Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2011

SUS A CANAL PLUS, CHAÎNE NAUSEABONDE !

Vous savez tout comme moi à quel point la télévision française est odieusement antisémite. On peut le constater jour après jour : pas une soirée sans Hitler, sans déportation, sans shoah, etc, etc. Terrifiant d’antisémitisme. Voilà que Canal Plus s’y met aussi et c’est la raison pour laquelle le Bureau de l’Union des Patrons Juifs de France (UPJF) s’est fendu d’un communiqué et prévoit un rassemblement devant la chaîne coupable. Voilà, vous allez tout savoir et je vous prie de croire que les termes valent le détour.

  

logo.png« COMMUNIQUE - Rassemblement devant CANAL PLUS le 21 Mars à 18h00

A partir du 21 mars 2011, la chaîne CANAL PLUS va diffuser une série de quatre épisodes appelée « The Promise » (« Le Serment ») qui donne de l’Etat d’Israël, une image détestable allant au-delà de la caricature la plus abjecte et la plus nauséabonde.

 

Cette diffusion durant la semaine de « l’apartheid Israélien » décrétée par des organisations, islamo-gauchistes pro-palestiniennes, n’est ni un hasard, ni une coïncidence.

Elle prouve que des forces obscurantistes et fascislamistes ont pénétré en profondeur à CANAL PLUS et grignotent son intégrité.

 

Ce faisant, la chaîne CANAL PLUS se rend complice, soutient, et donne un gage de légitimité à un boycott illégal, raciste et antisémite, organisé par des bandes de nervis pro-palestiniens à l’indignation sélective, animées par la haine de l’Occident, et de l’Etat Juif, dernier verrou au Proche Orient avant que ne déferle sur l’Europe, la vague verte et obscurantiste de la morale islamique

 

Le peuple juif à toujours dû lutter pour survivre et réussir à créer l’Etat d’Israël, miracle de réussite, de prospérité et de liberté, au milieu d’un océan de misère et de tyrannie arabe.

 

Si elle veut pouvoir continuer à vivre en France dans la dignité et éviter un retour aux plus sombres périodes de l’histoire, la communauté juive française ne doit pas se défiler pour défendre Israël.

 

Personne ne le fera à sa place

Il y a des occasions où les juifs de France, ainsi que tous leurs amis, doivent savoir se faire violence et modifier leurs agendas pour se mobiliser avec courage, s’unir et se réunir afin de dire « Assez ».

Il y a des occasions où les juifs de France doivent montrer qu’il faut compter avec eux dans ce pays, et manifester physiquement leur refus et leur détermination face à la calomnie que veut relayer un grand média français au mépris de toute éthique et de toute honnêteté intellectuelle

 

C’est pourquoi, l’UPJF, appelle toutes les personnes juives et non juives, amies d’Israël, quelle que soit leur sensibilité politique à venir manifester le 21 mars 2011 à 18 heures devant le siège de Canal Plus 1, place du Spectacle 92130 Issy-les Moulineaux (RER Issy Val de Seine) afin de rappeler avec fermeté et détermination qu’ils n’acceptent pas d’un grand média français, qu’il adopte une attitude raciste et antisémite qui ne pourra qu’aviver encore un peu les tensions, les violences et la haine, entre les communautés françaises, et contribuer à troubler l’ordre public.

 

Comme l’a dit l’ancien Premier Ministre Espagnol José Maria Aznar : Si Israël tombe, nous tombons tous.

 

Nous ne laisserons pas tomber Israël ! »

 

Source : http://www.upjf.org/

02/02/2011

TOUT DEPEND DU BOYCOTT

Oui, certains boycotts sont parfaitement estimables et justifiés tandis que d'autres sont tout à fait obscènes et illégaux.

Exemple :

 

1)    BOYCOTT ILLEGAL ET HONTEUX :

 

« Lettre de France Israël Dijon à François Rebsamen, Maire de Dijon

 

Dijon, le 26 Janvier 2011

Objet : Prêt de salle et appel au boycott d’Israël.

 

Monsieur le Maire,

 

Depuis plusieurs années, des associations anti-israéliennes «pro-palestiniennes» multiplient les opérations « commandos » d’intimidations dans les magasins et grandes surfaces afin de dissuader les clients d’acheter les produits en provenance d’Israël et les grandes enseignes de les distribuer.

 

Sous couvert d’une prétendue défense de la « légalité internationale », ces actions, qui s’inscrivent dans le cadre d’une campagne de délégitimation intitulée « BDS » (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), visent en réalité à propager la haine, la détestation de l’Etat d’Israël.

