Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2007

CARICATURES ANTI-JUIVES ISRAELIENNES

Acte 1 : un journal danois publie 12 caricatures de Mahomet qui mettent le feu aux poudres

Acte 2 : les Iraniens ripostent en organisant un concours de caricatures sur la shoah, bien sûr condamné par la communauté internationale

C’est l’Acte 3 qui est le moins connu : les Israéliens s’y mettent à leur tour et pour prouver au monde leur capacité d’auto-dérision, décident eux aussi de se livrer à un concours de caricatures anti-juives. L’idée en revient, l’an dernier, à deux dessinateurs israéliens, Eyal Zusman et Amitai Sandarovich, dont l’un déclarait à l’époque : "Je crois que les juifs sont les mieux placés pour rire d'eux-mêmes. Aucun Iranien ne pourra nous battre sur notre propre terrain". Annoncé en fanfare par la presse israélienne et au-delà, ce concours n’a pas tardé à  sombrer dans un silence pesant. Non pas faute de participants : au contraire, des juifs du monde entier ont envoyé leurs caricatures. Mais au vu des dessins, une grande distanciation s’est faite de la part de ceux qui au départ soutenaient le projet. Raisons officielles : caricatures décevantes ou de mauvaise qualité ou trop réalistes ou n’ayant rien de drôle, etc. Bref, tout le monde est tombé d’accord pour estimer qu’il valait mieux ignorer certains thèmes qui revenaient de façon trop récurrente. En finale, à ce petit jeu de l’auto-dérision, il n’y a pas eu de gagnants. Du moins en Israël.

Voici trois de ces caricatures dont l’intégralité figure sur le site www.boomka.org .

d5af1a7596208790d57d12de77ecc31e.jpg

 

 

b55731418887112c87b15a96aba7b5e6.jpg
e97d1cc8d42ef0eb5c7390d8ebfaf6d6.jpg
       

23/03/2007

"COMBATTRE L’OBSCURANTISME" : IL EST BIEN TEMPS !

medium_chard.gifLa LICRA organisait avant-hier soir à la Maison du Barreau à Paris - à la veille de l’arrêt dans  l’affaire des caricatures  publiées par Charlie Hebdo -  un grand raout sur le thème « Combattre l’obscurantisme ». Tous ses amis du microcosme et du système réunis étaient là pour réaffirmer à qui mieux mieux leur attachement viscéral aux  « valeurs de la République » et à la liberté d’expression. A géométrie variable, cependant, cela va de soi. Il ne faut rien exagérer.

Déjà,  lors du déclenchement de l’affaire, l’an dernier, la LICRA n’avait pas craint d’affirmer le plus sérieusement du monde: « La liberté d’expression et de caricatures étant un fondement de la démocratie, il est surprenant d’entendre des déclarations d’intention de poursuites judiciaires pour blasphème contre l’organe de presse qui a reproduit les caricatures de Mahomet. (…) La liberté de critique ou de caricature des dogmes religieux et des idéologies doit être défendue et préservée comme un bien précieux »

Il est bien temps aujourd’hui de venir pleurnicher  sur les manifestations – ô combien prévisibles - de « l’obscurantisme »,  alors que depuis quarante ans, la LICRA et ses amis du système n’ont cessé de  favoriser de toutes les façons possibles une immigration arabo-musulmane massive sur notre territoire. En imposant du même coup la diabolisation de tous ceux qui s’y opposaient et qui savaient fort bien quels problèmes elle provoquerait inévitablement. Des problèmes dont nous ne voyons d’ailleurs que le commencement et dont l’affaire des caricatures n’est que l’un des aspects.

Les musulmans, que la LICRA a largement contribué à faire entrer en masse chez nous n’ont en tout cas pas tardé à comprendre tout l’intérêt des lois « antiracistes » que la Ligue a imposées à notre pays. Et dont elle-même s’est servie sans relâche contre tous ceux qui s’opposaient à ses dogmes immigrationnistes.

(Et pourtant, la LICRA savait fort bien depuis toujours à quoi s’en tenir à propos de certaines réalités concernant l’islam – voir ma note d’hier)