Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2011

AVIS DE RECHERCHE

L’un ou l’autre de mes distingués lecteurs étant peut-être dans ce cas de figure, je me fais un devoir de transmettre l’appel. C’est que sous le nom des plus ésotériques de cette Fondation se cachent … des sous ! des sous ! toujours des sous !

Encore que depuis 1936 … ce qui nous fait la bagatelle de 75 années de passées, j’ose espérer que les survivants n’ont pas attendu ce pactole pour vivre. Mais suis-je bête! Quand on aime, est-ce qu’on compte ?

 

 

« Fondation CASIP-COJASOR

 

La Fondation Casip-Cojasor vous informe de l'existence d'un programme d'assistance de la « Claims Conference », destiné aux victimes autrichiennes du nazisme. Ce fonds AHSEAP, s'adresse à toute Personne juive, d'origine autrichienne ou ayant vécue en Autriche, et qui a dû fuir les persécutions nazies à partir de juillet 1936.

 

Ce programme fournit des aides financières dans les domaines de la santé et de l'habitat. La Fondation Casip-Cojasor vous rappelle également que son bureau Claims est à votre disposition pour vous apporter toute aide et assistance nécessaires à la constitution de dossiers d'indemnisation Claims Conference « Article 2 » et « Hardship Fund »- destinés aux personnes juives ayont subi des persécutions durant la guerre 39-45 - et vous accompagne pour toute démarche relative à ces dossiers. »

 

Fondation Casip-Cojasor

Service des Survivants de la Shoah

47 Bd de Belleville

75011 Paris

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

13/11/2010

QUAND LES HOTELS 5 ETOILES REFUSENT LES CLIENTS EN AUTRICHE …

Nos amis, toujours enclins à se référer aux heures les plus sombres de notre histoire, titrent en toute simplicité « Autriche – Politique « interdit aux juifs » dans un hôtel autrichien » l’info ci-dessous, parue le 11 novembre.

« Info » qui me laisse plus que dubitative, les hôteliers, autrichiens ou autres, n’ayant pas vraiment pour habitude de refuser les clients, surtout dans les 5 étoiles, et encore moins s’ils viennent en nombre. Alors, j’aimerais bien avoir le son de cloche dudit hôtelier et savoir pour quelles raisons exactement ces refus sont intervenus. On en a un aperçu en allant sur le lien ci-dessous (le père de cinq enfants honteusement refoulé, toujours à Serfaus) : il s’agit de juifs orthodoxes, qui doivent vraisemblablement avoir des exigences très précises, en particulier pour la nourriture. Et qui font peut-être même des trous dans les draps. Pourquoi des trous dans les draps ? Ca a l’air d’une farce, mais c’est très sérieux, enfin si l’on veut. J’en avais déjà parlé sur le blog car un correspondant suisse m’avait envoyé l’info, parfaitement véridique (à vous de chercher dans les archives, je ne me souviens plus de la date). Ca se passait en Suisse où des hôteliers s’étaient plaints de ce que certains clients juifs très pieux taillaient allègrement dans les draps. Afin éviter d’entrer en contact direct avec leur épouse (car c’était forcément une épouse …).

Donc, on aimerait bien savoir si de la Suisse, ils n’auraient pas migré vers l’Autriche, avant de parler d’antisémitisme. A moins naturellement que ce ne soit antisémite de refuser de voir ses draps taillés en pièces. Dans ce cas, évidemment ...

 

49485_l.jpg

« Léonard Nortern * est rentré dans l'hôtel Wellness-Residenz Schalber à 23h50. Il était en vacance avec sa famille et désirait voir une chambre d'hôtel cinq étoiles à Serfaus dans le Tyrol. Il portrait une chemise blanche, un pantalon et une calotte.

A la réception, se tenait Sebastian Lehmann, employé de nuit. Quand il l'a guidé vers l'ascenseur afin de lui montrer l'une des chambres, le directeur du bar les a rencontrés: "Dehors! Le chef cuisinier a dit qu'ils devaient partir d'ici", a-t-il dit d'un ton résolu. Au même moment, la sonnerie du téléphone a retenti à la réception. Alois Schalber, le directeur de l'hôtel, téléphonait de son portable. Il quittait l'hôtel exactement au même moment que les juifs y rentraient. "Ils sont déjà dehors?", a-t-il crié, "Je ne veux aucun juif ici."

Leonard Nortern, 26 ans, a été obligé de quitter l'hôtel. N'ayant pas d'autre choix, ils sont partis.

Sebastian Lehmann, l'employé de nuit, a été remercié le lendemain de son travail.

Ce n'est pas la première fois que l'on refuse de recevoir des clients juifs à Serfaus. Au début de l'année 2009. un père et ses cinq enfants voulaient réserver des chambres pour des vacances au "Haus Sonnenhof". En réponse, il a reçu une lettre du directeur de l'hôtel: il ne voulait pas recevoir de juifs "après une mauvaise expérience en aout 2008." Après cela, il a décidé de ne pas passer des vacances à Serfaus. Il a dit au quotidien du Tyrol qu'il ne désirait pas passer de vacances dans un endroit si raciste. L'affaire a été publiée dans de nombreux medias du monde entier.

L'adresse électronique de l'hôtel: info@schalber.com

*Le nom a été changé par l'éditeur. »

Source:http://antisemitism.org.il/fra/events/49485/Autriche%E2%8...