Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2009

UN REGAL ESTIVAL DE CHOIX. ET TELLEMENT CONFORME !

Sur mon programme télé de la semaine qui vient, je tombe sur deux pleines pages de promo intitulées « La folie Brüno ! ». Et je lis : « Insupportable, irrévérencieux, politiquement incorrect mais toujours hilarant, Sacha Baron Cohen revient dans la peau de la folle Brüno, journaliste de mode homosexuel, autrichien et pro nazi ! Un régal estival totalement décalé ».

 

Insupportable, je veux bien le croire. Hilarant, sûrement, dans son genre. Mais politiquement incorrect ? Là, ça m’étonnerait. Vous l’avez deviné : il s'agit d'un faux politiquement incorrect, d'un leurre destiné à épingler les heures les plus sombres, pardon, les penchants les plus sombres inexplicablement nichés au cœur de tout un chacun. Enfin, de presque de tout un chacun car il y a quand même des exceptions.

 

Cohen s’attaque donc à la bête immonde tapie en chacun de nous, mais il la débusque avec des moyens bien à lui. Et propres (si je puis dire) à remplir les caisses. Fric et cul, ça a toujours fait bon ménage. Voici donc ce qui via le programme télé - destiné à être lu par les masses – est proposé à la convoitise et à l’admiration des jeunes (en subliminal: voici ce qu’il convient de faire et d’approuver pour être pleinement dans l’air du temps) :

 

Lors d’un passage télé en juin dernier, « il propose clairement à Denisot de lui « faire une gâterie » dans les coulisses avant de retirer son short en cuir et de laisser découvrir un string à l’effigie de Sarkozy. Trois minutes de bonheur télévisuel qui résument parfaitement le personnage et l’acteur ». Quel talent, reconnaissez-le.

 

Apparemment, la spécialité de Cohen est de se moquer de certains pays, plus ou moins prudemment selon leur importance. Avec le Kazakhstan, il ne risquait pas grand-chose, il y est allé franco, avec les Etats-Unis, dans Borat, il y est allé mollo, se contentant de mettre « en valeur les aspects les plus sombres des Américains : nationalisme, misogynie, racisme, homophobie ». Pouah!

Dernière victime en date, qui fait grincer quelques dents, dont celles de l’ambassadeur autrichien au Royaume-Uni : l’Autriche, qui est punie car elle a la réputation d’être plutôt mauvaise élève dans un système généralement très docile.

Moi, je suggère modestement à Cohen de s’attaquer une prochaine fois à Israël, pour changer. C’est un pays qu’il connaît bien et dont il pourrait épingler quelques (très) petits travers. Dans quelques-uns de ses sketches dénonçant l’affreux antisémitisme qui sévit inexplicablement en tous lieux, il pourrait par exemple remplacer le mot « juif » par le mot « arabe ». Ca renouvelerait un peu le genre et on ne s’éloignerait pas tellement de la vérité.

Pour finir, vous en saurez un peu plus sur Brüno en consultant Wikipédia où l’on nous apprend qu’il est né dans une famille juive orthodoxe britannique. En 1989, à l’âge de 18 ans, il rejoint un mouvement de jeunesse sioniste de gauche, l' Habonim Dror. Quelques années plus tard,  il passe une année au kibboutz Rosh Hanikra en Israël. Avant de se consacrer à la comédie avec le succès que l’on sait, il fera un petit détour par la banque Goldman Sachs.

Wikipédia nous dit aussi qu’il « est fiancé à l'actrice australienne Isla Fisher vue dans Serial noceurs, et [que] le couple a prévu de se marier selon le rite traditionnel juif. Isla Fisher, en témoignage de son amour, s'est convertie au judaïsme avant le mariage, et a reçu la bénédiction des parents de Sacha Baron Cohen, fervents religieux. Selon le producteur de cinéma Jay Roach, Sacha Baron Cohen est lui-même très pratiquant, mange strictement cacher et n'utilise pas le téléphone le jour de shabbat ».  

Voilà, vous savez l’essentiel. Moi, ce qui m’étonne quand même un peu, mais je suis vieille et réactionnaire – j’assume les deux – c’est qu’on puisse être « religieux » et s’étaler comme ça. Ca me paraît quelque peu contradictoire. Mais je ne dois décidément rien comprendre à l’air du temps.

232858-sacha-baron-cohen-alias-bruno-nu-en-diapo-3.jpg