 

Michel Warschawski, le correspondant de cette campagne BDS à Jérusalem est venu à Dijon le 17 Janvier dernier dans la salle Devosges pour une conférence à l’invitation de l’association Union Juive pour la Paix de Dijon. Des tracts ont été distribués et un appel clair au boycott a été fait de la tribune par l’orateur lui-même ainsi que le président UJFP Pierre Abecassis.

 

 Or le boycott contre des produits israéliens est illégal et constitue une discrimination prévue et réprimée par le Code Pénal.

 

Il constitue, en effet, un délit prévu et réprimé par le Code Pénal, notamment par l’article 24 alinéa 8 de la loi du 29 juillet 1881, qui dispose :

 

« Ceux qui (…) auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 45 000 € ou de l’une de ces deux peines seulement (…) ».

 

La Cour de Cassation a défini la discrimination  en application des articles 225-2, 2° et 225-1 du Code Pénal comme «le fait d’entraver l’exercice normal d’une activité économique quelconque en opérant une distinction entre les personnes notamment en raison de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une nation déterminée ».

 

Par un Arrêt en date du 16 juillet 2009, la 5ème Section de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, a confirmé que cette condamnation prononcée par les juges français était conforme à la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

 

Notre association, qui œuvre pour la compréhension, l’entente et la coopération entre la France et Israël dans tous les domaines, tenait à vous informer de cette situation nationale et locale en espérant que cet évènement ne soit pas susceptible de se reproduire dans un lieu public concédé.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le maire, l’expression de nos respectueuses salutations.

 

Daniel Lefebvre,

Président de France Israël Dijon »

 

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

2)    BOYCOTT CITOYEN ET JUSTIFIE :

 

« Israël-Turquie: Un ministre appelle au boycott (octobre 2010)

 

Le ministre israélien du Tourisme a appelé dimanche ses compatriotes à boycotter la Turquie comme destination touristique. "Tant que le Premier ministre turc (Recep Tayyip Erdogan) poursuit ses attaques contre Israël, nos concitoyens n'ont rien à faire en Turquie ", a estimé Stas Misezhnikov, cité par son porte-parole. "Notre honneur national est en jeu", a-t-il ajouté en remarquant que ses compatriotes ont spontanément privilégié d'autres destinations touristiques que la Turquie depuis la dégradation des relations d'Israël avec ce pays. »

 

http://www.europe1.fr/International/Isr ... tt-300253/


« Israël-Turquie : Appels au boycott du café et des sites touristiques turcs (octobre 2009)

 

cafeturc_432_18102009.jpg

Une grande chaîne israélienne de cafés a décidé de cesser de vendre du café turc et le comité d'entreprise de la compagnie aérienne israélienne El-Al, a appelé ce dimanche au boycott des sites touristiques turcs, très prisés en Israël, à la suite des tensions diplomatiques récentes entre Ankara et Jérusalem. Les relations entre Israël et la Turquie, alliés stratégiques, se sont nettement dégradées lorsque la Turquie a vivement critiqué l'opération militaire « Plomb durci » à Gaza en décembre-janvier derniers. Elles ont connu une nouvelle poussée de fièvre début septembre, lorsque le gouvernement turc a écarté l'aviation israélienne de manoeuvres en Turquie ».

http://webcache.googleusercontent.com/search?hl=fr&q=...

 

12/01/2011

C’EST TRES MAL, LE BOYCOTT

Enfin, surtout quand Israël est visé. Parce qu’en d’autres circonstances, c'est tout à fait vertueux …

 

Vous trouverez ci-après un texte d’un avocat membre du comité directeur du CRIF, qui vous prouvera que devant les pressions exercées, on s’est démené dans les ministères ad hoc pour donner pleine et entière satisfaction aux indignés. C’est l’acte 1.

 

L’acte 2, que vous trouverez à la suite, ce sont des extraits d’un article publié sur le blog en date du 1er février 2009, qui rappelait le boycott exercé par les juifs contre l’Allemagne en mars 1933. Intéressant parallèle.

 

 

Acte 1 : « Boycott : ce que dit la loi 

7 janvier 2011 : une fois de plus, le boycott ne passera pas en France, par Pascal Markowicz (avocat au Barreau de Paris et membre du Comité Directeur du CRIF)

 

En France, les actions de boycott d’Israël par de pseudo « citoyens qui cherchent à promouvoir la paix entre Israéliens et Palestiniens » mais qui, en réalité, veulent délégitimer totalement Israël pour mettre ce pays au ban des nations, se développent (voir la nouvelle rubrique du site internet du CRIF : « La délégitimation d’Israël à travers le boycott »).

