Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2007

L’ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE (AIU)

b1eeeb0c88d2f6439dca6056e797e675.jpg

 

 

 

Nous avons passé en revue un certain nombre d’organisations juives américaines très influentes. Il ne faut pas oublier cependant que la France, qui a toujours abrité la plus importante communauté juive d’Europe occidentale, a su, elle aussi, et ce dès le XIXe siècle, créer des rassemblements destinés à protéger les communautés et les intérêts juifs. A peu près à la même époque que le B’nai B’rith aux Etats-Unis (1843), s’est créée à Paris, où elle fonctionne toujours, l’Alliance Israélite Universelle (AIU).

Fondée en 1860 pour venir en aide aux diverses populations juives, elle revendique aujourd’hui « la diffusion d’un judaïsme fidèle à la tradition, tolérant et ouvert sur le monde moderne ». Sans oublier bien sûr la défense des inoxydables droits de l’homme et le dialogue inter-religieux.

Ses fondateurs avaient voulu réaliser la synthèse des idéaux de 1789 et des principes du judaïsme. Une alliance qui devait assurer le bonheur de l’humanité. Le plus connu d’entre eux, Adolphe Crémieux – avocat, député, ministre de la justice de Gambetta – n’apparaîtra cependant pas tout de suite dans le projet. Il avait en effet été « profondément déstabilisé par la récente conversion de ses enfants au catholicisme, à l’initiative de son épouse ». Déstabilisé ? C’était pourtant une très belle illustration des vertus du dialogue inter-religieux... En 1863, cependant, il sera porté à la présidence de l’Alliance où il restera jusqu’à sa mort, en 1880. Il y fera le discours suivant, très éclairant :

“L’Alliance israélite universelle commence à peine et déjà son influence salutaire se fait sentir au loin. Elle ne s’arrête pas à notre culte seul, elle s’adresse à tous les cultes. Elle veut pénétrer dans toutes les religions, comme elle pénètre dans toutes les contrées… La religion juive est la mère des religions qui répandent la civilisation. Ainsi, à mesure que la philosophie émancipe l’esprit humain, les aversions religieuses contre le peuple juif s’effacent…. Eh bien, messieurs, continuons notre mission glorieuse ; que les hommes éclairés, sans distinction de culte, s’unissent dans cette Association israélite universelle, dont le but est si noble, si sagement civilisateur… Faire tomber les barrières qui séparent ce qui doit se réunir un jour : voilà, messieurs, la belle, la grande mission de notre Alliance israélite universelle. Marchons fermes et résolus dans la voie qui nous est tracée. J’appelle à notre association nos frères de tous les cultes ; qu’ils viennent à nous, avec quel empressement nous irons vers eux ! Le moment est venu de fonder sur une base indestructible une immortelle association ».

Dès le départ, l’Alliance va promouvoir l’enseignement et créera un grand nombre d’écoles dans tous les pays du pourtour méditerranéen. Et en particulier en Turquie, où Adolphe Crémieux se rendra dès 1863. A la suite de ce voyage, un grand nombre d’écoles seront implantées dans toutes les communautés juives turques de quelque importance, et la pratique des langues étrangères sera encouragée. Le but étant de moderniser ces communautés, qui étaient alors en perte de vitesse, notamment par rapport aux Grecs et aux Arméniens qui s’emparaient de plus en plus de marchés jusque là détenus par les juifs.

L’Alliance nouera également des liens très étroits avec Israël puisque, disposant apparemment d’importants moyens financiers, elle pratiquera dès 1870 une politique d’achats massifs de terres en Palestine.

Toujours installée à Paris, l'AIU est actuellement présidée par le Pofesseur Ady Steg.