Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2009

CA VIENT DE SORTIR ET CA S’APPELLE :

Le prix « Auschwitz pour les droits de l’homme ».

 

Cela restait à inventer, eh bien c’est fait. Ah, on ne pourra pas se plaindre de ne pas entendre parler d’Auschwitz en ce moment … C’est bien le seul domaine où l’on voit encore l’imagination au pouvoir.

Je remarque d’ailleurs que l’on n’a jamais décerné autant de prix divers et variés qu’en ces temps troublés. La période de tensions et de désordres grandissants que nous vivons semble propice à ces exercices sado-maso d’autoflagellations/congratulations.

 

L’heureux récipiendaire cette fois, n’est pas Bernard-Henri Lévy. Non. Pas davantage Alain Finkielkraut. Non, non. Ca aurait pu, mais là, c’est au tour d’André Glucksmann.

Le « philosophe » ancien marxiste flamboyant reconverti dans le sarkozysme s’est vu récompensé à Rome, par le pape en personne :

 

« Benoît XVI a remis, mercredi 9 décembre 2009 dernier, le prix « Auschwitz pour les droits de l'homme - Jean-Paul II » au philosophe français André Glucksmann, rapporte le site d’information romain zénit.org, mardi 15 décembre 2009.

 

Le but de ce prix est d'honorer et de choisir comme modèles ceux qui, dans leur vie ou dans leurs activités publiques, protègent et défendent les droits de l'homme selon l'enseignement et le témoignage de Jean-Paul II. « Ce qu'il y a de très audacieux dans l'idée de fonder un prix Auschwitz pour les droits de l'homme, c'est de considérer qu'il y a un rapport… Auschwitz est le contre fondement des droits de l'homme. Le fondement des droits de l'homme, c'est qu'on veut éviter Auschwitz, qu'on veut barricader les portes de l'enfer », a affirmé le philosophe français à Radio Vatican. Avant Auschwitz, a estimé André Glucksmann, « on se faisait une idée beaucoup plus idéaliste des droits de l'homme ». « Aujourd'hui, on a l'idée de l'inhumanité fondamentale qui pèse sur nous, toujours à notre horizon ». Recevoir ce prix, « cela m'engage et cela engage aussi ceux qui me le donnent », a-t-il affirmé. »

 

280px-Andre_Glucksmann.jpg

 

L’ex-maoïste choisi comme modèle de l’enseignement selon Jean-Paul II, et, cerise sur le gâteau, comme parangon des "droits de l'homme", reconnaissez que notre malheureuse époque ne sait vraiment plus à quel saint se vouer et marche complètement sur la tête … Mais comme de toute façon, tout le monde s’en fout, ça ou autre chose  …

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17887&artyd=110