Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2012

PEUPLE ELU/PEUPLE ELECTEUR : NE BOXENT PAS DANS LA MEME CATEGORIE

Dans l’esprit de pas mal de gens, on dirait que la hiérarchie est toujours la suivante, dans l’ordre : Dieu (oui, quand même …), ensuite le peuple élu (les juifs) et pour finir, les damnés de la terre (tous les autres, quoi).

 

Remarquez, ça doit être très réconfortant de pouvoir y croire. Mais juste un peu fatigant pour les autres…. Le MJLF, dont il est question plus bas,  c’est le Mouvement juif libéral de France. Il y a des rabbines qui y officient.

 

 

aumjlf.jpg

 

 

« CETTE SEMAINE AU MJLF : "Peuple élu, peuple électeur ?"

Echanges, entre le rabbin Delphine Horvilleur et Jacques Attali     -Beaugrenelle,  Jeudi 29 mars 2012 de 19h à 21h 

Dieu a élu le peuple juif, le peuple français élit son président…

 

 

 

« Car tu es un peuple saint pour le Seigneur ton Dieu et c’est toi que le Seigneur a choisi pour lui être peuple d’élection d’entre toutes les nations qui sont sur la surface de la terre (Deutéronome 14, 2).

  

En pleine campagne électorale, à moins d’un mois du premier tour des élections présidentielles en France que recouvre la notion de peuple élu ? Et celle de peuple électeur ? Mettre en miroir ces deux situations pour éclairer les enjeux et les significations de l’élection ; c’est autour de cette thématique que s’engagera un dialogue entre Jacques Attali, parfait connaisseur du monde politique et des textes bibliques, et le rabbin Delphine Horvilleur.

 

Avec participation aux frais

 

 

 

     Cet événement est ouvert au public sur inscription."

 

Source: http://www.crif.org/fr/agenda/le-rabbin-delphine-horville... 

 

 

J'espère que quelqu'un aura l'idée de demander à Attali ce qu'il pense des récents événements de Toulouse. Lui qui ne rate jamais une occasion de la ramener, il est resté bien silencieux sur la question. Pourtant, lui aussi, il a une bonne dose de responsabilité dans l'affaire (voir archives du blog, colonne "L'énarchie dans toute sa nuisance")

07/04/2011

INCORRIGIBLES, DECIDEMENT

Heureusement qu’il y a des génies du genre Attali pour dire à l'Humanité avec un grand H que faire, que dire, que penser, comment s’organiser, etc. Jamais elle n’y arriverait toute seule, sinon.

Ci-dessous, résumé (par son éditeur) de son dernier accouchement. Dur, dur à vivre pour BHL ! Il y a tellement de génies en concurrence!

Et en piste pour le meilleur des mondes ... :

 

Jacques Attali Gouvernement Monde.jpg

 

« Un jour, bien avant que ce siècle ne s'achève, le monde aura un gouvernement pour traiter des sujets qui concernent l'humanité tout entière. Il ne s'agira pas de mettre en oeuvre de nouveaux traités ou d'imposer des règles, ni même de confier cette mission à des institutions internationales, mais d'un vrai gouvernement. Avec ses impôts, son administration, son armée, ses tribunaux. L'idée en est ancienne. Au moins aussi ancienne que la prise de conscience de l'unité de l'espèce humaine. Elle n'est ni utopique ni absurde. Elle s'impose, comme s'imposa l'idée de l'Etat, regroupement des provinces, et celui des grandes fédérations continentales.

Pour éviter que le chaos s'installe, que les forces centrifuges à l'oeuvre ne l'emportent, pour résoudre la crise financière, pour maîtriser la crise écologique et les menaces épidémiologiques, pour réduire les injustices planétaires, pour rendre possible une croissance planétaire durable. Le moment est venu d'y réfléchir, de s'y préparer, de penser l'architecture de ce gouvernement du monde. Et même, pour le construire, le moment est venu d'organiser des états généraux planétaires. »

24/10/2009

RIFIFI A USAGE INTERNE

Chacun sait que la France est un pays férocement antisémite et que le Français moyen, en se réveillant le matin, ne songe qu’à chercher noise à quelque membre de la communauté juive du pays et à manifester d’une façon ou d'une autre son prurit. Vous aurez noté que je choisis très soigneusement mes mots, c’est préférable par les temps qui courent. De toute façon, vous m’avez fort bien comprise.

Du reste, si d’aventure on oubliait à quel point la France est antisémite, le CRIF serait là pour nous le rappeler sans relâche. Il y avait bien aussi la LICRA pour le faire jusqu’à ces dernières années, mais elle est aux abonnés absents depuis quelque temps. Pour tout dire, elle m’inquiète, et même, elle me manque.

Eh bien, malgré ce fait bien établi – par le CRIF - il s’est trouvé un membre parfaitement éminent de cette même communauté pour aller raconter des horreurs en Israël au journal Haaretz. Parfaitement. Le 16 octobre, Jacques Attali – car c’est de lui qu’il s’agit – a affirmé dans une interview qu’il n’y avait pas d’antisémitisme en France et que tout ça, c’était rien que de la propagande israélienne : “Ce n’est pas un problème au niveau national. C’est un mensonge. Je pense qu’il s’agit de propagande, de propagande israélienne ».

