Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2009

LE GRAND AIR DE LA CALOMNIE ….

Comme il est pathétique ! A tel point qu’il m’a quasiment fendu le cœur. Je me décide donc à  affirmer ici le plus clairement du monde que contrairement à ce que colportent médisants et autres nuisibles, LE LOBBY JUIF N’EXISTE PAS. Du moins en France. Voilà, il fallait que ce soit clairement affirmé, je me sens mieux.

 

Je parie que vous vous demandez d’où je tiens une info aussi claire, nette et définitive. Eh bien, d’une source incontestée : c’est Pierre Besnainou, président du Fonds Social Juif Unifié, par ailleurs président de l’AMI (Association Alya et Meilleure Intégration*) qui l’a écrit dans Le Figaro, à propos de l’affaire Halimi, qui, entre nous, n’a pas fini de faire couler de l’encre.

Voici donc ce que cet homme informé nous révèle:

 

« (…)  Le Garde des Sceaux ayant finalement demandé au Parquet de faire appel des peines inférieures aux réquisitions, le bruit s’est répandu, d’abord subrepticement, puis de façon parfaitement assumée, et les faiseurs d’opinion se le sont approprié, pour le faire répéter par mille sentinelles : nous aurions assisté, avec cette affaire, à la victoire d’une force d’influence secrète et déterminée, capable, par la solidité de ses réseaux et la fermeté de ses obstinations, de faire plier jusqu’au gouvernement de la République. Oui, vous avez compris : l’affaire Halimi, c’est le retour, ou plutôt l’émergence aux yeux de tous, dans notre pays, du lobby juif.

 

Et cela, nous ne pouvons ni l’entendre, ni le supporter, ni l’accepter. C’est l’attaque de trop. Après la haine qui a tué dans une cave, la justice qui fut rendue en secret, voici l’ère du soupçon, qui elle s’ouvre au grand jour.

 

Nous ne pouvons pas l’accepter, parce que le Garde des sceaux a décidé en conscience, au nom de l’intérêt général dont elle est garante, de faire appel, et que laisser entendre qu’elle ait cédé à des pressions d’ordre communautaire est simplement une agression contre l’idée que l’on peut se faire de la République et de sa dignité.

 

Mais nous ne pouvons pas l’accepter, surtout, pour une raison très précise, que je vous livre brutalement : il n’y a pas de lobby juif en France. Que les choses soient claires, une fois pour toutes : où les Juifs auraient-ils trouvé les ressources de leur empire souterrain ? D’où pourrait venir leur puissance secrète? De leur nombre ? Ils sont 1% de la population française. De leur argent ? Ne pourrait-on pas tordre enfin le cou de ce mythe effroyable, qui a précisément tué Ilan- et rappeler que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté est, en moyenne, supérieur chez les Juifs de France à ce qu’il est dans l’ensemble de la population française ? De leur place dans les médias ? Certains médias qui, précisément, répètent à tout bout de champ que les Juifs sont un lobby…

 

Les Juifs n’ont pas l’influence qu’on leur prête à dessein. (…)  

Si une mémoire blessée tient lieu de lobby, nous pouvons assumer cette accusation. Mais pas davantage. Pour l’honneur de la communauté juive de France. »

 

« Si une mémoire blessée tient lieu de lobby, nous pouvons assumer cette accusation », c’est beau, ça. N’empêche, et ça me chipote un peu, qu’il pose quand même quelques questions intéressantes, dans son article. Si j’osais, je lui suggérerais de lire La France LICRAtisée, il y trouverait quelques éléments de réponse …

 

« D’où pourrait venir leur puissance secrète ? » C’est vrai, c’est une bonne question. Que je me suis souvent posée, par exemple lorsque je voyais toute la classe politique accourir comme un seul homme, le doigt sur la couture du pantalon, au dîner annuel du CRIF. Et y tenir les propos les plus conformes à ce que l'on attendait d'eux.

Mais voilà, c'était une mauvaise interprétation. Le lobby juif, ça n’existe pas, tout simplement. Finalement, c’est plutôt une bonne nouvelle. On se demande vraiment dans ce cas où Julien Dray est allé chercher les propos parfaitement déplacés qu’il a tenus en mars 2007. Alors porte-parole de Ségolène Royal, il racontait à Israël Magazine : « qu’il y a une tentation de la communauté, ces dernières années, de se transposer sur le modèle américain » et qu’il « faut sortir de la logique de lobby, et se comporter de manière républicaine. Parce que si on va vers un affrontement lobby contre lobby, le lobby juif perdra ».