 

Elles sont menées contre l’économie israélienne à travers ses produits (agrumes CARMEL, machines SODASTREAM…), la culture (boycott de festivals ou de films), le sport (match de football ou de volleyball opposant des équipes israéliennes à des équipes françaises), ou encore les relations académiques (colloques universitaires, jumelages d’écoles…).

 

Mais, à juste titre, le boycott et l’appel au boycott sont considérés comme des actes discriminatoires selon la loi en France. Ce sont ainsi des délits et ceux qui promeuvent ces discriminations, en appelant au boycott de tout ce qui provient d’Israël, doivent être sévèrement punis par nos juridictions.

 

A plusieurs reprises, nous avons pu constater que ces actions de boycott entraînaient des réactions antisémites par leurs sympathisants, que l’on croyait à jamais oubliées.

 

Des actions judiciaires sont donc intentées pour que les auteurs de ces pratiques illégales soient jugées et condamnées.

 

A ce titre, le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux, par un jugement du 10 février 2010 confirmé par un arrêt rendu le 22 octobre 2010 de la Cour d’Appel siégeant dans cette même ville, a déjà condamné une boycotteuse pour avoir participé à une action de boycott économique dans un supermarché (voir le détail dans la nouvelle rubrique du site internet du CRIF : « Boycott : ce que dit la loi »).

Le 7 janvier 2011, le Tribunal de Grande Instance de Créteil vient de condamner un boycotteur qui avait mis en ligne sur internet, une vidéo d’une action de boycott se déroulant dans un supermarché de la banlieue parisienne.

 

La diffusion d’une vidéo sur internet (en l’espèce sur Dailymotion) filmant une action de boycott de produits israéliens se déroulant dans une grande surface, s’analyse donc comme une provocation à la discrimination aussi dangereuse qu’un tract, une affichette ou l’action de boycott elle-même. Pire, elle peut être visualisée par un nombre considérable de personnes.

 

Ce boycotteur comparaitra d’ailleurs devant une autre juridiction dans quelques mois pour des faits similaires.

 

Les tribunaux appliquent donc correctement les lois et, si un appel est à ce jour possible de cette décision judiciaire, il s’agit toutefois d’une nouvelle bataille qui a été gagnée dans cette guerre contre la

tentative de délégitimation d’Israël, et nous pouvons nous en réjouir. »

 

 

Acte 2 : La Judée déclare la guerre à l'Allemagne

 

 

Ce titre fait la une du quotidien britannique Daily Express le 24 mars 1933. Hitler n’est Chancelier que depuis quelques semaines. En URSS, les horreurs de l’Holodomor, la famine orchestrée par le pouvoir bolchevique en Ukraine, battent leur plein. Elles feront des millions de victimes, dans l’indifférence absolument générale. Les juifs oublieront de se mobiliser pour dénoncer  les dérives inhumaines d’un régime largement porté par eux au pouvoir.

 

Voici la traduction de l’article du Daily Express « JUDEA DECLARES WAR ON GERMANY », sous titré « JEWS OF ALL THE WORLD UNITE » (Les juifs du monde entier unis dans l’action) publié le 24 mars 1933, donc bien avant la shoah (extraits relatifs au boycott seulement) :

 

«  (…)

Les plans de l’action concertée juive prennent forme en Europe et en Amérique pour rendre coup pour coup, en représailles contre l’Allemagne hitlérienne.

A Londres, New York, Paris et Varsovie, les commerçants juifs s’unissent dans une croisade commerciale contre l’Allemagne.

Les résolutions d’interrompre les relations commerciales avec l’Allemagne ont été prises partout dans le monde juif des affaires.

Un grand nombre d’hommes d’affaires à Londres ont résolu de ne plus acheter de marchandises allemandes, même au prix de grandes pertes financières.

 

Une action similaire est entreprise partout aux Etats-Unis. Des réunions massives à New York et dans d’autres villes américaines, auxquelles plusieurs milliers de juifs indignés assistaient, ont appelé au boycottage total des marchandises allemandes. L’embargo commercial dirigé contre l’Allemagne est déjà entré en vigueur en Pologne. En France, un interdit d’importation des marchandises d’Allemagne est actuellement proposé par des cercles juifs.

