Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2012

ATTENTION, LA VIGILANCE S’IMPOSE….

 

imagesCAINUUSW.jpg

 

 

Car l’on revoit resurgir le spectre d’une entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Ouverte par qui, la porte ? Comme de juste, par la gauche française au pouvoir et en majesté qui n’a pas tardé à refaire les yeux doux à la Sublime Porte. Histoire, peut-être, de se consoler de s’être fait rembarrer par les Allemands. Les Turcs sont plus accommodants et pas tellement exigeants, finalement. Tout ce qu’ils demandent, c’est leur ticket d’entrée et Hollande se verrait bien le leur fournir.

 

Le Monde, tout énamouré, nous révèle que « La Turquie est tombée sous le charme de François Hollande. A commencer par son premier ministre, Recep Tayyip Erdogan. "Une nouvelle page s'ouvre dans les relations franco-turques", a-t-il déclaré, séduit, à l'issue d'une rencontre d'une demi-heure avec le nouveau président français, mercredi 20 juin, en marge du sommet de Rio G+20. » … « M. Hollande a été invité à venir en Turquie, où la dernière visite d'Etat d'un président français remonte à vingt ans, a souligné M. Erdogan. »

 

Il aura le droit d’emmener la favorite dans ses bagages ? Ils sont pourtant assez sourcilleux sur le chapitre, les Turcs. Mais bah, Bruxelles vaut bien qu’on sache fermer un œil à l’occasion…

 

Et nous y voilà, justement : « De la France, Ankara attend surtout qu'elle mette fin à sa politique d'opposition systématique aux négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. Le blocage de cinq chapitres clés des pourparlers, gelés par M. Sarkozy, pourrait être levé dès juillet, espère la presse turque. »

Bon, alors j’ignore si vous vous en souvenez, mais il me semble que Chirac le calamiteux avait promis-juré un référendum pour apaiser les Français sur cette épineuse question. Mais je t’en fiche, on sait ce que durent ces promesses… Sarkozy, en principe pourtant hostile à cette adhésion inopportune, voulait faire sauter ce verrou du référendum. Mais il n’a pas entièrement réussi, et voilà ci-dessous où en sont les choses. On risque encore de se faire enfumer (rapport à la « bienheureuse soupape de sécurité », ce ne sont pas les précédents qui manquent) et c’est pourquoi il faut rester très vigilant sur la question. En réalité, je compte plus sur l'opposition allemande que sur "nos" élus bien loin d'être représentatifs de quoi que ce soit.

 

Le texte qui suit date du 22 juillet 2008:

 

« La Turquie n’évitera pas un référendum d’adhésion en France

Après moult rebondissements, l’article 88-5 de la Constitution française, tel qu’adopté hier par le congrès, est désormais ainsi rédigé :

« Tout projet de loi autorisant la ratification d’un traité relatif à l’adhésion d’un État à l’Union européenne et aux Communautés européennes est soumis au référendum par le président de la République.

Toutefois, par le vote d’une motion adoptée en termes identiques par chaque assemblée à la majorité des trois cinquièmes, le Parlement peut autoriser l’adoption du projet de loi selon la procédure prévue au troisième alinéa de l’article 89 ».

Autrement dit, le référendum reste la règle pour ratifier un traité d’adhésion, contrairement au souhait du président de la République qui voulait retrouver sa pleine liberté en ce domaine. Mais le front antiturc des députés UMP a tenu bon : simplement, la version de l’article 88-5 adoptée par la commission des lois de l’Assemblée nationale qui imposait un référendum uniquement pour les pays représentant 5 % de la population européenne (en clair, la Turquie et l’Ukraine) a heureusement été supprimée. Si le référendum demeure de droit, une bienheureuse soupape de sûreté a été introduite : si 3/5 des députés et 3/5 des sénateurs le demandent, le traité d’adhésion sera adopté par un congrès (réunissant l’Assemblée et le Sénat) encore une fois à la majorité des 3/5 des présents.

Si la Turquie n’est plus spécifiquement visée, il est clair que seul ce pays aura des difficultés à réunir une telle majorité pour éviter un référendum… »

(http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2008/07/la-turquie-nvit.html)

13/06/2012

LA FAVORITE SE LÂCHE

De mieux en mieux. Dieu sait que Sarkozy, après la calamité Chirac, n’avait pas contribué à redorer le blason de la fonction présidentielle. C’est le moins que l’on puisse dire. Mais là, il faut reconnaître que du côté de la morale et de la vertu incarnées, du côté de la gauche donc, on fait encore plus fort et on arrive à creuser encore plus profond. Pulvérisé, le petit Nicolas !

