Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2007

KITTY HARRIS, UNE ESPIONNE ACCOMPLIE

La suite des démêlés de Louis, baron de Rothschild, avec la Gestapo de Vienne attendra bien demain. Comme je l’ai déjà dit, je regarde très peu la télé, mais par contre, je lis attentivement les programmes. C’est par là qu’est infusé le bourrage de crâne quotidien. Je suis rarement déçue.

 

Hier soir, Arte promettait un « inédit » : La Croix-Rouge sous le IIIe Reich, « synthèse désolante des (non)agissements de l’institution à l’époque », dénoncée par Claude Lanzmann. Même la Croix-Rouge s’y était mise, c’est tout dire ! Au fait, quelqu’un est-il capable de me dire si la Croix-Rouge avait été admise dans les camps bolcheviques ? Je serais très curieuse de le savoir.

 

Mais ce n’était pas tout. La chaîne Histoire, elle, nous proposait un destin exceptionnel : celui de Kitty Harris, une vie d’espionne, assorti du résumé suivant : « Américaine, Kitty Harris, née de parents ouvriers russes, a pu devenir une espionne accomplie au service de l’Union soviétique ».

Une espionne accomplie, c’est sympa comme qualificatif, non ?

 

Allez savoir pourquoi, ça a fait tilt dans mon (mauvais) esprit et j’ai eu tout à coup très envie d’en savoir un peu plus sur cette espionne américaine accomplie née de parents russes.

Je suis sûre que vous mourrez d’envie d’en savoir plus, vous aussi, alors voilà :

ea10d521e1bd71c9cbfc9466a4e13c10.jpg

 

Kitty Harris est née à Londres dans une famille juive qui n’a pas tardé à émigrer à Winnipeg au Canada. Là, elle devient dans un premier temps socialiste et membre très actif des Industrial Workers of the World. Elle rejoint ensuite le parti communiste américain en 1923 et entame une liaison avec son chef, Earl Browder, qui avait des liens étroits avec Moscou. 

Elle travaillera en Chine avec lui à partir de 1928. Remarquée par le Komintern, elle démarrera une brillante carrière d’espionne au profit des bolcheviques, dans divers lieux, notamment à Berlin et en Angleterre où elle animera un réseau d’espions, et sous diverses identités, puisqu'un livre intitulé L'espionne aux dix-sept noms lui sera consacré en 2001 (en anglais).

 

En 1941, elle est envoyée aux Etats-Unis, dans le cadre d’une opération de pénétration contre le Manhattan Project, projet destiné à développer la bombe atomique américaine. En 1943, elle exercera ses talents à Mexico. Elle participera également à l’opération Venona (décryptage des messages codés envoyés par les soviétiques) sous le nom de code d’Ada ou Aïda.

Elle mourra quelques années après la guerre, en Union soviétique, de problèmes mentaux et d’alcoolisme.

Voilà, très brièvement résumés, les exploits d’une espionne accomplie au service des bolcheviques.