Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2010

CE QUI S’APPELLE CAUSER POUR NE RIEN DIRE

La France « veut ». C’est bien joli de vouloir, mais pouvoir, c’est mieux. Et là, on serait plutôt aux abonnés absents. Alors, pour le fun, rappelons quelques déclarations tonitruantes, récentes ou moins, qui doivent plutôt faire sourire du côté de Téhéran :

 

« La France veut des sanctions avant la fin du mois d’avril »

 

88.jpg« Nicolas Sarkozy a souhaité mardi 13 avril 2010 que le Conseil de sécurité des Nations unies adopte de nouvelles sanctions contre l'Iran dès "avril" ou "mai", "pas plus tard", pour pousser Téhéran à suspendre ses activités nucléaires potentiellement militaires.

 

"Il me semble qu'un calendrier raisonnable pour l'obtention de ces sanctions à l'ONU, c'est avril ou (..) mai, pas plus tard", a déclaré le président français lors d'une conférence de presse dans le cadre du sommet sur la sécurité nucléaire de Washington. La question du programme nucléaire iranien a été très discutée entre les chefs d'Etat et de gouvernement en marge de la conférence.

La France et les Etats-Unis sont "absolument sur la même ligne", a rappelé M. Sarkozy, estimant que "la minute de vérité approche".

 

Le président Nicolas Sarkozy a proposé, enfin, « à ses partenaires que les dirigeants de pays qui fourniraient intentionnellement des matières nucléaires à des groupes terroristes soient tenus pour responsables et qu’ils puissent être poursuivis et jugés par un tribunal international sous l’égide de l’Onu ».

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=19764&artyd=5

 

Mais pas plus tard, hein ! Sinon, je me fâche.

En septembre 2009, au sommet du G20, le même faisait déjà les gros yeux : « Ne laissons pas les dirigeants iraniens gagner du temps pendant que les centrifugeuses tournent. Et, si d’ici au mois de décembre, il n’y a pas un changement profond de politique de la part des dirigeants iraniens, des sanctions devront être prises, il en va de la paix et de la stabilité. »

 

Et en août 2007, déjà, il était très ferme : "Un Iran doté de l'arme nucléaire est pour moi inacceptable", a déclaré le président français à l'occasion de la Conférence annuelle des ambassadeurs, réunis à Paris. »

 

Paroles, paroles, paroles …. (sur l’air de Dalida).

Notez que je le comprends, cet homme : gloser sur l’Iran est plus confortable que s’occuper des problèmes de ces abrutis de Français, qui en remerciement,  ne peuvent même pas le sacquer. De quoi vous dégoûter de leur sacrifier les plus belles années de sa vie.