Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2011

LES MOTS ME MANQUENT TANT L’EMOTION M’ETREINT

Oui, j’avoue avoir été émue aux larmes en lisant ce qui suit. Quelle  abnégation ! Quelle générosité !! Quel don de soi-même à la FRANCE !!! Non, vraiment, la classe politique n’est pas aussi pourrie qu’on veut bien le dire. Il reste encore de grands visionnaires prêts à payer de leur personne pour sauver ce bon vieux pays et ses cornichons de ressortissants.

 

Allez, respirez un grand coup et voyez plutôt ce que nous révèle le site Guysen:

 

« Alain Juppé prêt à se présenter si Nicolas Sarkozy n'est pas candidat

 

Alain Juppé, qui entame aujourd'hui une visite en Israël, a déclaré qu'il se présenterait à l'élection présidentielle de 2012 en France si jamais Nicolas Sarkozy n'était pas candidat. "Je pense qu'aujourd'hui le meilleur candidat pour ce que j'appelle notre famille majoritaire, c'est Nicolas Sarkozy", a dit le ministre des Affaires étrangères. "Si, pour des raisons qui aujourd'hui sont hautement improbables et que je ne souhaite pas, il n'était pas en mesure de se présenter, voilà, je tenterais ma chance", a-t-il ajouté ».

 

 

C’est beau, c’est noble, c’est émouvant de grandeur retenue. Evidemment qu'il ne le souhaite pas! En voilà une idée! C'est juste pour le cas évidemment catastrophique où "le meilleur candidat" se verrait malencontreusement obligé de renoncer... Sait-on jamais, après tout? Une pulsion de travers et on se retrouve au trou. Ca va vite, de nos jours.

 

Je n’ajouterai rien, si ce n’est que les cornichons ci-dessus mentionnés ont peut-être plus de mémoire que ne se figure ce bon Juppé. Juste une anecdote pour situer le personnage : en 1997, il se trouvait que pendant la campagne des législatives, j’étais la suppléante d’un député (je vous jure que je ne me souviens plus de son étiquette, apparenté RPR je crois, mais il était avec Madelin, bref c’était dans une vie antérieure) et Juppé était venu nous « soutenir ». C’était une catastrophe, les gens le détestaient tellement qu’il fallait quasiment raser les murs. A côté de ça, et pour arrondir les angles, ce bon Juppé était d’une hauteur, d’une arrogance et d’une morgue assez remarquables. L'ENARQUE dans toute sa splendeur. Il m’avait fait une très forte impression.

 

juppe.jpg