Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2011

L’ENARCHIE DANS TOUTE SA NUISANCE … ET SA LÂCHETE (5)

oo.jpgNous allons aujourd’hui nous intéresser au parcours d’un membre éminent de cette promotion Thomas More (janvier 1969-mai 1971) : Jean-Louis Bianco. Fut-il de la bande des 4 ? J’en ai l’intime conviction, sans en avoir la preuve, bien sûr. Mais voyons de plus près son parcours et vous jugerez sur pièces :

 

Jean-Louis Bianco

 

bia.jpgTout d’abord, le lisse, que nous apprend Wikipedia ou le Who’s Who :

Il «est né à Neuilly le 12 janvier 1943. Issu d’une famille métissée, avec des origines italienne, irlandaise, flamande et suissesse, Jean-Louis Bianco est le fils d’un immigré italien. Sa famille est partie d’Italie par crainte de Mussolini.» [Ca, ça fait toujours bien dans le décor] Mais voyons la version moins lisse, que nous propose Emmanuel Ratier dans son Encyclopédie politique française (éd. 1992) :

« Son père, contrairement à une légende généreusement colportée, n’a rien du prolétaire immigré. Né à Nice d’un père italien et d’une mère irlandaise, il partit vivre en Italie et devint sous-officier. Communiste, il revint en France en 1933. Après avoir exercé divers métiers, il est devenu un riche expert-comptable et PDG de nombreuses sociétés. Son nom est apparu dans le procès du Patrimoine foncier (Le Monde, 6 juin 1975) puis à nouveau en 1992 (Le Canard enchaîné, 29 avril 1992) avec la publication de lettres où le nom de son fils était « exploité » pour conquérir des marchés.»

Ce modeste fils d’immigré italien né à Neuilly fait ses études au lycée Janson de Sailly dans le 16e arrondissement de Paris, où il va faire une rencontre des plus profitables pour la suite : celle de Jacques Attali. Leur amitié date de ces années de lycée. Ensuite, c’est l’Institut d’études politiques (licence en sciences économiques), le diplôme d’ingénieur de l’Ecole des mines, où il fut délégué de l’Unef, puis enfin l’ENA. Il est intéressant de savoir dès à présent que son copain Attali l’y a juste précédé d’une promotion, puisque ce dernier fait partie de la promo Robespierre (janvier 1968-mai 1970). Ce qui signifie qu’ils ont fréquenté l’ENA en même temps de janvier 1969 à mai 1970.

A sa sortie de l’ENA, en 1971, il devient auditeur au Conseil d'État. Emmanuel Ratier nous informe que : « Il a milité à partir de la fin des années 60 au sein des Groupes d’action municipale avant de collaborer sous le pseudonyme de Jacques Thibert à la section économique du PS de 1974 à 1979 (sans jamais y adhérer) ». En 1973-74, il est chargé de mission au groupe central des villes nouvelles et de 1976 à 79, sous-directeur de la famille, de l'enfance et de la vie sociale au ministère des Affaires sociales (avec Simone Veil ministre). En 1976, il est devenu maître des requêtes au Conseil d'État.

Bizarrement, il y a comme un trou dans sa bio entre 1979 et 1981. J’ai lu que « promis à une brillante carrière dans la haute fonction publique, Jean-Louis Bianco n’a pas hésité à plaquer le Conseil d’État, à la fin des années 1970. Par réflexe éthique : « J’avais le sentiment d’avoir atteint la limite déontologique du travail d’un haut fonctionnaire de gauche sous un gouvernement de droite ». En fait, il quitte Paris pour devenir chargé de mission au Syndicat intercommunal de développement des vallées de la Durance et de la Bléone.

Mais il renaît de ses cendres en 1981 : chargé de mission au cabinet du président de la République, dans une petite équipe formée par l’inévitable Attali, où il retrouvera notamment un condisciple de l’ENA, Pierre Morel. Puis l’apothéose, toujours grâce à son copain: il devient secrétaire général de la présidence de la République à partir de 1982. Il le restera jusqu’en 1991.

Edith Cresson le nomme ministre des affaires sociales et de l’intégration en mai 1991. Il le restera jusqu’en avril 1992, date à laquelle il devient ministre de l'équipement, du logement et des transports, jusqu’en 1993. Chaque fois une année, on comprend une certaine frustration … Il devient Conseiller d’Etat, en 1994. Il ne sera plus ministre après 1993 et en concevra une amertume certaine. Il doit désormais se contenter de la province : conseiller régional (il conduit une liste de Bernard Tapie en 1992), maire de Digne-les-Bains en 2001, il est actuellement président du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence et député. Bon, abrégeons, vous trouverez facilement le reste.

