Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2010

POURQUOI PAS EN ISRAEL ?

C’est la question qui vient spontanément aux lèvres lorsqu’on lit ce qui suit. Cela paraîtrait bien plus logique : les juifs yéménites y retrouveraient les juifs éthiopiens. Le fait que David Miliband, ministre britannique des affaires étrangères, soit lui-même juif a-t-il joué dans cette offre si généreuse ? On lit à la fin de l’article que les Etats-Unis eux aussi sont allés repêcher des juifs yéménites en difficulté. Cela ne répond toujours pas à la question, et même la rend encore plus pressante : pourquoi Israël ne bouge-t-il pas ?

 

« Des juifs yéménites pourraient obtenir l’asile en Grande Bretagne »

 

« La Grande Bretagne doit signer un accord avec le gouvernement du Yémen pour octroyer à des juifs yéménites l’asile dans ses frontières, selon un article paru dans The Independent mercredi.

 

L’article dit que les britanniques ont contacté le Yémen avec cette offre suite aux informations de persécution des juifs par les groupes islamiques chiites et la montée en puissance d’Al-Qaeda dans ce pays.

 

Le ministère des affaires étrangères de Londres a conduit des négociations dissimulées ces derniers mois, qui se terminent par un accord conformément auquel entre 20 et 30 familles juives avec des parents en Grande Bretagne recevront le statut de réfugié, selon le journal.

 

La décision est sans précédent, alors que le gouvernement britannique refuse généralement de donner le droit d’asile à des migrants simplement parce qu’ils ont des parents qui vivent dans le pays. Les familles recevront un permis pour visiter leurs proches pendant trois mois, et une fois à l’intérieur du pays, pourront bénéficier du statut de réfugié.

 

Les fonctionnaires du ministère des affaires étrangères ont refusé de confirmer l’information au motif qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter la nouvelle politique du gouvernement dans les mois précédent les élections générales, qui doivent se tenir le 6 mai. Mais des responsables de l’ambassade britannique à Sanaa affirment avoir déjà commencé à informer les juifs, qui vivent à Raida, du contenu de l’accord.

 

Une source anonyme a déclaré : « le Royaume Uni permettra aux juifs de Raida qui ont des liens avec notre pays, de quitter, mais il est important qu’ils ne quittent pas officiellement le pays en tant que réfugiés. »

 

« Ils ont négocié cet accord avec les yéménites et accepté de conserver le profil bas. » Une autre source a été citée par le journal disant que « nous n’avons pas encore approuvé tout ce qui devait l’être, mais nous y sommes presque ».

 

Quelques centaines de juifs habitent toujours le Yémen, où ils vivent une réelle persécution, illustrée par le meurtre d’un professeur juif en décembre dernier, ce qui a déjà amené les Etats-Unis à organiser une opération de sauvetage qui aura permis à plusieurs dizaines de juifs yéménites de s’installer sur le sol américain. »

 

 

Source : http://www.juif.org/go-news-126174.php

06/05/2007

NOUS AUSSI, NOUS AVONS DROIT A L’ASILE POLITIQUE !

medium_images.49.jpg« Après le meurtre barbare d’un jeune juif à Paris, tué parce qu’il était juif, dans le contexte d’une hausse des actes antisémites perpétrés par des islamistes, de nombreux membres de la communauté juive ne se sentent plus en sécurité en France. Les actes antisémites ont atteint un niveau jamais égalé depuis la seconde guerre mondiale.

Nous pensons que l’Amérique, fidèle à sa tradition d’hospitalité à l’égard de ceux qui sont menacés dans leur pays d’origine, devrait leur ouvrir ses portes. Nous demandons donc au Congrès d’adopter une loi qui accorderait le statut de réfugiés aux juifs français ».

Aussi étonnant que cela paraisse, il s’agit là du texte d’une pétition adressée aux membres du Congrès américain. Elle a été initiée l’an dernier par des juifs français à la  suite du meurtre d’Ilan Halimi et continue, depuis, son bonhomme de chemin sur internet où elle est hébergée. A ce jour, elle porte 7 561 signatures.

Il semblerait que le nombre des juifs français émigrant aux Etats-Unis, au Canada ou en Israël aille croissant, encouragés en cela par les responsables des communautés concernées : environ 10 000 personnes se seraient ainsi installées ces dernières années aux Etats-Unis et 14 000 en Israël. La Floride est particulièrement concernée par cet exode et le Miami Herald vient de publier un article à ce sujet. Le vice-président de la Fédération des communautés juives de Floride a même déclaré : « Les juifs français sont conscients de la situation et ne veulent pas attendre le dernier moment pour partir ».

Aux termes de la Convention de Genève de 1951,  il faut remplir les conditions suivantes pour obtenir le droit d’asile: craindre avec raison d’être persécuté du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social, ou en raison de ses opinions politiques. Ces persécutions doivent émaner du gouvernement, ou être tolérées par celui-ci.

Moi, devant cette pétition, je me pose une question : qu’en pense la LICRA ? Je suggère même aux pétitionnaires d’aller demander quelques comptes à cette puissante association « antiraciste », qui n’est pas étrangère à leurs malheurs. A force de faire entrer à tour de bras les ressortissants de la religion d’Allah dans notre pays, sans tolérer la moindre opposition, ce type d’incidents fâcheux devait fatalement arriver, non ?

Et puis, cette pétition me donne une idée : si l’on en croit Sarkozy, bientôt les « de souche » devraient disparaître de la surface de la terre, ultimes traces désormais inutiles d’une antique France moisie et condamnée par l’histoire et les puissances nouvelles.

Menacés de disparition et de surcroît persécutés comme nous le sommes par le pouvoir pour nos opinions politiques, il me semble que nous entrons, nous, pour de vrai, dans le cadre de la Convention de Genève.

Donc, organisons-nous, nous aussi, avant qu’il ne soit trop tard, et allons demander en bloc l’asile politique à …. ? Voyons, à qui pourrions-nous demander un asile politique sûr et éloigné d’une Europe que nous laisserions sombrer tranquillement, puisque tel est son souhait ? A l’Australie peut-être ? Il y a de la place et ils sont plutôt intelligents, là-bas. Une idée à creuser…