Vous voyez le tableau. On s’étrangle d’indignation du côté du CRIF qui qualifie ces propos d’ inacceptables. Il faut les comprendre : à quoi pourrait bien servir cette officine dans l’hypothèse Attali ? Elle n’aurait plus qu’à mettre la clé sous la porte. On serait bien tristes.

Bernard-Henri Lévy a pris lui aussi sa plume des grands jours pour enfoncer le clou et soutenir de toutes ses forces le CRIF. Il a « choisi de revenir sur l’état actuel de la haine des Juifs en France : « Un virus qui prend aujourd’hui une nouvelle forme », selon lui. Celle de « la haine et parfois même de la « satanisation » d’Israël ». Manifestations récurrentes d’un antisionisme féroce dans l’Hexagone, présence d’un ennemi dont « le seul agenda reste l’annihilation pure et simple » de l’Etat hébreu… » etc, etc.

Du coup, Attali est devenu le méchant juif à abattre et les ultrasionistes de rappeler fielleusement ses antécédents pas tous mirobolants. A ce propos, lisez donc ce petit chef-d’œuvre dans son genre de notre ami Garroté. Il se fend d’une Lettre ouverte à Attali dans laquelle il rappelle – « sauf erreur de sa part » – tous ses ennuis à la tête de la BERD :

« Vous étiez alors à la tête de la BERD, une organisation internationale basée à Londres, fondée en 1990 et inaugurée en 1991. Le but de la BERD que vous présidiez était de favoriser la transition vers une économie de marché dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et dans l’ex-URSS. Je me souviens très bien que votre gestion de la BERD avait été mise en cause - à tort ou à raison - du fait de dépenses fastueuses, tel le coût de la construction du siège de la BERD à Londres (construction ayant couté l'équivalent de 85 millions d’euros), avec un hall d’entrée somptueux en marbre. Ont aussi été critiqués - à tort ou à raison - vos voyages en jet privé, vos rémunérations pour des conférences, des repas ainsi que - à tort ou à raison - des dépenses personnelles nocturnes à caractère récréatif (je crois même me souvenir que la presse britannique s'était penchée - sans doute à tort - sur votre fréquentation, présumée, d'un club privé londonien, club fort onéreux, du fait de l'exceptionnelle qualité de son personnel féminin). Votre gestion de la BERD a été mise en cause - à tort ou à raison - dans un rapport effectué par Coopers and Lybrand dénonçant - à tort ou à raison - un gaspillage considérable. Vous avez démissionné - à tort ou à raison -, suite à ce rapport, en 1993. Tels sont mes souvenirs. Si ma mémoire me trahit et si je suis mal informé, n'hésitez pas à me le faire savoir. Je vous présenterai alors - par écrit sur Internet - toutes mes excuses. »

 

(http://www.drzz.info/article-lettre-ouverte-a-jacques-att...)

 

Voilà ce qui arrive – même à Attali – quand on s’écarte du droit chemin.


Enfin, tous ces personnages – Lévy, Attali, Prasquier, du CRIF, et bien d’autres, ont eu l’occasion cette semaine de régler leurs comptes entre quatre yeux. Ils étaient tous à la conférence du président, Facing Tomorrow, organisée à Jérusalem par Shimon Pérès du 20 au 22 octobre. Il y avait même Richard Attias, accompagnant madame, car elle y « intervenait » elle aussi. Une certaine Cécilia Attias, ex-Sarkozy. Vous vous souvenez sûrement de l’éphémère First Lady française, celle qui se disait « fière de n’avoir aucune goutte de sang français dans les veines ».

Elle était en très bonne compagnie. Outre les sus-mentionnés, il y avait aussi : Abby Joseph Cohen, stratégiste en chef de Goldman-Sachs; David de Rothschild, Président de NM Rothschild & Sons; James D. Wolfensohn, ancien président de la Banque Mondiale; et Axel Weber, Président de la Bundesbank.

Parions qu’ils n’auront pas manqué de sujets de conversation. Avec ou sans Attali.

09/12/2007

PETIT BILLET DE (TRES MAUVAISE) HUMEUR

Je suis allée à la FNAC et au rayon politique/société, je suis tombée sur deux méga-présentoirs, du style trois colonnes en largeur sur quatre étages. Pour les rater, il fallait vraiment le faire exprès. Alors, à gauche, vous aviez les mémoires de Simone Veil, intitulées Une Vie. Je suppose que vous n’ignorez pas que Simone Veil, 80 ans, est rescapée d’Auschwitz et que c’est en rescapée qu’elle a traversé le reste de son existence. Elle a beaucoup de choses à raconter.

