Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2009

LA CLASSE POLITIQUE SE FOUT DE LA GUEULE DU MONDE

Bon, ce n’est pas un scoop, ce que je vous raconte là, et vous le savez aussi bien que moi. La démocratie a fait place depuis belle lurette à une oligarchie cramponnée à ses privilèges et à ses passe-droits. A l’intérieur de ce système, « droite » et « gauche » confondues et pour cause, on se soumet à ceux qui tirent les ficelles ou on se démet. Comme le fromage est bon, on se soumet.

La dernière péripétie concernant Dati en administre une preuve absolue. Rien pour nous étonner, du reste. Mais il y a parfois des gouttes d’eau qui font déborder la vase.

A ce propos, je lisais sur le forum du Figaro le commentaire suivant :

« J'en avais tellement marre de ces politiciens pourris, cumulards, arrogants, que j'ai fichu le camp au Québec il y a 21 ans. Et je ne m'en porte que mieux. Voilà un pays où il fait bon vivre, où le Maire de votre ville l'est à plein temps. Il y a même trois catégorie différentes de partis politiques: fédéral, provincial et municipal. Cela donne des politiciens qui exercent un seul mandat, à temps plein. Les maires sont joignables, les députés sont soit à l'assemblée nationale soit dans leur bureau de circonscription. Notre problème en France, c'est que les politiciens se sont constitués en caste. Ils sont totalement coupés des réalités. Plusieurs ministères du Gouvernement du Québec ont leurs bureaux au centre-ville de Montréal, au complexe de bureaux et commercial nommé Complexe Desjardins. Il m'arrive régulièrement d'y croiser des ministres prenant une pause café comme Monsieur tout-le-monde. C'est peut-être une des raisons pour laquelle le Québec et le Canada sont très souvent dans le peloton de tête pour l'IDH. Quand on se consacre à une seule mission, on a plus de chances de bien la remplir. A tous nos politiciens cumulards qui se croient irremplaçables, je leur servirais en guise de réponse la phrase attribuée au Général: le cimetière est plein de gens irremplaçables ».

L’IDH est un indice international de développement humain. Sans estimer pour autant que le Québec est le meilleur des mondes, ce commentaire met le doigt sur LE problème n°1 de ce pays. Qui n’est pas l’antisémitisme, n’en déplaise à certains. Mais une classe politique qui ne représente plus rien d’autre que ses propres intérêts. Et qui empêche soigneusement l’émergence de toute opinion divergente.

Les Français ont fini par le percevoir, plus ou moins clairement. C’est la raison de l’abstention grandissante à tous les scrutins. A quoi bon aller voter, puisque rien ne changera de toute façon ? Mais ils se sentent totalement désarmés. Que faire ?

Il est exclu de penser qu’une réforme profonde de ce système pourri viendra d’une classe politique médiocre, qui ne songe qu’à accumuler mandats, pouvoir et indemnités. Elle a au contraire tout intérêt à ce que ça dure et tant pis si le pays en crève.

Il n’y a que de la base que l’exigence d’une profonde refondation du pouvoir politique peut venir. Et j’en reviens à mon dada : cette possibilité de référendum « populaire » prévue par le traité de Lisbonne. Dans des conditions certes si draconiennes qu’elles sont presque impossible à réunir, nos « élites » y ont veillé.  Mais presque seulement.

Il n’y aurait pas 1 million d’électeurs dans ce pays prêts à signer pour que ça change enfin pour de bon ? Pour demander qu’il y ait UN mandat par tête de pipe. Et UN SEUL, effectivement rempli. Moi, je croirais qu’ils sont bien plus nombreux que ça. Et ça vaut le coup d’essayer.

Tiens, pour vous rafraîchir les idées, allez faire un tour sur le blog dans la catégorie Ce que ce que coûte le personnel politique. Vous verrez que Dati coûte fort cher. Pour ce qu'elle rapporte ...