Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2012

VALERIE IGOUNET/ROBERT FAURISSON

41HiLqPgcCL__SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

Marc Knobel, le commissaire politique du CRIF, se fend ce jour d’un long article pour nous révéler tout le bien qu’il pense du livre de Valérie Igounet paru ces jours-ci, ouvrage qui se propose d’offrir aux foules le « portrait » véridique d’un innommable nommé Robert Faurisson. Elle semble garder une sévère dent contre lui depuis l’époque, 2000, où elle avait publié une Histoire du négationnisme en France. Robert Faurisson sera sans doute touché, et honoré, de tant d’attention. Et d’un livre pour lui tout seul. L’auteur semble oublier que le mieux est l’ennemi du bien. Attention aux effets boomerang.

 

Sans vouloir entrer dans ce débat, je m’interroge quand même sur l’impérieuse nécessité de noircir des bouquins entiers pour démolir des thèses qui nous sont présentées comme autant d’élucubrations et de délires antisémites. En bonne logique, puisqu’elles sont si débiles, un haussement d'épaule devrait suffire. Avait-on besoin d’une loi pour cela ?

 

A la lecture de l’article de Knobel (lien ci-dessous), vous comprendrez que l’auteur est allée farfouiller dans le passé familial, professionnel, etc, de Faurisson, pour nous livrer un diagnostic imparable : c’est un fasciste et un antisémite. Y a même des gens de sa famille qui sont au Front national, c’est tout dire ! Bon, et alors ? On s’en fout, de ce qu’il est. Il a bien le droit de penser ce qu’il veut. Ou alors, c’est déjà défendu ? Occupons-nous plutôt des thèses qu’il défend et voyons si on peut les démolir une bonne fois pour toutes. Ce ne serait pas ça, l’important ? Et la vraie démarche scientifique de l’historien ?

 

Pour éclairer votre lanterne, vous trouverez ci-après un autre lien qui vous conduira au texte de l’entretien de Valérie Igounet avec Robert Faurisson, en date du 5 mai 2000.

 

http://www.crif.org/fr/node/30345

http://robertfaurisson.blogspot.com/2000/05/valerie-igounet-et-son-histoire-du.html

Et pour finir, voici quelques extraits des réponses de Mme Igounet lors d’un forum du Nouvel Observateur, en date du 26 janvier 2004 :

 

« Question de : Internaute

Pourquoi un débat public n'a-t-il jamais eu lieu en France entre historiens et négationnistes ?

Réponse : Il n'y a jamais eu de débat public en France parce que les historiens déconsidèrent et méprisent les négationnistes. On ne peut débattre avec des personnes qui utilisent le mensonge comme centre de leurs discours.

Question de : Internaute

Est-ce mépriser, dénigrer, insulter la communauté juive (pour le simple fait qu'elle soit juive) de contester l'existence d'un plan d'extermination de la population juive pendant la 2ème guerre? Pour faire court, est-ce antijuif?

Réponse : A votre avis ?

Question de : Internaute

Pour quelles raisons principales les négationnistes sont-ils des menteurs?

Réponse : Les négationnistes sont des menteurs parce que leur discours dépend, répond avant tout à leur idéologie. Le négationnisme n'a aucun fondement scientifique. On part du postulat : "Les chambres à gaz n'ont jamais existé" et on développe son pseudo-discours à partir de cet item.

Question de : Internaute

Vous n'êtes pas un peu politiquement correcte par hasard ?

Réponse : Vous croyez ?

Question de : Internaute

Lorsque les Temps Modernes parlaient, en juillet 1946, à propos du procès de Nuremberg, de "contes de bonne femme" et de "l'outrecuidance de vouloir prévenir le jugement de l'avenir", n'y avait-il pas déjà là un peu de révisionnisme ?

Réponse : Il faut savoir qu'à la découverte des camps nazis, l'ignorance était totale*. Il a fallu des années pour pouvoir avoir une idée précise sur ce qu'a été le génocide.

Question de : Internaute

L'holocauste a-t-il existé vraiment ? Pourquoi des condamnations sévères frappent-elles les historiens qui tentent de développer des thèses différentes ? Y a-t-il eu autant de morts Juifs ? Les chiffres cités faisant souvent l'objet d'âpres contestations.

Réponse : "Pourquoi des condamnations sévères frappent-elles les historiens qui tentent de développer des thèses différentes ?" Ce n'est pas parce qu'on prétend être historien qu'on l'est. Ces gens dont vous parlez sont tout sauf historiens.

Question de : Internaute

Le N° spécial du Nouvel Obs sur la Shoah n'apporte aucun élément susceptible de lever le doute. A votre avis, pourquoi ?

Réponse : Parce qu'il y a eu génocide.

Question de : Internaute

Peut-on, comme vous l'avez brillamment fait, retracer l'histoire du négationnisme sans se trouver parfois ébranlé par certains arguments, certaines dénégations de témoignages? Ou, au contraire, la fréquentation assidue de ces textes, de la récurrence systématique de leurs propos, contribue-t-elle à une certaine nausée INTELLECTUELLE?

Réponse : Avoir lu ces textes pendant des années m'a fortifié dans l'idée que ce discours repose sur un délire idéologique et il est évident que ce n'était pas une partie de plaisir.

http://tchat.nouvelobs.com/societe/forum_avec_valerie_igounet,20081210163422663.html

 

*Puisque l’ignorance était totale, ce qui est exact, pourquoi donc ne cesse-t-on jamais de faire néanmoins grief aux Français de leur soi-disant passivité devant le sort des juifs ?