1fce6ab0c2c8e244eb5e5175c8a79967-0.jpgSa dernière : un bouquin sorti en 2010, modestement intitulé « Si j’étais Président… ». Oui, car il avait eu des velléités de primaires socialistes, mais y a sagement renoncé, finalement.

Revenons à la période Mitterrand et reprenons nos classiques (Emmanuel Ratier) : « A ce poste (SG de la présidence), extraordinaire plaque tournante politique, Bianco fut le grand coordinateur de la machinerie élyséenne, notamment comme chef d’orchestre de l’opération SOS-Racisme qu’il a montée de A à Z avec Julien Dray. (…) Il soutient dès sa naissance SOS-Racisme, renflouant à plusieurs reprises, grâce aux fonds secrets, les caisses de l’association ». A ce propos, je ne saurais trop vous conseiller de lire ce lien qui vous en apprendra de belles sur les dessous de l’ «antiracisme»:

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article76529,%C2%A0

 

« Partisan de l’octroi du droit de vote aux immigrés (vœu réitéré en novembre 1991), il considère que « le seul défi qui vaille est celui de réussir l’intégration ». Il a limogé en novembre 1991 le président de l’Office des migrations internationales, Jean-Claude Barreau, coupable d’avoir soulevé le tabou de l’islam dans « De l’Islam en général et du monde moderne en particulier ».

En novembre 2009, SOS-Racisme lançait une pétition demandant l’abandon du débat sur l'identité nationale, qui commençait ainsi : «Depuis le 2 novembre 2009, la France a été entraînée, malgré elle, dans les tourments d’un débat sur l’identité nationale. De nombreuses voix s’étaient pourtant élevées pour avertir que le lien posé d’emblée entre l’immigration et l’identité nationale était de nature à libérer une parole au «mieux» stigmatisante, au pire raciste. »

Bien sûr, Bianco fut parmi les premiers signataires de ce texte où pullulaient les « nauséabonds » et autres « valeurs du vivre ensemble ». Je vous invite là aussi à vous régaler de la liste des signataires de cette pétition. Toute la gauche caviar y défile en bataillons serrés, un vrai plaisir. Evidemment, l’actuel président du Gisti ne pouvait manquer. La pétition «Arrêtez ce débat» est à signer en ligne ici. (attention, c’est pour l’info, je ne fais pas de pub, hein !)

 

jj.jpgLe tandem Bianco-Attali

Revenons-y car je crois qu’il a eu son rôle dans la création du Gisti. Je ne vous rappellerai pas tous les propos délirants d’Attali sur l’immigration, tenus encore récemment, où il persiste et signe dans le discours que plus personne de sensé n’ose tenir, du style : «l’immigration, facteur de développement de la population, est en tant que telle une source de création de richesse, donc de croissance».

Bref, je croirais assez qu’il a vu d’un très bon œil il y a quarante ans la création du Gisti, et qu’il y a peut-être mis la main, en tout cas prodigué ses savants conseils. Car plusieurs indices se croisent : il précède Bianco d’un an au Conseil d’Etat où il entre en 1970. En 1972, il publie ses deux premiers livres: Analyse économique de la vie politique et Modèles politiques pour lequel il obtient un prix de l'Académie des sciences. Il rencontre Mitterrand dès 1968, et collaborera étroitement avec lui à partir de 1973. Pas la peine de chercher plus loin comment le Gisti a eu accès si facilement à Mitterrand, Rocard et au journal Le Monde.

Mais, vous allez rire, cette belle amitié de 40 ans (au moins) a subi un revers lors du 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin (novembre 2009) : Jacques a traité Jean-Louis … d’antisémite ! Parfaitement !! L’histoire est trop drôle, mais mon texte est déjà assez long, je vous donne le lien :http://www.lexpress.fr/actualite/politique/jacques-attali-accuse-jean-louis-bianco-d-antisemitisme_827240.html

 

20/03/2011

L’INCROYABLE CULOT D’ATTALI

tt.jpgVoilà un type né en 1943 en Algérie, rapatrié en métropole avec sa famille en 1956, qui vient nous donner des leçons d’identité nationale ! Naturellement, il en connaît des tonnes plus que nous sur la question. Comme sur tout le reste, d’ailleurs. Curieusement, sans même s’en rendre compte, à travers toutes ses énumérations, il nous dit justement ce que sont les racines d’un pays, qui sont bien réelles, ne lui en déplaise : tout ce qui, au fil des siècles, a contribué à son histoire et à sa culture. Et, n’ayons pas peur des mots, à sa civilisation.

