Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2010

QUE FONT LE CRIF ET LA LICRA ?

Incroyable. Tous aux abonnés absents. Imaginez, juste un quart de seconde : tout ceci (voir articles suivants) se passe en France. Ils seraient nettement plus réactifs, vous ne croyez pas ? Mais en Israël, allez savoir pourquoi, c’est très bien et personne ne pipe mot.

Vous vous souvenez de la saga des « sans-papiers », l’été 1996 ? Les clandestins qui « s’étaient » installés – plus exactement que l’on avait installés – dans l’église St Bernard à Paris ? On avait eu l’occasion alors de voir se déployer tous les talents de la LICRA. Tandis que carrément un mur pour les arrêter, maintenant, ça ne les dérange pas plus que ça …

Je suggère fermement aux clandestins d’aller s’installer dans les synagogues d’Israël et de n’en plus bouger.

 

1) « Les clandestins menacent le pays

"Les clandestins représentent une menace existentielle pour le pays", a déclaré Eli Yishaï, lors d'une commission parlementaire sur les travailleurs étrangers. Le ministre de l'Intérieur a évoqué l'augmentation du nombre d'infiltrés en Israël. Et d'ajouter : "Certains n'aiment pas entendre ce genre de propos, mais c'est une réalité."

 

Pour Yishaï, des mesures doivent être prises pour empêcher la situation de s'aggraver. "Je me réjouis du début de la construction de la barrière, à la frontière avec l'Egypte." Il redoute toutefois le temps que pourront nécessiter les travaux. "S'il faut deux ans pour achever la barrière, 30 000 autres clandestins pénétreront en Israël."

 

"La clôture doit être construite immédiatement, et les forces militaires doivent agir comme une barrière humaine pour maintenir les éventuels infiltrés à l'écart. Des centres de détention doivent être construits à proximité des passages, et il doit être clair, pour tous les Israéliens, qu'employer un travailleur clandestin est illégal !", a expliqué Yishaï.

 

Les associations humanitaires ont également été prises à parti par le ministre. Les organisations qui prétendent aider les clandestins sont, en partie, responsables de la situation. "A Eilat, comme à Tel-Aviv, tout est en train de s'effondrer. Le problème affecte tous les domaines, politiques et économiques." »

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993719579&a...

 

 

2) « Frontière égyptienne : début des travaux

 

Les travaux commencent. Après plusieurs mois d'étude, Israël entreprend la construction d'une barrière le long de la frontière avec l'Egypte. Le but : endiguer le flot de migrants clandestins. Le budget débloqué est estimé à 1,3 milliard de shekels.

D'après les experts, le chantier durera un an. La barrière physique sera équipée de capteurs sensoriels sur toute la longueur de la frontière.

 

Une nécessité urgente

 

La police estime que des tonnes de marijuana et de haschich transitent clandestinement chaque année, ainsi que 1 000 prostituées et des centaines de travailleurs illégaux.

L'actuel dispositif de sécurité installé le long de la frontière de 240 kilomètres ne représente pas un obstacle particulièrement significatif. A son niveau le plus élevé, il mesure à peine plus d'un mètre de haut, et est constituée de fil barbelé tendu entre deux poteaux de métal.

 

Parmi ceux qui tirent profit de la perméabilité de la frontière : les réfugiés africains. En quête d'une vie décente en Israël, leur infiltration a commencé en 2005, à la suite d'un épisode tragique : lors d'une manifestation de Soudanais devant le bureau du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Caire, les forces anti-émeutes égyptiennes ont tiré sur la foule.

 

Empli du devoir moral qui lui incombe, étant donné le lourd passé de souffrance du peuple juif, Israël a d'abord accepté la présence de quelques centaines de demandeurs d'asile du Darfour. Mais, depuis, ce nombre s'est multiplié. 8 000 individus originaires du Soudan, du Ghana, d'Erythrée et d'autres pays africains sont entrés dans le pays par le Sinaï entre 2007 et 2008.

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993721271&a...

 

Si je comprends bien, le "devoir moral" en Israël, ce n'est donc pas à perpétuité comme chez nous? Ca se limite juste à accueillir "quelques centaines de demandeurs d'asile"? Et puis après, fini? Une idée à creuser, ça ...

10/03/2010

« PROPRE ET NET ». JE VOIS D’ICI CA EN FRANCE …

Mais en Israël, on a le droit. Pas de CRIF ou de LICRA pour organiser des manifs monstres, larmoyer devant les caméras et traiter de fachos tous ceux qui n’oseraient même pas employer une terminologie pareille : « Se débarrasser des clandestins ». Parce que « là-bas », ce sont des clandestins. Pas des sans-papiers. Nuance …

Donc, maintenant qu’ils ont servi, il faut d’urgence :

 

« Se débarrasser des clandestins »  

Par RON FRIEDMAN

 

« L'Autorité de la Population, de l'Immigration et des Frontières (APIF) a annoncé mercredi 3 mars son intention de débusquer tous les employeurs de travailleurs clandestins d'ici Pessah. La campagne baptisée "Propre et Net" se traduira par la mobilisation générale des officiers de l'unité Oz pour arrêter autant d'illégaux que possible. "Le but de l'opération est d'attirer l'attention du public sur l'interdiction totale d'employer des immigrants clandestins", explique le directeur de l'APIF, Amnon Ben-Ami. "A mon grand regret, certaines personnes ne savent toujours pas que si elles emploient des femmes de ménage ou des nourrices venues de l'étranger elles encourent de gros risques."

 

Selon Yehouda Ben-Ezra, à la tête de l'unité Oz, l'ensemble de ses 200 inspecteurs seront déployés à travers le pays à partir de dimanche 7 mars. "La loi nous autorise à imposer des amendes de 10 000 à 100 000 shekels aux employeurs de clandestins", poursuit Ben-Ezra. Et d'ajouter que les étrangers sont uniquement autorisés à travailler dans les domaines de l'agriculture, du bâtiment, des soins pour les personnes âgées et la restauration ethnique. Même s'ils possèdent un permis de travail, il est interdit d'employer les étrangers dans tout autre domaine. Les travailleurs arrêtés seront jugés et éventuellement expulsés.

 

La campagne démarre précisément à une période où beaucoup d'Israéliens cherchent de l'aide pour faire le ménage en vue des fêtes de Pessah, précise Ben-Ezra. Environ 125 000 travailleurs clandestins se trouvent actuellement sur le territoire israélien. »

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1268045675028&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull