Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2011

SUS A CANAL PLUS, CHAÎNE NAUSEABONDE !

Vous savez tout comme moi à quel point la télévision française est odieusement antisémite. On peut le constater jour après jour : pas une soirée sans Hitler, sans déportation, sans shoah, etc, etc. Terrifiant d’antisémitisme. Voilà que Canal Plus s’y met aussi et c’est la raison pour laquelle le Bureau de l’Union des Patrons Juifs de France (UPJF) s’est fendu d’un communiqué et prévoit un rassemblement devant la chaîne coupable. Voilà, vous allez tout savoir et je vous prie de croire que les termes valent le détour.

  

logo.png« COMMUNIQUE - Rassemblement devant CANAL PLUS le 21 Mars à 18h00

A partir du 21 mars 2011, la chaîne CANAL PLUS va diffuser une série de quatre épisodes appelée « The Promise » (« Le Serment ») qui donne de l’Etat d’Israël, une image détestable allant au-delà de la caricature la plus abjecte et la plus nauséabonde.

 

Cette diffusion durant la semaine de « l’apartheid Israélien » décrétée par des organisations, islamo-gauchistes pro-palestiniennes, n’est ni un hasard, ni une coïncidence.

Elle prouve que des forces obscurantistes et fascislamistes ont pénétré en profondeur à CANAL PLUS et grignotent son intégrité.

 

Ce faisant, la chaîne CANAL PLUS se rend complice, soutient, et donne un gage de légitimité à un boycott illégal, raciste et antisémite, organisé par des bandes de nervis pro-palestiniens à l’indignation sélective, animées par la haine de l’Occident, et de l’Etat Juif, dernier verrou au Proche Orient avant que ne déferle sur l’Europe, la vague verte et obscurantiste de la morale islamique

 

Le peuple juif à toujours dû lutter pour survivre et réussir à créer l’Etat d’Israël, miracle de réussite, de prospérité et de liberté, au milieu d’un océan de misère et de tyrannie arabe.

 

Si elle veut pouvoir continuer à vivre en France dans la dignité et éviter un retour aux plus sombres périodes de l’histoire, la communauté juive française ne doit pas se défiler pour défendre Israël.

 

Personne ne le fera à sa place

Il y a des occasions où les juifs de France, ainsi que tous leurs amis, doivent savoir se faire violence et modifier leurs agendas pour se mobiliser avec courage, s’unir et se réunir afin de dire « Assez ».

Il y a des occasions où les juifs de France doivent montrer qu’il faut compter avec eux dans ce pays, et manifester physiquement leur refus et leur détermination face à la calomnie que veut relayer un grand média français au mépris de toute éthique et de toute honnêteté intellectuelle

 

C’est pourquoi, l’UPJF, appelle toutes les personnes juives et non juives, amies d’Israël, quelle que soit leur sensibilité politique à venir manifester le 21 mars 2011 à 18 heures devant le siège de Canal Plus 1, place du Spectacle 92130 Issy-les Moulineaux (RER Issy Val de Seine) afin de rappeler avec fermeté et détermination qu’ils n’acceptent pas d’un grand média français, qu’il adopte une attitude raciste et antisémite qui ne pourra qu’aviver encore un peu les tensions, les violences et la haine, entre les communautés françaises, et contribuer à troubler l’ordre public.

 

Comme l’a dit l’ancien Premier Ministre Espagnol José Maria Aznar : Si Israël tombe, nous tombons tous.

 

Nous ne laisserons pas tomber Israël ! »

 

Source : http://www.upjf.org/

27/07/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS ET ORGANISATIONS JUIVES AUX ETATS-UNIS - 7

7)  L' American Jewish Congress (Le Congrès juif américain)

cabe6f7a8b1bb43dafc514d2156ade3f.jpgA ne pas confondre avec son presque homonyme vu avant-hier. Il s’agit là encore d’une très puissante organisation créée en 1918 par des responsables religieux et communautaires juifs, tous sionistes, afin de présenter une position unifiée des juifs américains lors de la Conférence de Paix tenue à Versailles en 1919.

Auparavant, en 1918, s’était tenu leur 1er congrès qui verra parmi ses délégués une certaine Golda Meier Meyerson, du Milwaukee, plus connue par la suite sous le nom de Golda Meir. L’AJCongress ne tardera pas à se transformer lui aussi en groupe de pression ayant pour but de défendre les intérêts juifs partout dans le monde. Sioniste de la première heure, le Congrès considère être parmi les premiers à avoir défendu l’idée d’un Etat juif. En 1933, il prendra la tête du boycott général des produits allemands. Il a, soit dit en passant, le boycott assez facile. En 2002, il avait appelé au boycott du Festival de Cannes en raison de l’affreuse vague d’antisémitisme qui, chacun s’en souvient, s’était soudainement abattue sur le pays. En 1936, il contribuera largement à la création du Congrès juif mondial (World Jewish Congress).

Ses objectifs prioritaires sont les mêmes que ceux que nous avons déjà rencontrés : soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël et lutte contre le « nouvel antisémitisme ». Viennent ensuite, sans doute afin de diversifier les terrains d’action et les réseaux: la préservation de la liberté religieuse aux Etats-Unis (!!!), la promotion de l’indépendance énergétique du pays et l’aide aux pays musulmans « modérés » - suivez mon regard.

Car l’Europe intéresse vivement, à plus d’un titre, l’AJCongress.  Ses dirigeants ont fait, comme il se doit, leur tournée d’inspection sous nos cieux. Ils ont mené une action de lobbying intense à Bruxelles, au bénéfice des Etats-Unis. Et chez nous, ils ont même prêché la bonne parole…à des convertis, ce qui était facile. Voyez plutôt : lors de leur visite en 2004 a été scellé un accord de coopération entre l’AJCongress et l’Union des Patrons et Professionnels Juifs de France (UPJF), association communautaire comme son nom l’indique, créée en 1997. Cet accord, qui prouve clairement la pénétration de plus en plus agressive de ces lobbys en France, n’a pas fait que des heureux, même dans lesdits milieux communautaires, puisqu’il a été dénoncé par Actualité Juive en septembre 2004. D’autant qu’il aurait été accompagné de fortes sommes d’argent, destinées à quoi ? Mystère…

7ef5f8bcc239aeba7a4c252de439b864.jpgLa réponse de l’UPJF à Actualité Juive ne manque pas d’intérêt : « Tout d’abord, nous revendiquons pleinement l’existence d’un accord avec nos frères américains, qui nous apportent leur savoir-faire, leur expérience et leur professionnalisme afin de devenir une véritable force de proposition en France. Cette volonté d’organiser notre communauté en tant que force politique dans le but d’améliorer l’image d’Israël et de lutter efficacement contre la résurgence de l’antisémitisme, constitue une première dans l’histoire de la communauté juive française. Cette initiative est aujourd’hui indispensable et complémentaire de l’action du CRIF, dont la neutralité est nécessaire afin de mener à bien sa mission.

Sur le soutien financier apporté à l UPJF, force est de constater que le fantasme de voir le « lobby juif américain » tirer les ficelles de la politique mondiale et s’attaquant maintenant à la politique française n’épargne pas certains représentants de notre communauté, ni votre journaliste ! (…) L’UPJF reçoit effectivement un soutien financier de son partenaire américain, exclusivement destiné à financer des opérations de communications et de lutte contre la désinformation ainsi que des formation destinées à lutter contre l’antisémitisme et l’antisionisme qui sévissent dans notre pays et non à financer la vie politique française comme le laisse entendre votre article. »

Bref, vous l’aurez compris, l’UPJF voit grand et se rêve en groupe de pression « à l’américaine ». Il est vrai que l’époque lui est favorable pour le moment et qu’il bénéficie pour ce faire, des gros moyens et de l’expérience de véritables orfèvres en la matière…

L’UPJF poursuivait d’ailleurs, dans la même réponse : « Il en va exactement de même du soutien que nous pouvons apporter à tel ou tel candidat, et ce, contrairement à ce que voudraient faire croire nos détracteurs, quelle que soit leur couleur politique. Nous soutenons ces hommes et ces femmes en fonction de leurs prises de positions sans équivoques sur l’antisémitisme, les Juifs et leur soutien à l’Etat d’Israël. »

C’est sans doute pour soutenir « tel ou tel candidat » qu’ils ont décerné à Sarkozy leur prix de l’Homme politique de l’année en 2006.