Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2012

ON COMPREND TOUT MAINTENANT ! TOUT S’EXPLIQUE !!!

Mais oui, Mario Balotelli, « super Mario » de l’équipe italienne, n’est pas un footballeur ordinaire. Il a un supplément d’âme. Je ne le savais pas, mais grâce au CRIF, maintenant, je le sais. Et vous allez comme moi être remués jusqu’au tréfonds  par ce grand chagrin silencieux (mais filmé et relayé par les médias, quand même):

 

 

« Mario Balotelli, la star italienne de football qui a envoyé son équipe en finale de l’EURO 2012 face à l’Allemagne, a été élevé par une mère adoptive juive dès l’âge de 3 ans. Le talentueux attaquant, qui est né sous le nom de « Mario Barwuah » en provenance du Ghana, a grandi à Palerme. Lors de l’après-match où son statut de star est devenu sans discussion, il s’est précipité pour embrasser sa mère adoptive, Silvia Balotelli. Il venait de marquer les deux seuls buts du match.

 

 

balotelli.jpg

 

 

Avec d’autres membres de l’équipe italienne, Balotelli avait visité Auschwitz au début du mois avant le début du tournoi. Il a dit avoir été « tourmenté » par cette visite. La presse italienne confirmait le lendemain en titrant « Balotelli bouleversé » ! Selon une radio néerlandaise, Balotelli s’est assis seul sur la voie ferrée menant à l’entrée du camp de la mort, les yeux mouillés, en silence. « Un peu plus tard, il dit montrer à ses coéquipiers une lettre cachée son lit, que sa mère adoptive lui avait écrit. Il a alors parlé de choses qu’il avait toujours gardées pour lui. »

 

Certains groupes néonazis, en Italie et au-delà, qui avaient déjà insulté le joueur pour sa couleur, le ciblent maintenant pour son affiliation au judaïsme. Sur le site raciste Stormfront, on peut lire depuis quelques jours : « Balotelli est noir et juif. Il devrait jouer en faveur d’Israël, pas de l’Italie. »

 

 

Source : http://www.crif.org/fr/revuedepresse/encore-du-racisme-et-de-l%E2%80%99antis%C3%A9mitisme-au-football/31857

 

 

 

Je vous fais mes adieux provisoires car demain est un grand jour : j’attaque un nouveau bouquin. Sur un sujet qui devrait bien vous intéresser. Comme je suis la paresse même, j’ai différé depuis plusieurs mois, mais cette fois ça y est, j’ai décidé de m’y mettre. Ca me stimule de bosser quand les autres sont en vacances. Donc, je vais mettre le blog en veilleuse (sauf éventuelles exceptions) car quand même, il ne faut rien exagérer.

 

A bientôt

 

 

Je rajoute un paragraphe pour vous dire que je signalerai quelques articles intéressants et je commence tout de suite:

 

de François Asselineau :

 

"Olafur Grimsson réélu président de l'Islande contre sa volonté pour avoir défendu les intérêts du peuple contre celui des banques".

 

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EFuEEZlZEEpek...

 

 

26/01/2011

POURTANT, L’ASSIMILATION SUPPRIME L’ANTISEMITISME, NON ?

C’est curieux, mais on dirait bien que le spectre de l’assimilation donne infiniment plus de cauchemars aux responsables communautaires que l’ « antisémitisme » qui pourtant, à les en croire, atteindrait des sommets en Europe. Voilà même qu’il est question de « combat contre l’assimilation » ! Faudrait tout de même savoir s’ils veulent une chose ou son contraire ?

 

« MILAN (EJP)---Les rabbins italiens ont exprimé des inquiétudes concernant la croissance significative du phénomène de l'assimilation parmi les juifs dans le pays.

 

Ils ont discuté des manières de réduire les implications de ce phénomène lors de la première conférence des rabbins italiens qui s’est tenue la semaine dernière à Milan.

Cette conférence était organisée à l’initiative du Centre rabbinique européen (RCE), une organisation qui répond aux besoins religieux et spirituels des communautés juives en Europe.

 

Les rabbins étaient venus de plusieurs villes d’Italie, Milan, Rome, Turin et Gênes.

Ils ont indiqué au rabbin Jérémie Cohen, président du tribunal rabbinique de Paris et l’un des dirigeants du Conseil des rabbins européens, que ce problème de l’assimilation exige notamment la mise en œuvre de projets éducatifs visant à renforcer l'identité juive.

 

Le rabbin Aryeh Goldberg, vice-président du RCE, a promis d’aider les rabbins italiens avec un programme effectif dans le combat contre l'assimilation.

 

Les rabbins ont également discuté la question des conversions conduites en Italie et débattu de la nécessité de clarifier la question seulement selon les règles de la Halacha, la loi juive.

 

Dans son intervention au cours de la conférence, le rabbin Abraham Yossef, fils de Grand Rabbin d’Israël  Ovadia Yosef et rabbin de ville de Holon, a demandé aux rabbins italiens de "devenir plus strict dans le processus de conversion. »

  

Source : http://fr.ejpress.org/article/39526

07/12/2009

LES JUIFS ITALIENS

Le CRIF vient de recevoir une délégation de son homologue italien, l’Unione delle Communità Ebraiche Italiane (UCEI – Union des Communautés juives italiennes). La délégation s’est hautement félicitée du fait suivant : « Nous avons de la chance. Si les statistiques sont exactes, le système juridique italien est en train de se révéler, parmi les autres modèles européens, l’un des plus efficaces pour décourager le racisme et l’antisémitisme. L’Italie est l’un des pays où les épisodes d’antisémitisme sont moins graves et moins nombreux»

 

Je ne sais s’il faut attribuer cette heureuse situation au système juridique italien. J’y verrais plutôt une autre cause : le compte-rendu en effet ne tarde pas à nous apprendre que la communauté juive d’Italie compte …. 22 000 membres, répartis en 21 communautés, pour une population de 50 millions d’habitants.

 

Personne n’a semblé faire le lien de cause à effet, mais ces chiffres sont à mettre en parallèle avec la communauté juive de France, forte, elle, d’environ 600 000 personnes pour 60 millions d’habitants.

Soit 1% de la population en France, contre même pas 0,05% en Italie.

 

On comprend que dans ces conditions les juifs italiens soient extrêmement loin d’exercer la même influence que leurs coreligionnaires en France, notamment dans les médias ou la sphère politique.

 

Vivant apparemment comme tout un chacun sans revendications incessantes et sans faire état  de la shoah matin, midi et soir, curieusement, les juifs italiens déclenchent nettement moins de manifestations d’agacement. Faut-il vraiment s’en étonner ?

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17614&artyd=2