Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2009

SORTEZ VOS MOUCHOIRS !

 

Vous allez en avoir besoin, car la société Disney s’apprête à produire un film sur … Anne Frank. Oui, oui, un film sur le Journal d’Anne Frank et la pièce qui en a été tirée. On ne sait pas encore quels seront les interprètes, mais on connaît déjà le réalisateur : David Mamet.

 

Ce dernier est né dans une famille juive originaire de Russie. Wikipédia nous apprend qu’en plus de ses films, il a également écrit sur le judaïsme et la culture juive, sur la haine de soi juive et l’antisémitisme, « ses livres les plus récents dans le domaine étant The Old Religion, un roman sur le lynchage de Leo Frank, accusé d'avoir violé et tué une jeune fille dans son usine (en réalité, une version moderne de l'accusation de crimes de sang contre les Juifs ». Tiens, encore un Frank.

 

S’agissant de la « version moderne de l’accusation de crimes de sang contre les Juifs », c’est peut-être aller vite en besogne. L’affaire Leo Frank est évoquée dans ce blog, en date du 17/08/07. En réalité, elle n’a jamais été résolue, malgré le témoin de toute dernière heure, tombé inopinément du ciel … 69 ans après les faits ! Pile au moment où l’Anti-Defamation League demandait la réhabilitation de Frank. Mais est-ce que ça compte, ça, 69 ans, quand la Justice avec un grand J est en marche ?

 

Bon, ceci juste pour situer un peu le réalisateur qui va nous concocter ce nouveau film destiné à la jeunesse, qu’il convient d’éduquer dès le berceau, n’est-ce pas ?

 

Ah, il est loin le temps où le grand Walt ne songeait qu’à faire rêver, et y réussissait merveilleusement. Maintenant, la maison Disney fait dans le politiquement correct et le bourrage de crâne dès l’enfance. Vous ne serez pas étonné d’apprendre, je pense, que son PDG actuel, Robert Iger, est né dans une famille juive américaine. Tout comme son prédécesseur, qui l’a confortablement installé dans ce fauteuil avant de s’en aller, Michael Eisner.

 

Maintenant, histoire de faire plus encore rêver nos chères têtes blondes, on pourrait peut-être suggérer à la société Disney de consacrer un autre film aux millions d’enfants morts de faim et du typhus pendant l’Holodomor en Ukraine. Ca ferait un bon sujet également, et ça se passait juste douze ans avant les malheurs d’Anne Frank, morte aussi du typhus à Bergen-Belsen.