 

Un boycottage concerté au niveau mondial par des acheteurs juifs va sans doute entraîner de lourdes pertes dans le commerce d’exportation allemand. Les commerçants juifs, partout dans le monde, sont d’importants acheteurs des produits de fabrication allemande, en premier lieu des produits en coton, en soie, des jouets, de l’appareillage électrique et des meubles.

La réunion des entrepreneurs juifs du textile a été convoquée pour lundi afin d’examiner la situation et déterminer les mesures à prendre vis-à-vis de l’Allemagne.

 

MENACE SUR LE COMMERCE MARITIME

 

L’Allemagne est un grand emprunteur sur les marchés monétaires étrangers, où l’influence juive est considérable. L’antisémitisme continu en Allemagne va vraisemblablement se retourner contre elle. Un tournant est en passe d’être franchi par les financiers juifs pour exercer des pressions afin de stopper l’action antijuive.

 

Le trafic maritime transatlantique allemand est menacé de la même manière. Les paquebots renommés Bremen et Europa peuvent beaucoup souffrir du boycottage juif anti-allemand. Les voyageurs juifs transocéaniques représentent une partie importante de la clientèle de ces paquebots, en raison de leur rôle considérable dans le commerce international. La perte de leur clientèle serait un coup grave pour le commerce atlantique allemand. (…) »

 

Il est intéressant de constater, en cette année 1933, le (déjà) gros pouvoir financier et commercial de ces quatorze millions de personnes, qui s’estiment capables de faire plier l’Allemagne. On est assez loin de l’image traditionnelle de la victime sans défense en butte à l’incompréhensible animosité du reste de l’humanité.

 

Ceci dit, Hitler décidera en retour à ce boycott décrété par les juifs, de boycotter à son tour les commerces juifs en Allemagne. Mais il se bornera prudemment à une mesure plus symbolique que réelle : le boycott aura bien lieu, mais se limitera à un seul jour : le 1er avril 1933, qui était du reste un samedi, jour de Sabbat où les commerces juifs n'exerçaient aucune activité.

Une mesure d’ailleurs plutôt impopulaire dans la population allemande et sévèrement critiquée à l’étranger.

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

16/10/2010

LA FAUTE DE ROCARD ET LA GRAND-MERE DE KNOBEL

Marc Knobel, plume du CRIF de son état, vient de vertement morigéner Michel Rocard et autres éminences « de gauche », coupables d’avoir signé des appels à la «solidarité» avec les personnes poursuivies en justice pour avoir appelé au boycott de «produits des colonies israéliennes». Il s’agit de la campagne BDS sur laquelle je ne vais pas m’étendre, mais qui inquiète fort le CRIF qui ne rate pas une occasion de dénoncer tous ceux qui y participent ou la soutiennent. D’ailleurs, si ces personnes sont aujourd’hui poursuivies en justice, c’est parce que le CRIF l’a clairement exigé à moult reprises auprès de qui de droit : Alliot-Marie, Sarkozy, etc.

 

Si j’en parle, c’est uniquement à cause du parallèle que Knobel a cru devoir faire entre cette action politique menée par un certain nombre de militants politiques … et sa grand-mère. Vous voyez tout de suite où il veut en venir, n’est-ce pas ? Inutile de vous faire un dessin. Une façon d’en rajouter une louche, une fois de plus. Voici donc cette triste histoire, qui devrait normalement exciter en vous un certain gène…

Aucun rapport avec la campagne BDS ? Et alors ?

 

 

 « Pour terminer, je voudrais raconter une histoire personnelle. Ma grand-mère (Berthe Bassia Golda Knobel) avait un tout petit stand dans un marché parisien, là elle vendait des manteaux. Sous l’occupation, son commerce -parce que considéré comme Juif- fut aryanisé et placé entre les mains d’un administrateur provisoire. Pendant ce temps là, mon père, lui, tout gamin qu’il était, n’avait pas le droit de jouer dans les jardins publics car ils étaient interdits aux Juifs. Ma grand-mère et mon père ne pouvait même plus acheter les produits alimentaires de Monsieur Scwartz, parce que la police avait arrêté Monsieur Scwartz et parce que l’on interdisait les produits Juifs.

 

En boycottant les produits israéliens, vous remuez en nous des choses insupportables, vous remuez nos peurs ancestrales. Et vous vous trompez, car vous punissez collectivement tout un peuple. Vous vous trompez car vous ignorez ce qu’il y a de GRAND en ce peuple. »

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...