Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2007

HIROSHIMA, NAGASAKI…. ET TOUJOURS BONNE CONSCIENCE

ea443860d3dbaf9159c80cb0d46c5ca1.jpgCe n’est pas l’Allemagne nazie, ni l’Iran, ni aucun des pays généreusement inscrits sur la liste de l’ «axe du mal » qui se sont rendus coupables d’un crime absolument inédit dans les annales de l’humanité, mais bel et bien les Etats-Unis.

Ils restent à ce jour les premiers et les seuls à avoir utilisé l’arme atomique, qui plus est contre des populations civiles. Il y a 62 ans, le 6 août 1945, l’horreur absolue s’abattait sur Hiroshima et trois jours plus tard, comme si la démonstration n’était pas suffisamment concluante, sur Nagasaki. Des crimes dont, curieusement, on ne nous rebat pas les oreilles, comme d’autres, matin, midi et soir.

Il faut croire que le monde devait être vraiment knock-out après ce terrifiant conflit mondial et blasé par toutes sortes d’horreurs, car rares furent les voix de protestation à l’annonce des bombardements atomiques. En France, l’une de ces quelques voix sera celle d’Albert  Camus qui écrira dans son éditorial de Combat: « Qu'on nous entende bien. Si les Japonais capitulent après la destruction d'Hiroshima et par l'effet de l'intimidation, nous nous en réjouirons. Mais nous nous refusons à tirer d'une aussi grave nouvelle autre chose que la décision de plaider plus énergiquement encore en faveur d'une véritable société internationale où les grandes puissances n'auront pas de droits supérieurs aux petites et aux moyennes nations, où la guerre, fléau devenu définitif par le seul effet de l'intelligence humaine, ne dépendra plus des appétits ou des doctrines de tel ou tel État. Devant les perspectives terrifiantes qui s'ouvrent à l'humanité, nous apercevons encore mieux que la paix est le seul combat qui vaille d'être mené. Ce n'est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l'ordre de choisir définitivement entre l'enfer et la raison. »

Tout avait commencé en août 1939 par une lettre d’Albert Einstein au président Roosevelt, lui demandant d’intensifier recherches et financement, de crainte d’être distancés par l’Allemagne : «… Il est devenu possible d'envisager une réaction nucléaire en chaîne dans une grande quantité d'uranium, laquelle permettrait de générer beaucoup d'énergie et de très nombreux nouveaux éléments de type radium. Aujourd'hui, il est pratiquement certain que cela peut être obtenu dans un futur proche. »

A la suite de cette lettre sera mis en place le Manhattan Project qui, de 1941 à 1945, va mobiliser près de 140 000 personnes et engloutir un énorme budget. Ce ne sera pas en vain. En juillet 1945, trois bombes sont prêtes. L'une d'elle, au plutonium, est testée le 16 juillet 1945 à Alamogordo, dans le désert du Nouveau Mexique.

5de0f9375a126a76bb5f76b7801c3dfa.jpgL’essai réussi, il s’agit à présent de passer à la phase de démonstration in vivo. Après un ultimatum lancé contre le Japon, et rejeté par celui-ci, Little Boy, bombe atomique à l'uranium 235, est lâchée à 8h15 du matin sur Hiroshima par un bombardier B-29, surnommé Enola Gay. Elle explose en faisant 70 000 morts sur le coup et 200 000 morts par la suite. Le 9 août 1945, à Nagasaki, Fat Man, bombe au plutonium 239, explose en faisant cette fois 40 000 morts immédiates et 120 000 morts au total. A la fin du XXe siècle, on estime que 300 000 survivants souffraient encore des séquelles de ces deux explosions.

Etait-il vraiment nécessaire, pour terminer la guerre, et amener à la capitulation un pays d’ores et déjà largement battu et presque à genoux, d’en arriver à de telles extrémités et franchir ce pas décisif vers la sauvagerie totale ?

Truman dira dans ses mémoires qu’il voulait surtout faire peur à l’URSS. Pour cela, ce grand démocrate n’hésitera pas à sacrifier froidement des populations civiles, qui seront brûlées vives ou irradiées.

"Il demeure historiquement établi, et c'est ce fait qui devra être jugé dans les temps à venir, que la question de savoir s'il fallait ou non utiliser la bombe atomique pour contraindre le Japon à capituler, ne s'est même pas posée. L'accord fut unanime, automatique, incontesté autour de notre table", écrira Winston Churchill, dans La Deuxième Guerre mondiale.

Pourquoi une deuxième bombe sur Nagasaki ? "La discussion sur l'utilisation de la bombe était close. On avait non seulement décidé que la nouvelle arme serait employée, mais aussi que les deux bombes disponibles début août seraient lancées. La destruction des deux villes d'Hiroshima et Nagasaki a été le résultat d'une seule discussion.", dira Stimson, secrétaire d'État à la guerre de 1940 à 45.

Le président Truman, quant à lui,  annoncera Hiroshima à la radio  en ces termes : "(...) La bombe atomique permet d'intensifier d'une manière nouvelle et révolutionnaire la destruction du Japon. Sa force relève de la force élémentaire de l'univers, de celle qui alimente le soleil dans sa puissance. Cette force vient d'être lancée contre ceux qui ont déchaîné la guerre en Extrême-Orient .

Nous avons maintenant deux grandes usines et plusieurs établissements se consacrant à la production de la puissance atomique. Le nombre des employés , au plus fort de la construction, a atteint 125 000 et plus de 65 000 personnes sont encore engagées maintenant dans ces usines. Nous avons dépensé deux milliards de dollars et couru le plus grand risque scientifique de l'histoire. Nous avons gagné.  Le fait que nous soyons en mesure de libérer l'énergie atomique inaugure une ère nouvelle dans la compréhension de la nature.

Je vais proposer au Congrès de prendre immédiatement en considération la création d'une commission de contrôle pour la production et l'usage de l'énergie atomique aux Etats-Unis. D'autre part, je vais recommander au Congrès d'examiner dans quelles conditions l'énergie atomique pourrait devenir un instrument puissant du maintien de la paix mondiale. »

62 ans plus tard, ces éternels donneurs de leçons sont toujours aussi dangereux…