Et à droite, c’était Michel Drucker qui nous interpellait anxieusement sous le titre Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ? Il paraît que lui aussi se raconte pour la première fois. Comme je n’ai pas acheté le livre, je ne sais pas s’il y parle également de son père Abraham, qui était médecin-chef du camp de Drancy. En tout cas, lui aussi se considère comme un survivant : oui, il est le seul rescapé de la télévision de grand-papa à être toujours en activité.

J’ai pensé fielleusement qu’ils en avaient, de la chance, d’avoir de si beaux présentoirs et que moi par exemple … Je me suis alors retournée et tenez-vous bien – je vous jure que c’est vrai – juste derrière moi, il y avait d’autres présentoirs tout aussi grands et beaux où cette fois on trouvait :   

A gauche, un Abécédaire mal pensant de Jean-François Kahn. Achetez-le si vous voulez savoir ce qu’est un hérisson : « Animal tiré à beaucoup plus que quatre épingles » ou un kangourou : « Mammifère de l’ordre des marsupiaux. A investi beaucoup en Australie et en fut de sa poche » ou encore un Arno Klarsfeld: «Avocat judéo médiatique (…), candidat aux élections législatives de juin 2007 dans le 20ème arrondissement de Paris, il a expliqué qu’il connaissait l’arrondissement parce qu’il l’avait traversé à la course. C’est sans doute ce qu’on appelle être à course d’arguments. Il n’a pas réussi à convaincre les électrices qui, elles, y font leurs courses».

Dieu, que je suis mauvaise langue. Mais ils m’agacent aussi, à la fin. Parce que juste à côté, sur la droite, vous aviez un bouquin de Jacques Attali intitulé Amours – Histoires des relations entre les hommes et les femmes. Quel homme éclectique, soit dit en passant. Comment fait-il pour avoir ainsi un avis définitif et autorisé sur toutes choses en ce bas monde?

Voilà. Ces quatre titres, je ne vous mens pas, sur 1 mètre carré maximum. Heureusement que nous savons tous que la France est un pays odieusement antisémite, car sinon, qu’est-ce que ce serait !

Et dans tout ça, pas le moindre petit bout de fond de rayon pour La France LICRAtisée. Franchement, vous trouvez ça normal, vous?

04/11/2007

JACQUES ATTALI : ATTENTION, SON TICKET NE SERA BIENTOT PLUS VALABLE

ff134c84d0121258ffd731e89d792886.jpgJacques Attali est, entre autres, un auteur extraordinairement prolixe à défaut d’être extraordinairement pertinent. Il en a dit, et écrit, des vertes et des pas mûres, en particulier lorsqu’il se laisse aller à son délire cosmopolite.

Ainsi, dans L’Homme nomade, écrit en 2003, il nous prédit un monde futur particulièrement alléchant : « Le transhumain aura le droit d’appartenir à plusieurs tribus à la fois, obéissant, selon le lieu où il se trouve, à diverses règles d’appartenance, à de multiples rituels dits de passage, à diverses formes de politesse et à de multiples codes d’hospitalité (…) La polyandrie ou la polygamie lui permettront de partager avec d’autres, provisoirement ou durablement, un toit, des biens, des projets, un compagnon ou une compagne, sans pour autant désirer avoir ou élever ensemble des enfants ni porter le même nom, ni même avoir des relations sentimentales et sexuelles….[La mondialisation démocratique] ne passera pas seulement par la technologie, mais aussi par la réinvention de modes de vie nouveaux, inspirés de ceux des peuples premiers. Cela exigera de repenser les cultures et l’organisation du travail dans les villes et de la politique ; d’inventer un gouvernement de la planète ; une démocratie transhumaine …Se dessinera alors, au-delà d’immenses désordres, comme la promesse d’un métissage planétaire, d’une Terre hospitalière à tous les voyageurs de la vie ».

On voudrait déjà y être, vous ne trouvez pas ?

Ceci dit, êtres transhumains ou pas, le marché impose quand même des lois incontournables. Business is business. Dans cette optique, est-il bien raisonnable de s’éterniser ici-bas lorsqu’on n’est plus bon à consommer et qu’on coûte plus qu’on ne rapporte? Certes non. C’est du moins l’avis de Maître Jacques qui nous a livré également de profondes pensées relatives à la durée de la vie :

« Dès qu'il dépasse 60/65 ans, l'homme vit plus longtemps qu'il ne produit et il coûte alors cher à la société ; il est bien préférable que la machine humaine s'arrête brutalement, plutôt qu'elle ne se détériore progressivement."

"On pourrait accepter l'idée d'allongement de l'espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché."

"Je crois que dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l'allongement de la durée de la vie n'est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir."

"L'euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure. Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c'est la liberté, et la liberté fondamentale c'est le suicide ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société."

"L'euthanasie deviendra un instrument essentiel de gouvernement."

Gageons que M. Attali, né le 1er novembre 1943, ne manquera pas de s'appliquer prochainement à lui-même -pour donner le bon exemple - la mesure qu'il préconise avec une telle force de conviction. Se flinguer en public et en direct au 20 heures de Claire Chazal le jour même de ses 65 automnes - le 1er novembre de l’année prochaine - ne manquerait pas d'une certaine gueule, non ?