Et lui aussi, il savait ce qu’il disait. Pensez, avec un frère ex président du Bétar France …

A mon humble avis, le grand écueil des lobbys - y compris de ceux qui n'existent pas - c'est qu'enivrés par toujours plus de succès, il arrive fatalement un jour où ils en font un peu trop et du coup, ce qui était plus ou moins camouflé, se retrouve exposé à tous les regards. Dans ce sens, il a bien raison, Pierre Besnainou, cette dernière péripétie de l'affaire Halimi, c'est vraiment "l'attaque de trop".

___________________________ 

* La semaine dernière, 220 Français ont choisi Israël comme nouveau pays et y ont fait leur alya. Ils ont reçu en grande pompe leur Téouda Zéout, la carte d’identité israélienne. Comme dit Guysen, « ils sont désormais des citoyens israéliens à part entière ». Ce qui ne les empêche pas de conserver aussi leur carte d’identité française.

Si les considérations fiscales résultant de l’alya vous intéressent, voici un sujet de méditation:

http://209.85.229.132/search?q=cache:rdN5LVvQKN8J:www.terredisrael.com/Fiscalite1.php+alya+double+nationalit%C3%A9&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

10/05/2007

DU RIFIFI AU CONGRES JUIF MONDIAL

medium_images.55.jpgDécidément, ça tangue dans les instances dirigeantes juives mondiales. Après l’éviction d’Israël Singer en mars dernier, accusé de détournements de fonds et de malversations financières, voilà que le milliardaire américain Edgar Bronfman, président du Congrès Juif Mondial (CMJ) est plus ou moins poussé vers la sortie. Il a en tout cas donné sa démission avant-hier 8 mai.

Il apparaît que le torchon brûlait depuis un certain temps déjà entre le CMJ et le Congrès Juif Européen (CJE). Conflit de pouvoir, conflit de personnes, conflit de génération. Pour redresser l’image ternie du CMJ, le bureau européen préconisait des changements en profondeur. Des changements à la tête pour être précis. Le Congrès Juif Européen est présidé depuis juin 2005 par un Français de 52 ans, Pierre Besnainou. Edgar Bronfman, 77 ans, était, lui,  à la tête du CMJ depuis près de trente ans. Il se déclarait éventuellement prêt à se retirer…mais à condition que ce soit son fils Matthew qui lui succède. Genre dynastie, en quelque sorte…

medium_besnainou.jpgCet étonnant « changement » n’a pas eu l’heur de plaire au CJE qui a brandi la menace de la scission. Les choses se sont encore envenimées à la suite d’un mémo interne adressé au président Bronfman par un proche, Steven Herbits, directeur général du CMJ. Mémo interne peut-être, mais qui échouera au Jerusalem Post. Dans ce mémo, Herbits donnait son avis sur Besnainou en ces termes: « Voici mon avis personnel sur Pierre : premièrement, Pierre est Français et l’on ne peut pas faire confiance aux Français, mais en plus, il est tunisien et il travaille comme un arabe."

Cette fois, les couteaux sont définitivements tirés. Du coup, le grand colloque sur la menace nucléaire iranienne qui devait se tenir à Bruxelles en juin prochain a été annulé et les élections pour la prochaine présidence du Congrès Juif Mondial ont été fixées au 10 juin à New York. Dans un mois tout juste.

Mendel Kaplan, ancien Président du Conseil d’Administration de l’Agence Juive, soutenu par Pierre Besnainou, et le milliardaire américain, Ron Lauder – fils d’Estée Lauder, des cosmétiques bien connus - devraient s’y présenter.

Pierre Besnainou espère que l’avenir du CMJ sera davantage tourné vers l’Europe : "Aujourd’hui, le CJE représente très probablement la branche la plus importante et la plus active du CJM. Les vrais problèmes des juifs en diaspora se trouvent en Europe. L’antisémitisme est surtout présent en Europe, ce sont les Européens qu’il faut convaincre d’être plus proches d’Israël et ce sont encore les Européens qui financent l’Autorité palestinienne. Bref, c’est en Europe aujourd’hui que tout se joue».

Que voilà une bonne nouvelle.

Source : www.guysen.com