 

Parce que, si certes la « première dame » n’a pas pu empêcher ses pulsions destructrices à l’égard de son ex-rivale de s’exprimer avec éclat, son jules n’a pas fait tellement mieux. On n’a pas l’air de s’en rendre tellement compte, mais c’est normal, ça, qu’un président de la République – président en principe de tous les Français – redescende de son Olympe pour exprimer sans fard ses petites inclinations électorales perso?

 

Ils font la paire, tous les deux, en fin de compte. D’un côté une favorite, exactement comme sous l’ancien régime, qui s’imagine pouvoir tout se permettre, faire virer qui bon lui semble, etc, etc. Et de l’autre, un ravi tout éberlué de ce qui lui arrive. Qui flotte déjà dans le costard trop grand pour lui que les Français lui ont taillé. Malgré lui et malgré eux. Mais il en fallait bien un et il était là…

 

On roule à tombeau ouvert vers je ne sais quoi au juste. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on y va de plus en plus vite.

 

09/05/2012

PEUR DES MUSULMANS OU DES IMPÔTS ?

« Salon de l’Alya: Affluence de France

Le salon de l’Alyah, organisé et géré par l’Agence Juive, a eu lieu dimanche 06 Mai le jour des élections françaises à l’issue desquelles les Français ont élu François Hollande comme nouveau président remplaçant   Nicolas Sarkozy, considéré comme le choix privilégié de la communauté juive de France.

«Je ne me souviens pas avoir vu un tel nombre de personnes qui s’intéressent à l’Alya depuis les jours où des files de gens se pressaient devant  l’ambassade israélienne à Moscou », a déclaré le président de l’Agence Juive Nathan Sharansky, qui a assisté à la foire.

La foire annuelle attire habituellement environ 2.000 visiteurs, selon l’Agence juive.

La communauté juive française est la plus grande en Europe, avec quelques 500.000 membres, selon l’Agence juive. »

 

(http://www.leptithebdo.net/2012/05/09/salon-de-lalya-affluence-de-france/)

 

Ca, c’est l’info basique. A partir de là, j’ai lu évidemment l’une ou l’autre interprétation, du style « bon voyage » ou son contraire : « c’est terrifiant, tout ça à cause de l’antisémitisme qui règne en France ».

J’observe en premier lieu que tenir ce salon de l’alya pile le jour du second tour était naturellement délibéré, le but étant précisément de placer un nouveau couplet sur l’antisémitisme ambiant et futur. Car, sous Hollande, certains responsables communautaires font mine de craindre le pire. Pourtant on a vu Hollande reçu en grande pompe au dîner du CRIF et il n’avait pas l’air d’avoir les canines trop affûtées.

D’ailleurs, comme il sait où est son devoir, dès avant son élection, il avait assuré se rendre bientôt en Israël…

Comme j’ai déjà consacré plusieurs articles à cette question de l’alya, je ne vais pas recommencer*. Sinon pour repréciser que les candidats au départ peuvent conserver la nationalité française en endossant l’israélienne – ça peut toujours servir.

Donc, en réalité, ce que je crois, moi, c’est que ce sont moins les musulmans qui effraient, que les mesures fiscales promises par Hollande.

Or il existe en Israël une politique fiscale extrêmement favorable pour les nouveaux arrivés (voir lien ci-après). Nul doute – et c’est bien compréhensible – que ces considérations bassement matérielles  ne jouent un rôle décisif dans la décision de certains de transporter leurs pénates de l’autre côté de la Méditerranée. Bien plus que cet "antisémitisme" perpétuellement dénoncé.

D’ailleurs en août 2010, le baron Edouard de Rotschild, principal actionnaire de Libé, a fait également son alya, en compagnie de sa fortune de 300 millions d’euros. Il avait donc tellement peur des musulmans, lui aussi ?

Heureux en tout cas ceux qui disposent de ce pays d’accueil en forme de (presque) paradis fiscal.

http://209.85.229.132/search?q=cache:rdN5LVvQKN8J:www.terredisrael.com/Fiscalite1.php+alya+double+nationalit%C3%A9&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

*http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2010/04/08/ou-est-l-avenir-de-la-communaute-juive-francaise.html

 

http://france-licratisee.hautetfort.com/archive/2007/07/2...

21/05/2011

C’EST RATE POUR CELUI-LA

klaas faber,hollande,nazis,allemagne,israël,bavière,anne kling,france licratiséeLa Bavière vient de refuser l’extradition de Klaas Faber aux Pays-Bas. Il s’agit-là de l’épilogue d’une affaire qui remonte aux années d’après-guerre.