 

Evidemment, ce qui est fâcheux aux yeux de M. Attali, c’est que les juifs et les musulmans ne figuraient pas à l’époque au tableau d’honneur. C’est bien embêtant, mais la solution est simple : on efface le tableau d’honneur, les racines et le reste, puisque ces chances pour la France n’y figuraient pas encore. Et on ne s’occupe plus que de l’avenir, dans lequel on compte bien s’installer à demeure. Et continuer à dicter ses quatre volontés à ces culs-terreux tellement attachés à leurs racines.

 

Vous ne trouvez pas qu’on commence à en avoir sérieusement marre de ces éternels  donneurs de leçons ?

 

 

« Parlons de l'avenir de notre pays plutôt que de ses racines (Jacques Attali)

 

A quoi sert-il de parler des «racines» d'un pays, comme le font le président de la République et toute la droite, sinon à donner, implicitement ou explicitement, à ceux qui s'y rattachent un droit de propriété sur le pays, ou au moins une priorité sur les autres citoyens? En particulier, parler de racines chrétiennes voudrait-il dire qu'il convient de donner aux chrétiens la propriété de la France, ou au moins une priorité sur les autres citoyens? Mais quelle priorité? Et si un chrétien devenait athée ou musulman ou bouddhiste, perdrait-il ces privilèges? Absurde.

D'abord, jusqu'où s'enfoncent les racines de la France? Jusqu'au paléolithique, quand on identifie les premières populations sur le territoire de ce qui devint ensuite notre pays? Jusqu'à l'an 481, quand un roi franc, Clovis, la conquiert? Ou seulement jusqu'en 1190, quand la France prend ce nom?

Ensuite, de quels peuples les Français d'aujourd'hui sont-ils issus? Toute cette page ne suffirait pas à nommer les Vandales, Burgondes, Alains, Suèves, Bituriges, Arvernes, Eduens, Ambarres, Carnutes, Aulerques et autres qui y ont fait souche! Sans compter, plus tard, des Normands, des Anglais, et tant d'autres.

Enfin, quelles religions se sont succédé sur son territoire? Là encore, il faudrait des pages pour nommer les innombrables variantes de religions celtes, gauloises, grecques, romaines ou juives qui se sont suivies ou ont cohabité sur notre territoire avant l'arrivée des multiples versions du christianisme. Et dans une partie de la France d'aujourd'hui, connue alors sous le nom de Septimanie, des musulmans ont fait souche au VIIIe siècle, avant que la chrétienté n'y soit vraiment dominante. Et si les premiers rois de ce qui deviendra bien plus tard la France ont choisi, au Ve siècle, de devenir chrétiens, l'héritage d'un pays laïque ne se réduit pas à la religion d'un monarque, Clovis, qui a d'ailleurs décidé de devenir chrétien après quinze ans de règne, et surtout pour des raisons politiques, soucieux de l'alliance avec la puissante famille de sa deuxième épouse, Clotilde.

Cela n'est pas propre à la France: si on cherchait les racines d'autres pays, on aurait les mêmes surprises. L'Angleterre porte le nom d'un peuple allemand; l'Allemagne, celui de trois peuples différents, suivant la langue dans laquelle on la nomme; la Russie celui d'un peuple qu'ailleurs on nomme les Vikings.

Il ne faut donc pas jouer avec les mots: la droite ne nous parle des racines que pour nous dire qu'elle refuse les fruits. Mettre en avant l'héritage chrétien du pays, c'est exclure ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette foi, et même ceux qui, chrétiens, ne veulent pas confondre leur foi et leur citoyenneté. C'est d'abord une petite manoeuvre pour exclure les musulmans, ainsi que pour minimiser le formidable héritage des Lumières, qui commencent d'ailleurs en France au XIIe siècle avec l'arrivée, par des traducteurs juifs, de textes musulmans porteurs de la pensée grecque...

C'est de tout cela qu'il faut être fier. C'est cela qui fait la grandeur de ce pays.

Une culture, une religion ou une nation ne peut survivre si elle se préoccupe d'exclure plutôt que de séduire, si sa légitimité se limite à revendiquer une place dans l'Histoire: elle doit revendiquer une place dans l'avenir. C'est pourquoi, au lieu de parler de l'héritage légué par chaque religion, on devrait plutôt évoquer la façon dont la civilisation de notre pays, nourrie notamment du fait religieux, peut répondre aux grandes questions du futur et attirer ceux qui le construiront. »

 

 

Au chapitre inépuisable de ses phrases impérissables, Jacques Attali avait édicté  ce qui suit dans son bouquin « L’avenir de la vie » paru au bon vieux temps de Mitterrand, en 1981 :  

« Dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures. »

Evidemment, à l’époque, il avait 38 ans. Maintenant qu’il en a 67, il ferait bien de songer à s’appliquer à lui-même ce noble programme. Ca lui éviterait de dire bien des conneries.