Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2009

L’IMMIGRATION, UNE CHANCE POUR ISRAEL

Je reviens sur le sujet d’hier car, vous serez d'accord avec moi, il soulève des questions fort intéressantes. Sans compter que c’est un domaine que nous connaissons bien, nous autres Français. Grâce surtout, rendons-lui cette justice, à la LICRA et consorts.

 

Mais oui, c’est elle – et la ribambelle de ses amis - qui nous a ouvert les yeux sur les splendeurs du droit à la différence, les richesses incalculables nichées en tout étranger nous faisant l’honneur de bien vouloir s'installer chez nous. Sans les efforts inlassables de tous ces gens désintéressés, est-il sûr que nous nous en serions rendu compte par nous-mêmes ?

 

C’est pourquoi, devant cette fois l’incompréhensible mutisme de la LICRA – et autres CRIF – sur ce sujet tellement sensible, j’ai envie de tirer la sonnette d’alarme et de prévenir solennellement Israël. Attention ! Sans vous en rendre compte, une véritable catastrophe vous guette !! En vous privant ainsi inconsidérément de 300 000 immigrés clandestins (tiens, ils ne sont pas sans papiers, eux, ils ont de la chance), vous vous privez d’autant de chances incroyables pour l’avenir. Toutes ces forces, toutes ces richesses que vous rejetez sans réfléchir à la mer, y avez-vous pensé ?

 

Vous ne voulez donc pas vous enrichir à leur contact ? Comme nous? Positivement incroyable. Il n’y a donc pas de LICRA chez vous pour vous garder dans le droit chemin ? Pas de Bernard Stasi pour pondre un livre définitif sur le sujet ?

 

Vous n’allez quand même pas nous faire croire que vous seriez … xénophobes ?? Non, non, laissez ça à ces sales racistes de Français. Ces sales racistes qui ont quand même, dans un moment d’aberration – en 1976, merci Chirac – autorisé le regroupement familial. Alors que vous, si j’ai bien compris, vous en seriez plutôt à l’expulsion familiale.

 

Non, non, nous vous empêcherons de commettre l’irréparable. Gardez précieusement ces forces vives, tout comme nous l’avons fait nous-mêmes, vous en aurez tellement besoin à l’avenir. Si, si, vous verrez, un jour vous nous remercierez.

03/08/2009

FAITES COMME JE DIS, MAIS SURTOUT PAS COMME JE FAIS

Je suis choquée. Il doit sûrement s’agir d’un malentendu et j’attends avec beaucoup d’espoir (c’est mon côté angélique) le démenti qui ne saurait tarder.

Enfin, voilà quand même l’info, à prendre, je le répète, avec des pincettes : 300 000 immigrés illégaux vont être expulsés de la Terre Promise ! Pas de France, non, non, il ne faut rien exagérer, mais de la vraie Terre Promise : Israël !  

 

Evidemment, je me suis précipitée sur le site du CRIF afin de me rassurer et d’entendre leurs protestations outrées. Rien. Du coup, j’ai foncé sur celui de la LICRA. Eh bien, vous me croirez si vous voulez, rien non plus. On  est au mois d’août, d’accord, mais quand même …

 

Il ne me reste plus qu’à répercuter cette incroyable nouvelle moi-même. Sachez donc que l’Etat d’Israël vient de créer une nouvelle Autorité israélienne de l’immigration au sein de laquelle l’Unité d’exécution – la bien nommée – porte le doux nom d’Oz. Rien à voir avec les fééries hollywoodiennes, le mot signifie audace en hébreu. Ces audacieux, au nombre de 200, jouissent de pouvoirs de police fort étendus. Leur objectif avoué est de mettre à la porte du pays 300 000 immigrés, familles comprises. Mais attention, hein ! « Les consignes ont été données pour que les expulsions se fassent de la façon la plus humaine possible ». Ce qui change tout, vous en conviendrez.

Comment opèrent-ils ? Simple. Pour rendre sa tâche plus humaine, « Oz prévient les clandestins par tracts, courriers ou appels, afin de les avertir de leur sort imminent. L’objectif est de leur donner la possibilité de quitter le pays de leur plein gré. » Créée en juillet dernier, l’Autorité a déjà à son actif 800 expulsions – de plein gré ou à l’insu de leur plein gré - en trois semaines. Pas mal, non ?

 

Je lis que « comme d’autres pays occidentaux, l’Etat hébreu se refuse à « accueillir toute la misère du monde » alors qu’il fait office d’oasis pour ces populations qui cherchent à se construire un avenir meilleur. Traversant au péril de leur vie la frontière apparemment poreuse du Sinaï égyptien, les populations arrivent en Israël où elles trouvent du travail, et parfois un logement à des prix exorbitants. »

 

Je crois vaguement me souvenir que lorsque nous – l’abominable « extrême-droite » - évoquions pour notre pays l’impossibilité d’accueillir toute la misère du monde, nous nous faisions traiter de racistes et de nazis par la LICRA qui a imposé ses vues sur le sujet pendant trente ans.

 

Mais oui, trente ans, déjà : en 1978, face au souhait gouvernemental de réglementer plus sévèrement le séjour des étrangers, on entendait déjà la LICRA rappeler vertueusement que cette nouvelle réglementation « est intolérable parce qu’elle rompt avec la tradition française d’hospitalité. Parce qu’elle légalise des pouvoirs administratifs discrétionnaires. Parce qu’elle augmente l’insécurité des étrangers déjà traumatisés par le racisme, les discriminations de toutes sortes. (…) La LICRA, devant cette situation, a alerté ses parlementaires de l’opposition et de la majorité, les invitant à amender le projet et à défaut, à s’y opposer ». Etc, etc, etc.

 

Ce n’était là que le tout début  d’une pression énorme qui a réussi à transformer complètement le visage de notre pays. Ce qui était parfaitement voulu et délibéré.

Mais pas question de ça en Israël, vous plaisantez ?