Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2012

CE N’EST PAS PLUS COMPLIQUE QUE CA …

Quand on veut, on peut. Et quand des élus décident de ne pas céder au terrorisme de quelques-uns – et accessoirement, souhaitent protéger les jeunes – ils y arrivent. La preuve. Hélas, ce n’est pas en France, mais à Moscou.

 

Il faudra un jour que quelqu’un prenne la peine de m’expliquer en quoi les homosexuels sont discriminés dans ce pays. Ce qu’ils font en privé ne regarde en principe personne et tout le monde s’en fout tant que ça ne contrevient pas aux lois. Alors, pourquoi ce besoin d’aller s’étaler sur la place publique et réclamer des « droits » aussi révoltants qu’ahurissants ? Là, je pense aux caricatures que sont le « mariage » et l’ « adoption » d’enfants. Il faut être aussi « progressiste » que nos sociétés occidentales, c’est-à-dire décadentes et totalement déboussolées, pour prendre pareilles inepties au sérieux.

 

MOSCOU, 18 mai - RIA Novosti

194756174.jpg

INTERDICTION DE LA GAY PRIDE A MOSCOU

Les autorités de la capitale russe ont de nouveau interdit qu'une Gay Pride se tienne à Moscou, a annoncé vendredi à RIA Novosti un haut responsable du Département de la sécurité régionale de Moscou Vassili Oleïnik.

 

 

"Une demande d'autorisation pour cette action a été déposée. Après avoir examiné la requête, nous avons l'avons rejetée", a déclaré le responsable.

 

Les militants du mouvement gay russe ont auparavant annoncé sur le site Web officiel de l'Organisation de défense des minorités sexuelles leur intention de tenir une Gay Pride sans attendre l'autorisation de la mairie de Moscou. La décision de défiler dans les rues de la capitale russe a été prise dans un contexte où la Douma (chambre basse du parlement russe) examine un projet de loi prévoyant de criminaliser la propagande de l'homosexualité auprès des mineurs.

 

 

Source : http://fr.rian.ru/society/20120518/194756086.html

16/02/2012

TABOU

Les médias-Pravda n’évoquent pas l’hypothèse d’une possible cohabitation en 2012. Ils craignent beaucoup de donner de mauvaises idées aux Français. Et pourtant, l’idée risque de leur paraître plutôt séduisante, s’ils parviennent à y penser tous seuls.

Finalement, les Français ont survécu – et plutôt bien – à trois épisodes récents qui ont vu, par la force des choses, un rééquilibrage des pouvoirs : de 1986 à 1988, Mitterrand président, Chirac premier ministre ; de 1993 à 1995, Mitterrand toujours président, Balladur premier ministre ; de 1997 à 2002, Chirac président, Jospin premier ministre.

 

Or, les Français, même ceux qui ne l’expriment pas clairement de cette façon, se méfient des politiques et en ont assez de voir trop de pouvoir concentré entre les mains d’un seul homme. Le pouvoir rend fou, c’est bien connu. Mais surtout, il ne rend pas plus intelligent. Ni plus capable.

 

Donc, pourquoi pas une cohabitation ? Or, si les médias officiels du système se gardent bien d’évoquer la chose, sur Internet, on n’a pas ces pudeurs et on en cause passablement depuis décembre dernier.

J’ai fait le tour des sites et tous, je dis bien tous sans exception, du moins à ma connaissance, ne parviennent à envisager dans ce cas de figure qu’une seule possibilité : la réélection de Sarkozy et la victoire de la gauche aux législatives suivantes. Et tout le monde brode avec délectation sur ce scénario.

 

Curieux. Moi, j’imagine au contraire un autre scénario fort possible lui aussi : les Français qui ne peuvent pas sacquer Sarkozy et ont des boutons à l’idée de l’avoir encore pendant cinq ans, se débarrassent de lui. Première priorité. Quitte à élire Hollande à la place. Et dans la foulée, le mois suivant, ils élisent une assemblée nationale de droite, histoire d’empêcher la gauche de faire trop de dégâts. Et de rétablir l’équilibre.

 

On m’objectera que c’est demander beaucoup de subtilité aux Français. Or là, nous ne sommes plus dans le domaine de la raison, mais de l’instinct d’un peuple, que le ras le bol des politiques de tous poils peut conduire à trouver tout seul des solutions un peu originales pour leur limer les dents.

On m’objectera encore les possibilités de nuisance du FN. Mais… patience, nous verrons bien.

En tout cas, ce scénario, inédit, me paraît au moins aussi plausible que son contraire.