Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2010

A QUOI SERT L’ARGENT PUBLIC

 

Un correspondant m’envoie l’article suivant paru dans Le Progrès de Lyon. Il serait très intéressant – un de mes distingués lecteurs devrait s’y coller – de faire le tour des collectivités françaises accordant généreusement de l’argent public à ce type de voyage de première nécessité afin d’établir nos petites statistiques, qui ne manqueraient certainement pas d’intérêt.

 

« TROIS QUESTIONS A Danielle Chuzeville

le 13.01.2010


« À Auschwitz, pour que les élèves puissent témoigner »

 

Pourquoi le Département emmène-t-il 150 collégiens à Auschwitz ce mercredi ?

Nous le faisons depuis une dizaine d'années dans le cadre du devoir de mémoire. Il faut trouver des gens qui puissent témoigner quand les rescapés ne seront plus là.

 

Comment sont choisis les collèges participants ?

Les collèges déposent un dossier dans lequel ils expliquent leurs motivations - chaque élève fait une lettre - et la façon dont le voyage sera restitué. C'est un jury composé de représentants du Département et de rescapés des camps qui fait le choix, avec avis déterminant des survivants. Nous avons eu une trentaine de candidatures de collèges cette année, pour quinze retenus. Depuis le début de l'opération, presque tous les collèges du Rhône sont allés au moins une fois à Auschwitz.

 

En ces périodes de rigueur budgétaire, l'opération peut-elle être remise en cause ?

Il n'y a pas de raisons. Le voyage revient à 100 000 euros au Département. Tant que les survivants sont partants, je pense que l'on continuera. Car c'est le lien entre eux et les collégiens de 3e que l'on essaye de privilégier. Les rescapés se rendent dans les établissements, et accompagnent la visite. Ce sont des moments poignants pour les élèves ».

 

Poignants pour les élèves? Je n'en suis pas vraiment persuadée. Très douloureux par contre pour le contribuable, ça, c'est sûr. Mais, comme d'habitude, on ne lui a pas demandé son avis.

 

Source: http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/2569697,184/Danielle-Chuzeville.html