 

Klaas Faber est né en Hollande en janvier 1922, ce qui lui fait à présent 89 ans bien sonnés. Vous lirez dans Wikipédia (anglais http://en.wikipedia.org/wiki/Klaas_Carel_Faber ) le récit de ses activités durant la guerre, aux Pays-Bas, liées en partie à l’assassinat de son père, en juin 1944, par la communiste hollandaise Hannie Schaft. Toujours est-il qu’il est condamné à mort par un tribunal hollandais en 1947, ainsi que son frère Pieter. Ce dernier sera exécuté en 1948, tandis que Klaas Faber voit sa peine commuée en prison à vie. Il s’échappera en 1952 et gagnera l’Allemagne dont il obtient la nationalité. Il s’installe à Ingolstadt en Bavière où il travaillera pour la firme Audi.

 

Deux demandes d’extradition seront présentées par les Hollandais : la première en 1954 et la seconde …. tranquillement cinquante ans plus tard, en 2004 ! Pourquoi et comment s’étaient-ils brusquement réveillés ? Mystère …

 

De toute façon, à la suite de la première demande, un tribunal allemand avait, en 1957, prononcé  un non-lieu pour manque de preuves. Il n’y avait pas de preuves en 1957, mais tout à coup, il y en avait en 2006 ! Car à cette date, les demandes d’extradition se font plus pressantes, se basant sur de nouvelles « preuves ». Le Centre Simon Wiesenthal s’en mêle ouvertement, ainsi que le gouvernement israélien. En août 2010, une pétition initiée par des juristes de l’Etat hébreu aboutit à une demande officielle adressée à la ministre allemande de la Justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger. En novembre de la même année, les autorités néerlandaises émettent un mandat d’arrêt européen contre Faber, mettant en doute la légalité de sa citoyenneté allemande.

 

A ce moment-là, la Bavière avait fait savoir qu’elle examinerait la requête. Car il faut savoir qu’en Allemagne, ce sont les régions, et non le gouvernement central, qui se prononcent sur les demandes d’extradition.

 

La justice bavaroise vient donc de rendre son verdict: elle a refusé l’extradition, opposant ainsi une fin de non-recevoir aux Pays-Bas et un beau camouflet à la ministre allemande qui n’avait pas ménagé ses efforts pour faire plaisir aux Israéliens.

 

L’affaire est donc terminée, ici-bas en tout cas, à la fureur de « l'association américaine des survivants de l'Holocauste et de leurs descendants, [qui] a estimé qu'il s'agissait d'une "offense morale honteuse à la mémoire de ceux qui ont été brutalisés et tués par les nazis et leurs collaborateurs aux Pays-Bas".   

 

"Les victimes de l'occupation des Pays-Bas par les nazis (...) ont été trahies et leur soif de justice méprisée", a ajouté Elan Steinberg, vice-président de l'association. »   

25/11/2010

UN DE PERDU, UN DE RETROUVE

Nous parlions ces jours derniers du décès de Samuel Kunz, qui a plongé dans l’affliction ses persécuteurs qui espéraient un beau procès bien pédagogique pour février prochain. Il a eu le toupet de mourir avant. Raté, donc, pour celui-là. Mais tout n’est pas perdu car un autre se profile aussitôt. Ils en ont combien encore comme ça, dans leur manche ?

J’ai un peu de mal à comprendre : il aurait 60 ans, ce chef SS ? Quel âge ça lui faisait à la seconde guerre mondiale ? Il doit y avoir erreur. Une fois n’est pas coutume.

« Vers l'extradition d'un chef SS ?

Le centre Simon Wiesenthal a appelé l'Allemagne à extrader l'ancien SS hollandais Klaas Faber, 60 ans, déjà sous le coup d'un mandat d'arrêt hollandais. Faber, responsable de la mort de 22 personnes, avait fui en Allemagne après sa condamnation à mort en Hollande prononcée en 1952.

A Berlin, les responsables du ministère de la Justice, qui affirment réfléchir à la mise à exécution de la sanction pesant sur l'assassin, se penchent sur la possibilité d'emprisonner Faber après sa condamnation.

Ce n'est pas la première que des appels à extrader le criminel nazi se font entendre. En effet, le gouvernement hollandais a plusieurs fois réclamé officiellement son extradition afin qu'il puisse purger sa peine.

Selon Efraim Zuroff, chasseur de nazis au centre Simon Wiesenthal, "l'échec allemand quant à l'extradition de Faber vers la Hollande reflète une anomalie qui doit être corrigée, afin de pouvoir rendre justice". »

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993724768&a...