Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2007

COMMENT FAIRE DU NEUF AVEC DU VIEUX : VIEILLE RECETTE FRANCAISE

On a vu hier, de manière quasi caricaturale, à quel point le système entend se perpétuer en modifiant le moins de choses possible. Il ne se donne même pas la peine de changer de têtes, à quoi bon ? Bon nombre de reconduits, qui figuraient dans les gouvernements précédents, n’y ont laissé strictement aucun souvenir. Il est donc facile de les faire passer pour neufs.

J’en discutais hier avec mon mari, qui me rétorquait que oui, bon, d’accord, mais enfin, ces gens n’étaient quand même pas n’importe qui. Pour devenir ministre, il fallait, c’est évident, des compétences qui n’étaient pas à la portée de tout un chacun.

Il ne faisait là que reprendre à son compte ce qui est profondément inscrit dans le crâne de la plupart de nos compatriotes, et qui permet au système de perdurer. Ils voient pourtant que le pays va de plus en plus mal, ils constatent que ce sont les mêmes qui sont aux commandes et se repassent les plats depuis trente ans, sous leur nez. Eh bien, malgré tout, ils continuent à éprouver une espèce de révérence devant cette caste d'intouchables apparemment destinée à régner de toute éternité. Sans même avoir une obligation de résultat.

0a7184d267cd033bc072e0d0a8fa538e.jpgBref, cela m’a donné l’idée d’aller voir d’un peu plus près si les diplômes et professions exercées dans le civil par ces messieurs-dames (lorsque professions il y a) justifiaient pareille prétention d’un côté et pareille révérence de l’autre. Je vous livre le résultat de mes recherches. Loin de moi l’idée de croire que les  diplômes sont forcément liés à l’intelligence et à la compétence. Nous savons tous que c’est loin d’être le cas. De toute manière, pour réussir en politique à l'heure actuelle, il faut satisfaire à d'autres critères et faire preuve d'autres aptitudes qui ne sont pas, c'est vrai, données à tout le monde.

 

Ce qui suit est juste un petit exercice qui nous permettra de mieux situer les personnages à qui nous aurons affaire dans les années (ou mois) qui viennent. Certains se sont montrés très lapidaires dans leur CV, où il n'est question que d'"études" et non de diplômes. Leur modestie est tout à leur honneur.

-         François Fillon : DEA en droit public et DEA en sciences politiques

-         Alain Juppé : agrégation de lettres classiques  - ENA

-         Michèle Alliot-Marie : docteur en droit et en sciences politiques – CAPA (certificat d’aptitude à la profession d’avocat)  –  maîtrise d’ethnologie

-         Bernard Kouchner, médecin

-         Xavier Darcos, professeur agrégé de lettres classiques

-         Dominique Bussereau, conseil en entreprises

-         Christine Lagarde :  DESS de droit social  –  maîtrise d’anglais

-         Roselyne Bachelot-Narquin, pharmacienne

-         Xavier Bertrand : diplômé en droit, agent d’assurances

-         Brice Hortefeux : maîtrise en droit public

-         Jean-Louis Borloo : licences en droit, philosophie, histoire et sciences économiques

-         Eric Woerth : ancien élève de HEC Paris et de l’Institut d’études politiques de Paris

-         Hervé Morin : administrateur à l’Assemblée nationale

-         Eric Besson : études à l’Ecole supérieure de commerce de Montpellier puis Institut d’études politiques de Paris

-         Christine Boutin, journaliste

-         Jean-Pierre Jouyet : diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris  –  ENA

-         Roger Karoutchi, inspecteur général de l’éducation nationale

-         Martin Hirsch : DEA de neurobiologie  –  ENA

-         Valérie Pécresse : diplômée HEC  –  ENA

-         Christine Albanel : professeur agrégée de lettres

-         Rachida Dati : maîtrises en sciences économiques et en droit public. A déclaré à son arrivée place Vendôme : Je suis le symbole de la France. Elle a raison, son parcours, particulièrement atypique et fort instructif, en témoigne.

J'allais oublier le premier d'entre eux. Nicolas Sarkozy: diplôme de droit public et de sciences politiques  - maîtrise de droit privé  -  CAPA

21/05/2007

DROLE DE BIG-BANG GOUVERNEMENTAL!

7cfd0d40f353a6e0423bbdaedf0e0f28.jpgSans rire, c’est ainsi que j’ai entendu qualifier le nouveau gouvernement ! Il va falloir que je vérifie dans le dictionnaire, car la définition du big-bang a dû changer depuis peu. Ou alors,  j’ai raté un épisode du feuilleton.

Ceci dit, les excellences qui nous gouvernent auraient tort de se gêner car les Français, qui ont décidément la mémoire encore plus courte que les idées, n’y voient que du feu et trouvent ça très bien. Il est vrai que lorsqu’un peuple ne vit plus que dans la satisfaction immédiate de besoins strictement consuméristes, tout ce qui s’est passé avant 2005 est déjà de l’histoire ancienne.

Donc, en route pour le changement et la « rupture » promis. Attachez vos ceintures, vous allez être servis :

-     François Fillon, ex ministre du travail, ex ministre de l’éducation nationale

-         Alain Juppé, longue carrière qu’il est inutile de rappeler, ex condamné, mais pas pendant longtemps

-         Michèle Alliot-Marie, ex ministre de la défense (entre autres)

-         Bernard Kouchner, on s’est déjà intéressés à lui, on n’y reviendra pas pour le moment

-         Xavier Darcos, ex ministre délégué à l’éducation nationale

-         Dominique Bussereau, ex secrétaire d’état au budget

-         Roselyne Bachelot-Narquin, ex ministre de l’environnement (entre autres)

-         Christine Lagarde, ex ministre déléguée au commerce extérieur (très sensible aux intérêts des multinationales, on n’a pas fini de bouffer des OGM)

-         Xavier Bertrand, ex ministre de la santé

-         Brice Hortefeux, ex ministre de Villepin

-         Jean-Louis Borloo, idem

-         Eric Woerth, ex secrétaire d’état sous Raffarin (autant dire dans une autre vie)

Edifiant, non ? Bonjour la rupture. Mais ce n’est pas fini, car les autres sortent exactement du même moule si je puis dire :

-         Hervé Morin, député UDF depuis 1998

-         Eric Besson, député socialiste depuis 1997

-         Christine Boutin, députée depuis des lustres (c’est elle qui brandissait sa bible dans l’hémicycle pendant les débats sur le PACS)

-         Jean-Pierre Jouyet, a fait toute sa carrière dans les cabinets de gauche

-         Roger Karoutchi, ancien député européen, sénateur

-         Martin Hirsch, ancien directeur de cabinet de Bernard Kouchner

-         Valérie Pécresse, députée et fille de Dominique Roux, président de Bolloré Télécom (le monde est petit, on n’y peut rien)

-         Christine Albanel, proche de Chirac et belle-sœur de Villepin (même réflexion que ci-dessus)

Reste Rachida Dati, qui a eu la chance extraordinaire – un vrai conte de fées – de bénéficier pendant toute sa courte mais brillante carrière, de la protection d’un ange tutélaire : Simone Veil soi-même. Allons, ne me dites pas que cela vous étonne, je ne vous croirais pas…

Alors bon, quand je considère cette liste, je me dis vraiment que ces gens-là prennent les Français pour des cons. Et le pire, c’est qu’ils ont raison. Puisque ça marche. Pour l’instant encore. La question à mille francs à présent, c’est de savoir comment tout cela va finir.