je parle l’arabe comme je parle le français et l’hébreu », D’ailleurs en plus, il a aussi la nationalité canadienne. On ne sait jamais de quoi est fait l’avenir, une nationalité de plus, ça ne se refuse pas. Il est aussi un fidèle soutien de Tsahal puisqu’il a dédicacé en ces termes un album de l’Association pour le bien-être des soldats israéliens :

« Eh bien non, il ne s’agit pas d’un film de Spielberg où il faudrait sauver le soldat Abraham. C’est plutôt lui qui nous sauve et veille sur nous, nos idéaux, nos enfants, notre futur. Nous avons le choix ! Pas eux, donc pas nous ! Aidons-les à veiller sur eux… enfin sur nous. »

 

Telles seraient les personnalités préférées des Français … Amusant, non ? Bon, je ne me frappe pas plus que ça, ce « sondage » n’étant qu’une énième démonstration des efforts jamais relâchés en vue du bourrage de crâne et de la crétinisation à marche forcée du pays. Je croirais plutôt que ces résultats mirobolants reflètent davantage la volonté des initiateurs de la démarche qu’une quelconque réalité.

 

Questions autrement plus intéressantes: qui est à l’origine du sondage ? Qui a établi la liste des 50 « personnalités »  - et 50 seulement, toujours les mêmes - proposées au choix ?  Au choix de qui, d’ailleurs ? Où ont-elles été pêchées, ces 1041 personnes invitées à choisir leurs 10 préférés dans la liste ? Dans le lectorat du JDD ?

 

Il se trouve que j’aime bien lire Louis Pauwels. Il a beaucoup fréquenté Gurdjieff, ce qui fait que j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur ce personnage. Je suis donc en train de lire Fragments d’un enseignement inconnu, d’Ouspensky. Or hier, après avoir pris connaissance du sondage ci-dessus, je suis retournée à ma lecture du moment, juste aux passages qui suivent, et j’y ai vu une telle correspondance, que je vous en fais profiter. N’oubliez pas que ces propos ont été tenus en 1917 :

 

« Mais, comme je l’ai déjà dit, cette question est sans portée pratique pour nous. Pour nous, il importe seulement d’établir où commence l’évolution, et comment elle se poursuit. Et si nous nous rappelons l’analogie complète entre l’humanité et l’homme, il ne sera pas difficile d’établir si l’humanité est en évolution ou non.

 

Pouvons-nous dire, par exemple, que la vie soit gouvernée par un groupe d’hommes conscients ? Où sont-ils ? Qui sont-ils ? Nous voyons exactement le contraire. La vie est au pouvoir des plus inconscients et des plus endormis.

 

Pouvons-nous dire que nous observons dans la vie une prépondérance des éléments les meilleurs, les plus forts, les plus courageux ? – Nullement. Au contraire,nous voyons partout le règne de la vulgarité et de la stupidité sous toutes leurs formes.

 

Pouvons-nous dire enfin que nous voyons dans la vie des aspirations vers l’unité, vers une unification ? Certainement pas. Nous ne voyons que de nouvelles divisions, de nouvelles hostilités, de nouveaux malentendus.

 

De sorte que, dans la situation actuelle de l’humanité, rien ne dénote une évolution. Au contraire, si nous comparons l’humanité à un homme, nous voyons clairement la croissance de la personnalité aux dépens de l’essence, c’est-à-dire la croissance de l’artificiel, de l’irréel, de ce qui n’est pas à nous, aux dépens du naturel, du réel, de ce qui est bien à nous.

En même temps, nous constatons une croissance de l’automatisme.

 

La civilisation contemporaine veut des automates. Et les gens sont certainement en train de perdre leurs habitudes acquises d’indépendance, ils tournent de plus en plus au robot, ils ne sont plus que des rouages de leurs machines. Il est impossible de dire comment tout cela finira, ni comment en sortir – ni même s’il peut y avoir une fin et une issue. Une seule chose est certaine, c’est que l’esclavage de l’homme ne fait que s’accroître. L’homme devient un esclave volontaire. Il n’a plus besoin de chaînes : il commence à aimer son esclavage, à en être fier. Et rien de plus terrible ne saurait arriver à l’homme ».