Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2011

LES CHIENNES DE GARDE ONT OUBLIE D’ABOYER

Oui, il faut reconnaître que sur ce coup-là, l'assoce tendance gauche caviar a été plus que discrète. Ce n’est pourtant pas dans ses habitudes. Allez, laissez-moi deviner : si un autre politique s’était trouvé à la place de l’ex-futur sauveur de la république en danger DSK, mettons, je dis au hasard, JMLP, vous voyez d’ici le tableau ? Le tsunami  planétaire! Et rien pour ce pauvre DSK. Pas la plus petite couronne. Silence radio de la meute. On est pourtant en plein dans le sujet. Lisez donc ce qui paraît sur leur site, qui est à mourir de rire. Vous l’aurez compris, les chiennes de garde ne montrent les crocs que quand c’est sans danger. Quand le macho est trop gros, elles la ferment prudemment.

 

« Depuis 1999, les Chiennes de garde aboient pour qu’on respecte la dignité des femmes, et montrent les crocs à des machos qui se permettent d’insulter des femmes en public de manière sexiste.
ATTENTION ! Grrrrrrrrrrr… ! Nous pourrions faire mal si nous étions très en colère, si nous ne nous contrôlions plus. Imaginez qu’il existe des Chiennes enragées, très dangereuses. Imaginez qu’elles soient dirigées par une terrrrible cheffe de meute, qui décide de s’attaquer aux machos criminels, ceux qui battent, qui violent, qui tuent des femmes, des faibles. Imaginez qu’elle lance son horrrrible cri de guerre : « Sus aux machos ! Lâchez les Chiennes ! Ksssss kssss ! Mordez-les ! Pas de quartier ! »
STOP ! C’était un cauchemar. Revenons aux Chiennes de garde, si pacifiques ! Ouf ! Nous ne sommes pas des Chiennes méchantes, mais nous ne sommes pas non plus de braves chiennes bien gentilles, qu’on fait rentrer à la niche avec un susucre. Nous disons :« J’aboie, donc je suis… féministe et solidaire. » Et attention, les machos ! »

 

DSK s’est fait prendre la main dans le sac, si je puis dire. Pas de chance pour lui, c’était aux States et pas dans notre beau pays, un Etat de droit exemplaire comme chacun sait. Le Point rapportait hier fièrement ses « derniers mots d’homme libre » avant son arrestation: « Quel beau cul ! ». « Cette interjection, à l'adresse d'une des hôtesses du vol New York-Paris AF023 du samedi 14 mai, d'autant plus leste que faite à voix haute devant le personnel navigant commercial, est la dernière phrase prononcée par Dominique Strauss-Kahn avant d'être invité par deux policiers à quitter le siège de la Business Class sur lequel il avait pris place pour se rendre à Paris. »

 

Rien que cette fine « saillie » aurait dû faire bondir les Chiennes de garde depuis longtemps, car il était coutumier du fait. Et pourtant, jamais il n’a été élu « macho de l’année ». Un inexplicable oubli.

 

J’en reviens, moi qui ne suis pas chienne de garde sur cette interjection saluée avec indulgence et sourire par les journaleux hexagonaux. Quel beau cul ! Sympa, non ? Pas de quoi fouetter un chat, pas vrai ? Et je me mets à la place de l’hôtesse de l’air qui a reçu ce beau compliment émanant tout droit d’un gentleman. Que pouvait-elle faire ? Lui rétorquer : « Monsieur, vous êtes un grossier personnage » ? Ce qu’elle devait penser. Impossible, on n’a pas le droit de répondre ça au président du FMI car sinon, on perd sa place dans les cinq minutes. Lui, par contre, il a le droit de dire ce qui lui plaît. Elle a donc dû ravaler sa fierté et continuer à sourire au malotru. Voilà la réalité des faits dans notre pays.

 

Un exemple entre mille. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas le souligner. J’ai de plus en plus l’impression que nous sommes juste avant 1789. L’environnement matériel a changé, mais l’environnement humain n’est pas si différent.

01/03/2011

ON EST TRES A CHEVAL SUR LES VALEURS, CHEZ DIOR

Faut pas croire, il n’y a pas que le fric qui compte, il y a aussi les valeurs. Et certaines plus que d’autres.

« Insultes racistes: Dior veut licencier John Galliano »

On a pu admirer la célérité exemplaire avec laquelle la maison Dior a sanctionné les propos de son directeur artistique, John Galliano, sans même attendre que la justice tranche. La présomption d’innocence n’a pas été invoquée en la circonstance, comme on aurait pu s’y attendre (dans un pays normal). Mais pensez, des insultes à caractère « antisémite » ! Le tremblement de terre ! Il y aurait eu également d’autres insultes dirigées contre des asiatiques, mais ça, c’est moins grave.

Aujourd’hui, c’est carrément une procédure de licenciement qui est engagée contre le styliste qui franchement, n’a pas été très subtil dans toute cette affaire, si tant est qu’elle se vérifie. Il ne savait donc pas où il mettait les pieds ?

Le PDG de Dior Couture s’appelle Sidney Toledano, dont le père est président de la communauté juive de Casablanca. Et comme le monde est petit, la nouvelle égérie de Dior depuis quelques mois s’appelle Natalie Portman. Un pur hasard. A l’époque, ça baignait entre elle et Galliano, mais à présent, plus du tout : "Je suis profondément choquée et dégoûtée par la vidéo qui a fait surface. Etant fière d'être juive, je refuse d'être associée à monsieur Galliano en aucune façon."

 

natalie-portman-et-john-galliano-10363569fbvaz_2041.jpg

On est également très, très contents au CRIF et à la LICRA. Encore un méchant puni. On peut juste se demander si finalement il est tellement judicieux de braquer ainsi les projecteurs sur ce genre de faits somme toute minuscules. Et si la maison Dior sortira tellement gagnante de cette irruption tonitruante dans l’atmosphère franchement nauséabonde – moi aussi j’adore – du politiquement correct poussé à son paroxysme.